Les éditos de l'année 2021



L'édito de Didier du 31 DECEMBRE

Je me marre ! Alors que la polémique sur les plate-formes de streaming et leur façon de rétribuer les artistes fait rage. Le groupe Vulfpeck, qui avait étudié le mécanisme de l’une de ces plate-formes et notamment découvert qu’il fallait écouter au moins trente secondes pour que le compteur soit incrémenté, a sorti un album dénommé Sleepify (même le nom est amusant !), composé uniquement de morceaux de trente et une secondes… de silence. Le groupe, originaire du Michigan, a ensuite, grâce aux réseaux sociaux, demandé à ses fans d’écouter l’album en boucle pendant qu’ils dormaient la nuit. Cette idée lumineuse leur a fait gagner 20 000$, avant que la plate-forme ne s’aperçoive de la bonne blague (qu’ils ont reconnu comme très fine) et ne trouve une parade légale pour les forcer à supprimer l’album. On ne va pas pleurer pour eux, ça c’est sûr. Le groupe, quant à lui, a promis d’utiliser cette somme pour financer leur prochaine tournée. Well done Vulfpeck!

L'édito de Didier du 20 DECEMBRE

Je ne connaissais pas l’artiste, peu m’importe, la nouvelle m’a fait bondir: Une manifestation de catholiques a empêché l’organiste Anna von Hausswolff d’assurer son concert dans une église de Nantes. Rebelote à Paris quelques jours plus tard, où finalement une autre solution (un temple protestant) sera trouvée. Le prétexte étant qu’ils jugent la dame sataniste, puisque utilisant de l’imagerie gothique et ayant écrit dans une chanson que la drogue s’apparentait à faire l’amour avec le diable. Ben voyons ! Ouhhh j’ai très peur ! Pour rappel, l’artiste suédoise de post-metal et rock expérimental, se produit dans les églises du monde entier (pour les orgues) sans que cela ne pose de problème et qu’elle a aussi joué au célèbre Jazz Festival de Montreux (un fief Suisse sataniste bien connu !). Cet épisode dévoile une belle étroitesse d’esprit, doublée d’un sacré manque de discernement (Allô ? le second degré ?) et d’un culot incroyable vu les “affaires” qui secouent l’Eglise catholique. Tout ça ne fait que confirmer cette belle ambiance d’intolérance qui est la nôtre actuellement. Satan m’habite !

L'édito de Bane du 8 DECEMBRE

La récente sortie du petit live de Death Angel m'amène à me poser quelques questions concernant une pratique née pendant les différents confinements : le live sans public ou live virtuel. En effet, alors qu'on ne pouvait pas nous rassembler pour écouter de la musique, moult artistes ont décidé de faire des "concerts" sur des plateformes de streaming, sans personne, parfois même avec chacun des musiciens dans un endroit différent. Bon, on n'avait que ça, je suis prêt à comprendre que les fans en manque soient intéressés. Mais, j'avoue ne pas comprendre l'intérêt de sortir ces lives sur CD... Si Sepultura avait trouvé un moyen de rendre ça un minimum attrayant en proposant des collaborations et des revisites, je m'interroge sur l'intérêt des autres. À quoi bon écouter un live sans public ? Autant écouter une compilation, non ?

L'édito de Ced12 du 28 NOVEMBRE

Je lisais récemment dans un précédent numéro de l’excellente revue Rock Hard une interview très instructive de Jérôme Riera, nouveau label manager (et ancien guitariste de Vegastar!) du mythique (et admirable) label allemand Nuclear Blast. Encore une fois, l’Industrie du Disque fait face à d’incroyables mutations et l’essor inexorable des revenus issus du numérique n’est finalement qu’une évolution de plus. Mais pas des moindres. C’est tout un nouveau modèle qui se met en place depuis un petit moment et il est intéressant de constater que certains groupes appréhendent avec lucidité cette nouvelle donne. Aephanemer, auteur d’un dernier disque remarquable et dont je recommande la passionnante interview intégrée à cette mise à jour, fait partie de ces formations qui ont assimilé ces nouvelles règles du « jeu ». Avec 90% de son auditoire hors France, le groupe s’est vu ouvrir les portes de Napalm Records par le biais d’un développement basé sur du numérique. Alors qu’avec la crise sanitaire, on se demandait à quoi ressemblerait le Monde d’Après (vœu pieu qui fait sourire a posteriori), on voit que ce dernier se fait, naturellement, imperceptiblement. A chacun de s’adapter … ou pas.

L'édito de Didier du 18 NOVEMBRE

Le sujet fait souvent discuter, comment terminer une carrière quand les décennies se sont enchaînées, que les artistes sont toujours en vie, malgré les abus rock ’n’ roll-esques, comment décider quand est arrivé le bon moment pour tirer sa révérence ? Les Scorpions se posent encore la question, d’autres s’entêtent et continuent de monter sur scène alors qu’ils semblent au bout du rouleau (Ozzy ?). Pourtant, on se dit qu’ils ne doivent plus avoir besoin financièrement de tourner, à leurs âges, quand même, une retraite serait bien méritée. Mais voilà, c’est à croire que certains ne peuvent pas s’arrêter, ou ne savent pas vraiment faire autre chose de leur retraite. Je vous parle de ça car j’ai vu des images pathétiques de la dernière tournée de Genesis. Et voir Phil Collins affaibli, malade, plus capable de tenir une baguette de batterie, continuer à chanter assis là sur une chaise, au milieu de la scène, ça m’a fait de la peine. N’a t-il pas mérité de se reposer ? N’est-il heureux que sur scène, quitte à y mourir ? Un vrai artiste ou un vieillard sénile ?

L'édito de Ced12 du 7 NOVEMBRE

Ce sera l'événement cocorico du début d'année 2022. La tournée du gros 4 avec No One Is Innocent, les fantasques Ultra Vomit, Tagada Jones et Mass Hysteria, groupe dans une dynamique remarquable depuis quelques années. Chouette tournée annoncée, enthousiasmante surtout en ces moments où les tournées continuent d'être reportées les unes après les autres.

Oui mais voilà, nous venons d'apprendre le décès de l'ancien bassiste Stéphan Jaquet, bassiste de Mass Hysteria de 1993 à 2011 et membre fondateur du groupe, instigateur de ce groupe qui n'en finit pas de nous ravir. Des pensées pour sa famille et se proches bien sûr. Gageons que le groupe saura lui rendre l'hommage qu'il mérite lors de la tournée du gros 4 à venir. Et espérons que les Zénith sonnent complets pour ces dates événements qui prouvent que le Metal Français se porte plutôt bien. En attendant aussi le retour hyper attendu de Gojira.

L'édito de Jean-Mich'Hell du 28 OCTOBRE

Le rock, au sens large du terme, est-il encore une musique « rebelle » ? Vous avez quatre heures. Plus sérieusement, où est passé cet état d’esprit ? Dans les T-shirts à messages ? Dans le fait de boire des litres de bières par festival ?  De s’habiller en licorne ? Aujourd’hui tout est aseptisé, les guitaristes sont des techniciens à sept cordes au lieu de talents bruts et désordonnés, dans les concerts on sent l’odeur de transpiration du voisin au lieu du mélange tabac (ou autres) / moiteur du lieu, on fusille du regard le mec qui a osé proférer une insulte parce que : « Je suis venu au concert avec ma fille de huit ans ! », le plus grand festival de Metal d’Europe cultive son aspect parc d’attraction, même le public avec son T-shirt « F*** The System ! »  accepte trois contrôles par concert aujourd’hui (Pass, palpation et billet…).   Je sais que je passe certainement pour un vieux c**, mais ce constat m’attriste. « Be Hardcore Or Die » mouais dans le discours, pour le reste…

L'édito de Didier du 17 OCTOBRE

Le groupe anglais de prog Marillion est considéré comme précurseur dans l’utilisation du crowdfunding auprès de sa fidèle fanbase. En 1997, le groupe avait déjà fait appel à eux, mais aujourd’hui il récidive en proposant aux fans d’assurer leur prochaine tournée. En effet avec la pandémie, plus aucun assureur ne veut prendre le risque d’assurer une tournée. En plus la législation est très strict: si un des membres du groupe est testé positif, il devra s’isoler et la tournée, par conséquence, serait annulée. Même si tout est mis en œuvre pour éviter cela (vaccination, tour bus séparé, isolement de leurs familles), le risque zéro n’existe pas. D’où l’idée de faire appel aux fans  une fois de plus. Ceux-ci peuvent faire un prêt de 25 à 250 livres, qui, si tout se passe bien, leur sera rendu. Mais si la tournée venait à être annulée, la somme récoltée (150 000 livres) servirait à régler les frais fixes (salaires crew, bus, camions, lumières, sono, …). Chaque prêt est associé à son lot de cadeaux et tout ce petit monde aura son nom sur le Tour Program quoi qu’il arrive. Le fan-assureur, fallait y penser, Marillion l’a fait !

L'édito de Didier du 6 OCTOBRE

L’ami Fabulous vous alertait, lors de notre précédent édito, sur les prix des albums vinyles, en constante augmentation due à une potentielle pénurie de matières premières. Dans un autre article de Télérama, on nous révèle que le problème est exacerbé par le comportement des gros labels, qui, voyant surgir l’aubaine, monopolisent les chaînes de production pour rééditer, en vinyle, leurs fonds de catalogue et engranger. Les petits labels n’y pourront rien changer, car eux-mêmes se retrouvent à l’agonie, dans l’impossibilité de sortir leurs nouveautés, les usines préférant se concentrer sur ces grosses productions. Le vinyle pourrait bien devenir un produit de luxe, alors que, dans le même temps, il vient même de détrôner le CD en nombre de ventes aux USA. Et en 2020, toujours aux USA, les ventes de vinyle, en valeur, ont dépassé celles des CD, une première depuis 34 ans ! On dirait que nos amis des “Majors” nous la refont…

L'édito de Fabulous du 26 SEPTEMBRE

L’industrie musicale et les usines de fabrications seraient-elles vraiment en difficultés sur cette matière ou alors on nous prends tout simplement pour des pigeons et des pompes à fric ?
Les 3 majors du disque que sont Universal, Sony et Warner ont ainsi décidé d’augmenter sensiblement leurs prix de vente de vinyles sous prétexte que le polymère, matière première du vinyle, se ferait rare. Même si cette information est vraie et que le polymère se fait plus rare et donc plus cher, l’augmentation des prix frise l’indécence, ainsi actuellement il faut débourser environ 20€ pour un vinyle, et à partir d’octobre cela pourrait être 45-50€ qu’il faudra lâcher !! Une augmentation de plus de 50% qui est surtout justifiée par le fait que les majors compte bien rattrapé les pertes dues au covid et nous le faire payé. Alors quoi de mieux que de viser le support vinyle dont les ventes ont encore augmentées de 10% en 2020, le CD régressant de 27%. Espérons que les autres labels ne suivent pas cette voie et que le retour en grâce du vinyle ne subisse pas un coup de grâce fatal. Les sorties multi-labels se multiplieront peut-être afin de répartir les coûts et éviter cela. Début de réponse avec l’interview de Lionel Beyet, patron du label P.O.G.O Records.

L'édito de Jean-Mich'Hell du 16 SEPTEMBRE

L’été 2021 aura été encore compliqué en matière de musique live, le nombre de concert et surtout de festival se compte pratiquement sur les doigts d’une seule main... Il y aura eu beaucoup d’annulation, de report et d’imprévus… Mais certains ont tenu bon, ont pris le risque de maintenir, avec des contraintes certes, mais avec de la conviction, de l’énergie et de la passion, ils ont pu maintenir leur événement. C’est le cas du Festival 666 à Cercoux qui aura tenu toutes ses promesses. C’est grâce à une équipe de bénévoles motivés, emmenés par son jeune président Victor Pépin, que ce très sympathique festival ne fait que débuter sa route. On vous raconte tout ça dans la suite avec de biens jolies photos pour accompagner. A l’année prochaine Cercoux !

L'édito de Didier du 7 SEPTEMBRE

Cette semaine c’est “Eddie au Pays du Soleil Levant” avec le retour d’Iron Maiden avec son 17ème album: Senjutsu. Difficile de passer à côté. On aime, on n'aime pas, peu importe, tout le monde connait, c’est déjà pas mal. Les commentaires fusent : meilleur album depuis tel ou tel album référence pour les uns, une vraie bouse pour les autres, bref, difficile de se faire une idée, alors comme un réflexe, comme on achète le dernier Asterix, ou le dernier Levy pour les laisser trainer dans les WC, on achète aussi le dernier Maiden. Pas sûr que tous aient la patience d’écouter l’intégralité du bousin mais il trouvera sa place à côté des précédents. Chez nous aussi les avis sont partagés et ce sont Blaster et Bane qui se lancent dans un battle de chroniques. A ma gauche, culotte bleue, le “jeune et con” … Bane. A ma droite, la quarantaine bien tassée, culotte rouge, c’est … Blaster. Moi, je me contenterai de faire l’arbitre, j’ai vu Maiden pour la tournée Killers avec Paul Di’Anno en 1981 (en première partie de Judas Priest !), je suis hors compétition. Ok boomer !

L'édito de Didier du 24 AOUT

Les gros festivals de musique que nous aimons ont tous jeté l’éponge cet été, pour les raisons que nous connaissons. Du coup, plus grand chose à se mettre entre les oreilles ? Pas forcément. Lors de la dernière mise à jour de Juillet, nous vous parlions du Festival 666 et de son jeune organisateur. Il a bien eu lieu et nous vous préparons un beau live report pour la prochaine mise à jour. Pour cet automne je voudrais attirer l’attention des fans de metal prog, sur le Ready For Prog? Festival P . Pour cette troisième édition, l’affiche des deux soirées du 22 et 23 octobre est alléchante: Leprous, Noveria, Kadinja, Mörglbl, Poem, Soulsplitter, Conscience et Altesia.  Le tout se passe à Toulouse dans la belle salle du Metronum donc nous avions déjà parlé lors de l'édition 2019, ici et . Alors quoi ? On ne se précipite pas sur les préventes  ?

L'édito de Didier du 9 AOUT

Je suis certainement un peu con, mais je ne comprends pas pourquoi un événement comme le Motocultor festival est annulé par ses organisateurs, moins de quinze jours avant d’avoir lieu, alors que nous ouvrons à nouveau les stades de football pour la première journée de League 1. La raison invoquée est le fait que le taux d’incidence du virus COVID-19 dans le Morbihan progresse et passe à 136. Alors que pour le match Nice - Reims (auquel j’ai pu assister en tant qu’abonné) le stade accueillait 18030 spectateurs, avec un taux d’incidence dans les Alpes Maritimes de… 620 (Source: https://covidtracker.fr/dashboard-departements). Dans les deux cas, je vois pourtant pas mal de similitudes: on est en extérieur, relativement proches les uns des autres et on sirote des binouzes. Alors oui, je m’interroge.

L'édito de Jean-Mich'Hell du 23 JUILLET

Eh dis donc toi l'ami, tu connais Cercoux ? Non ? Le Festival 666 ça ne te dit rien ? Et bien tu as bien tort car ce petit village de 1 200 âmes abrite un festival de trois jours, qui va voir se produire en 2021, entre autres, M. Phil Campbell, Mass Hysteria ou encore No One Is Innocent. Tout ça dans un esprit fédérateur puisque les associations, les commerces, la collectivité (...) sont parties prenantes du projet. Le tout porté par un jeune homme tout juste majeur, M. Victor Pépin, dont vous trouverez l'interview juste en dessous. Il me semble bien que du côté de la Loire Atlantique, un autre petit village, a réussi à monter un petit festival comme ça sans trop de prétention mais avec ambition, rhhaaaaa je n'arrive pas à remettre un nom dessus... C'est ballot.

L'édito de Ced12 du 29 JUIN

C’était le 22 juin 2018. Vinnie Paul nous quittait, rejoignant par là son frère, l’inoubliable Dimebag, décédé en 2004 dans des conditions de sinistre mémoire. C’est peu dire que Pantera aura profondément marqué les années 90 avec des disques réussis, une attitude bien rock n’ roll et déjantée ainsi qu'un charisme réel. L’empreinte laissée par Pantera reste immense et il suffit d’alimenter un débat sur l’impact de ce groupe pour voir certains fans exprimer leur dévotion envers Pantera. Nous avons voulu rendre hommage déjà par ce petit mot pour rappeler le respect immense que nous avons pour ces musiciens et aussi en vous  proposant deux chroniques non encore effectuées et qui, avouons-le sans faux semblant, manquaient sur notre webzine. Puissent ces deux articles redonner envie aux fans de revenir à Pantera, se rappeler à leurs bons souvenirs et qui sait peut-être, certaines personnes (re)découvriront-elles cette formation, son style inimitable. Nous avons pour notre part pris plaisir à nous repencher sur ces deux texans qui ont tout simplement changé l’histoire de notre musique et en sont devenus d’authentiques références.

L'édito de Didier du 16 JUIN

L’annonce officielle aura lieu ce jeudi 17 juin, mais on en sait un peu plus sur le Hellfest 2022. Il aura lieu du 17 au 19 juin 2022, ça parait loin, mais bon, on croise les doigts pour que tout se passe bien d’ici-là. Mais ça n’est pas tout puisque en 2022, il semble que nous aurons droit, non pas à un Hellfest, mais à deux Hellfest puisque le festival revient une semaine plus tard pour un deuxième week-end de folie, du 24 au 26 juin 2022. Pas le temps de laisser l’herbe repousser tranquillement, avec en rumeur persistante la cloture du deuxième volet du Hellfest assurée par… Metallica. Carrément ! Tous les détails officiels (du genre mon pass 2020 me donne droit à quel week-end ?) jeudi de la bouche de maitre Ben Barbaud. Histoire de fêter ça, n’oubliez pas non plus que le Hellfest “From Home” c’est aussi ce week-end, avec entre-autres, neuf shows inédits enregistrés pour l’occasion sur les mainstages et retransmis sur ArteConcert.

L'édito de Jean-Mich'Hell du 31 MAI

Mayday, Mayday, nous avons perdu la tolérance et le discernement ! Si par hasard, l'un d’entre vous a eu la mauvaise idée de les mettre de côté, il serait urgent de nous les rendre ! Dans le désordre de cette semaine, Ultra Vomit devenu l’ennemi numéro un devant Dupont de Ligonnès, l’article qui « dénonce » les violences sexuelles dans les festivals de Metal (attention, je ne nie pas que cela existe, je trouve juste l’article caricatural), un groupe de Rock italien Eurovision qui se retrouve au même niveau que Pablo Escobar (nous avons déjà eu droit aux monstres hideux il y a quelques années…) ou encore un Top Chef derrière une batterie… Sérieusement, on en est là ? C’est vraiment ce qui nous préoccupe aujourd’hui ? Ce billet d’humeur n’aura eu comme seul but que de me faire du bien et de dire que cette société manichéenne qui s’offusque, qui est choquée par tout, et au final par rien, sans jamais rien faire d’autre que de gueuler soit devant sa télé, soit derrière son réseau social favori, n’a plus de société que le nom.

L'édito de Didier du 17 MAI

Enorme ! Incroyable ! On y croyait plus ! Je viens de prendre deux places de concert ! Oui, vous ne rêvez pas. Deux places pour un concert en vrai, en live. C'est en extérieur, à Antibes et ça sera pour le Festival Nuits Carrées. Alors oui, ok, y aura une jauge à 600 places, on sera assis, certainement masqués, ouverture des portes à 17h15, dodo à 22h, on sait pas si il y aura une buvette, mais merde, on ira quand même ! Le festival a fait l'effort de se maintenir, les places sont à 8€, il y aura 3 soirées à thème et le 26 juin, je vais pouvoir enfin revoir Klone, en acoustique et voir The Inspector Cluzo, en acoustique aussi. Et si on entrevoyait le bout du tunnel ?

L'édito de Didier du 3 MAI

Un premier concert test de 1200 personnes a eu lieu au Pays-Bas début mars, puis un second avec 5000 personnes à Barcelone il y a deux semaines. Dans ce dernier, le public était testé négatif, masqué mais debout et sans distanciation. Dans les deux cas, pas de “cluster”, aucun signe de contagion détecté même quinze jours après. Alors ? On fait quoi maintenant ? Qu’en est-il de la situation en France ? Apparemment ça bouge aussi avec notre Ministre de la Culture qui annonce un concert test “dans les quinze jours”. Cela pourrait être finalement le 29 mai à l’Accord Arena de Paris avec une jauge à 5000 personnes, pour un concert d’Indochine. Deux autres concerts tests pourraient être organisés au Dôme de Marseille (avec IAM pour l’un d’eux). Hormis les affiches peu à mon goût, je me dis que tout ça semble sur la bonne voie. Mais la Ministre d’annoncer aussi qu’elle était optimiste pour les “festivals assis” et là, je me dis, que ce n’est pas encore gagné.

L'édito de Didier du 19 AVRIL

Je viens de fêter ma première année de télétravail et si ce télétravail a bien de nombreux inconvénients, il a aussi ses petits avantages. En ce qui me concerne, ça m’a permis de découvrir la radio et France Inter en particulier. Depuis, ça me tient compagnie, une bonne partie de la matinée. J’ai ainsi découvert l’émission de Augustin Trapenard, Boomerang, tous les jours de semaine, à 9h10. C’est 30mn de culture, de toutes les cultures et c’est toujours intéressant. Mais quelle n’a pas été ma surprise quand, le  29 mars, Augustin reçoit Angus Young. L’interview est très sympa, Augustin “sait y faire” et le tout est ponctué d’extraits musicaux encore plus sympathiques. Mais le 7 avril je manque de m’étouffer dans mon bol de café en entendant que les invités du jour sont Joe et Mario Duplantier, l’épine dorsale de Gojira. Là encore, l’entretien est très intéressant, ponctué d’extraits musicaux décapants (pour l’heure et l’audience habituelle), Augustin a bien bossé son sujet et même si je ne pense pas que Gojira soit sa tasse de thé, il assure. Alors merci Augustin, merci France Inter, vraiment c’est beau l'éclectisme. Vous pouvez retrouver l’émission avec Angus ici et celle de Gojira ici.

L'édito de Fabulous du 5 AVRIL

Savoir évoluer et s’enrichir, c’est important. Dans la vie de tous les jours, mais c’est aussi le cas en musique. Le terme enrichir peut avoir plusieurs connotations, et ici Aux Portes Du Metal on parle de contenu. Une nouveauté viendra enrichir nos futures mises à jour : l’interview d’un label.
Un bon moyen de mettre en lumières les travailleurs de l’ombre, celles et ceux qui œuvrent pour vous proposer de beaux vinyles et CD, qui aident les groupes à faire entendre leurs douces mélodies. Découvrir ce qui se passe en coulisse, le parcours personnel d’un gérant de label musical et/ou société de promotion, la mise en lumière du catalogue du label et la découverte de nouveaux groupes, le réseau de distribution, les ressources nécessaires etc. Vous apprendrez beaucoup de choses intéressantes.
Et cette nouveauté, c'est pour pas plus tard que tout de suite ! Pour la première, on commence avec un label français historique, M&O Music. Vous verrez à quel point Alexandre Saba est passionné et à quel point il aime ce qu’il fait. La musique le lui rend bien, le catalogue de M&O Music étant en effet très riche et varié. De nombreux groupes de ce label sont d’ailleurs régulièrement chroniqués ici-même.
On espère que ce nouveau contenu, qui apparaîtra de manière aléatoire et plus ou moins régulièrement selon les possibilités de chacun, vous plaira. N’hésitez pas à nous donner vos avis sur le facebook ou le forum des lecteurs. Portez-vous bien.

L'édito de Didier du 21 MARS

Nous savons tous que les artistes ne vendent plus (assez) de disques et que leur principale source de revenus est devenue la scène. Sauf que voilà, ça fait un an que plus personne ne se produit. Alors comment font tous ces groupes ? Et bien pour certains ils ne font plus. Je viens par exemple, de recevoir un message d’un groupe local que j’aimais bien, Miss America, ils jettent l’éponge, c’est fini, victime collatérale du COVID-19. D’autres essayent de se rabattre sur le streaming, les financements participatifs, la vente de merchandising dans leur store. Même chose pour les festivals contraints d’annuler. Toutes les sources alternatives de revenus sont explorées. Par exemple je viens de découvrir que le groupe DeWolf, chroniqué cette semaine, a fait sa soirée de lancement de l’album, en streaming et en plus, c’était vraiment excellent. C’était gratuit, avec juste une petite incitation aux dons. Mais fort de cette expérience le groupe a lancé une sorte de marathon: pendant neuf soirs, ils jouent un album complet par soir, en live streamé. Neuf concerts inédits pour 40 Euros. Plus tôt dans l’année, le groupe Avatar avait fait la même démarche. Alors nous, pauvres confinés, du fin fond de nos nobles demeures que pouvons-nous y faire ? Et ben, nous pouvons participer, tout bêtement. Plutôt que de se lamenter qu’on a plus de concert live, que le streaming c’est tout pourri, on se mobilise et on soutient ses groupes préférés (albums, dons, t-shirts, e-concerts, financement participatif), pendant qu’ils en ont vraiment besoin. On n'attend pas que ce soit trop tard pour eux aussi !

L'édito de Didier du 3 MARS

Un petit édito pour signaler que nous soutenons nos collègues de La Grosse Radio qui s’agacent de l’intervention de notre Ministre de la Culture dans Le Parisien le 28 février dernier. La Ministre déclare que, je cite, “la culture n’est pas à l’arrêt dans notre pays”. Ha bon ? Alors on ne doit pas tous parler de la même culture alors car pour moi ça va faire un an le 13 mars que plus personne ne monte sur une scène, que les salles sont toutes fermées, que tous les festivals sont en train d’annuler leur édition 2021 après avoir annulé 2020, que les salles de ciné sont aussi fermées, qu’avec les couvre-feux et les confinements de week-end, plus personne n’est en mesure de répéter. Ce n’est certainement pas les quelques initiatives de concerts en streaming auquel j’ai pu assister qui vont changer la donne: La culture est TOTALEMENT à l’arrêt Madame la Ministre. En tout cas MA culture, celle de la musique live et des festivals, à l’arrêt depuis un an, en train de crever à petit feu. La méthode Coué ne fonctionne pas, Mme La Ministre.

L'édito de Didier du 21 FEVRIER 2021

Après l’annonce par la ministre de la culture des règles liées aux festivals pour cet été, aucunement adaptées aux festival de musiques actuelles (jauge à 5000, assis, distanciation, pas de bar, pas de restauration), les annulations, que nous pressentions tous, sont tombées en cascade. Une de celles qui nous concerne le plus, c’est bien sûr l’annulation par Ben Barbaud du Hellfest édition 2021. La messe (noire) est dite, il n’y aura pas d’édition 2021 et ça sera une deuxième année blanche pour le Hellfest. Ben laisse entendre qu’il y aura peut-être des initiatives (en ligne), mais certainement pas un Hellfest. Voilà, voilà, les plus éclectiques d’entre vous pourront toujours s’essayer aux festivals de Jazz ou de musique classique. Dans ce cas, pensez à nous envoyer des selfies…

L'édito de Jean-Mich'Hell du 7 FEVRIER 2021

Comme dirait mon voisin rugbyman : "C'est à la fin de la foire qu'on compte les bouses !" Eh bien nous y sommes, le couperet est tombé, les réponses sont là et les résultats sont sans équivoque. C’est AC/DC qui tire son épingle du jeu avec près de 50% de vos votes qui ont couronné Power Up album de l’année 2020. C’est un véritable raz-de-marée pour la bande à Angus ! Comme quoi les papys font bien de la résistance et c’est très bien ainsi… Pour voir votre top en entier, ainsi que ceux de vos chroniqueurs préférés (ou pas), c’est ICI que ça se passe !

L'édito de Jean-Mich'Hell du 24 JANVIER 2021

Aujourd’hui, toute l’équipe d’Aux Portes du Metal est fière de vous présenter la seconde édition de notre compilation « Les Indés'pensables » judicieusement nommée Volume 2. Vous allez retrouver des groupes que nous avons pu chroniquer en 2020 principalement et, nouveauté de cette édition, nous avons eu un coup de pouce de la Klonosphère. Le collectif a fait le lien vers les indépendants dont ils ont en charge la promotion, mais pas la production. Ce sont donc 21 artistes 100% indépendants que vous allez pouvoir télécharger ici. Alors Kévin, tu n’as peut-être pas de Rolex, et pas forcément 50 ans, mais si tu télécharges cette compil’, ta vie sera bien meilleure ! Ah oui Kévin, tant que j’y pense, si tu n’as pas encore rempli ton Top 2020, sache que nous bouclons les votes le 31 janvier.

L'édito de Ced12 du 13 JANVIER 2021

Une nouvelle année qui commence, c’est évidemment l’occasion de présenter ses vœux et aussi ses bonnes résolutions dont on sait avec un brin de lucidité qu’on ne les tiendra que dans une bien trop modeste part.
2021 a cependant bien mal commencé car on a appris que 2020, perfide jusqu’au bout, nous avait pris Alexi Laiho, prodige de la scène scandinave et véritable icône à la fin des années 90 notamment. Il suffit de constater les éloges de beaucoup de musiciens (et guitaristes notamment qui ont reconnu en Alexi Laiho l'un des plus grands) suite à cette annonce pour voir l’immense apport de ce musicien. Sans parler de la sympathie dégagée par ce phénomène. Deux chroniques d'albums de référence sont en ligne avec cette mise à jour. C’est bien peu pour rendre hommage à cet artiste majeur de notre scène.
Devant cette rentrée moribonde (et je ne parle pas du leader d’Iced Earth qui, dans un registre moins dramatique, s’est bien illustré à Washington le 6 janvier dernier), les résultats du référendum concocté par Jean-Mich’Hell ne seront donc diffusés que lors de la prochaine mise à jour, ce que nos lecteurs comprendront je l’espère. Il est encore temps de voter pour celles et ceux qui ne l’ont pas encore fait (https://tinyurl.com/sondagelecteur2020) et n’hésitez pas à indiquer un autre album qui vous tient à cœur si l'avons oublié dans cette folie de fin d’année. Promis, Jean-Mich’Hell les compte.
Bonne année à toutes et tous. Prenez soin de vous.

Les éditos de l'année
Les éditos de 2021
Les éditos de 2020
Les éditos de 2019
Les éditos de 2018
Les éditos de 2017
Les éditos de 2016
Les éditos de 2015
Les éditos de 2014
Les anciens éditos