Les éditos de l'année 2020



L'édito de Didier du 30 DECEMBRE

Dure année que cette année 2020 qui se termine (enfin ! a-t-on envie d’ajouter). La pandémie, bien sûr, a bouleversé nos vies, professionnelles, familiales et culturelles. Si j’ai pu, grace au télétravail, écouter beaucoup plus de bonne musique, tranquille chez moi, côté musique live ce fut une année blanche, naze. Bien sûr, j’ai expérimenté les festivals en streaming, quelques concerts payants en streaming, mais bon merde, même si c’est sympa et permet de faire vivre nos artistes préférés, ça manque de contacts humains, de convivialité, de gros son. L’année a vu aussi disparaitre son lot d’artistes qui nous étaient chers comme Eddie Van Halen, Neil Peart, Brian Howe, Tony Costanza, Pete Way, Frankie Banali, Ken Hensley, Jason Slater et tout récemment Leslie West. Bref une année bien pourrave qu’on aimerait vite oublier et remplacer par une année 2021 complètement différente. Oui mais voilà, ça n’est pas aussi simple, alors soyez prudents pour ces festivités “en petit comité”, histoire qu’on se retrouve tous, une bonne bière à la main, dans un bon gros festoche en 2021 !

L'édito de Jean-Mich'Hell du 22 DECEMBRE

2020 touche à sa fin et les perspectives pour 2021 se précisent… A priori, nous devrions revivre de la musique en live au cours de l'année qui arrive. Ce sera avec un gros ouf de soulagement et nous reprendrons une bonne dose de décibels accompagnée d'un bon jus de houblon.
Mais en attendant, nous allons regarder l'année musicale qui vient de s'écouler, et quoi de mieux qu'un petit sondage pour connaître votre Top 10 ? C'est ici que ça se passe. 

L'édito de Didier du 6 DECEMBRE

Les festivals de musique ne veulent pas crever. Un certain nombre d’entre eux viennent de communiquer sur le fait qu’ils étaient déterminés à faire vivre leur festival en 2021. Apparemment, les Etats Généraux des Festivals, organisés par le Ministère de la Culture début octobre (je vous en avais parlé), ont redonné le sourire aux 1500 participants, qui osent enfin se tourner vers l’avenir. Méthode Coué vous allez me dire ? Peut-être, mais qui redonne un peu d’espoir à toute une profession sinistrée, c’est déjà pas mal, même si l’été 2021 semble déjà si proche et à la fois toujours aussi incertain. Attention aussi car la pandémie en France c’est une chose, mais la venue d’artistes étrangers risque aussi de poser problème. A voir donc, car on imagine difficilement un Hellfest sans groupe étrangers, avec vaccination, test PCR ou masque obligatoire pour les festivaliers. En attendant 120 festivals Français, dont le Hellfest, ont signé la tribune.

L'édito de Didier du 22 NOVEMBRE

Le dernier album de System Of A Down, Hypnotize, date d’il y a juste quinze ans. Depuis, plus rien. C’est le “hiatus” (une coupure, mais en jargon plus intello) qui a permis aux membres du groupe de s’exprimer au travers d’autres projets : Serj Tankian dans ses excellents albums solos, Daron Malakian avec le projet Scars On Broadway et Shavo Odajian avec son groupe AcHoZeN. A la surprise générale, le groupe aux quarante millions d’albums vendus vient de sortir de son mutisme début novembre en lâchant deux nouveaux morceaux (Protect The Land et Genocidal Humanoidz). Pas si mal je trouve, surtout le second ; il faut dire qu’on est un peu sevré depuis quinze ans, on prend un peu tout ce qui vient. Mais on s’interroge aussi : un nouvel album serait-il dans les cartons ? Eh bien d’après Daron, il n’en est rien. C’est uniquement une réaction à la guerre dans le Haut-Karabath qui oppose l’Arménie et l’Azerbaïdjan. En effet, le groupe, californien d’origine arménienne, a toujours été très engagé pour soutenir l’Arménie et il a décidé de sortir ces deux titres dont les bénéfices iront financer l’aide aux familles déplacées à cause de cette triste guerre. Voilà, fausse alerte dont vous n’ignorez plus le contexte.

L'édito de Bane du 15 NOVEMBRE

Hein ? Quoi ? Non, pas lui !

La nouvelle arrive ce mardi 6 octobre, en soirée. Journée maussade, soirée chiante, climat sinistre… Et puis ça. Le choc, forcément. Le vrai choc, celui qui fait perdre l’équilibre. Assis sur mon lit, j’encaisse la nouvelle : Eddie Van Halen est mort. Et avec lui, quelque part, c’est un peu la guitare électrique toute entière et un mur porteur du rock qui meurent aussi. Évidemment, je ne le connaissais pas personnellement, je ne l’avais jamais rencontré. Mais hier, j’ai un peu eu l’impression de perdre un pote.
Alors que dire ? Que dire à Eddie – ouais, c’est presque un ami, finalement -, si ce n’est : MERCI. Un bête merci, un grand merci, un éternel merci. Quoi d’autre ? « Repose en paix » ? Mouais, j’en doute. S’il y a quelque chose après la mort, sois sûr qu’Eddie est parti noyer ce quelque chose dans un tsunami de guitare. Si le fameux escalier vers le Paradis, cher à Led Zep, existe bien, Eddie y fait des allers-retours, guitare à la main, sourire aux lèvres. C’est quand même pas la mort qui va l’empêcher de s’exprimer, si ?
Du coup, pour lui rendre hommage, nous vous avons concocté cette édition spéciale. Et ce billet d'humeur, dont vous pouvez lire l'intégralité à cette adresse.

L'édito de Didier du 8 NOVEMBRE

Vous vous rappelez que vendredi de cette semaine, c’est le 13 novembre ? Et qu’est-ce qu’il y a, le 13 novembre 2020 ? Eh bien le nouveau AC/DC, Power Up, fait sa sortie mondiale ! C’est quand même une bonne nouvelle, en tout cas sur le papier, comme on dit. Le line-up est au complet (Cliff, Brian, Phil, Stevie et Angus), même Malcom est crédité puisque de nombreux riffs de sa collection privée ont été utilisés pour Power Up. Et puis c’est pas comme si on n'avait pas besoin d’un petit coup de baume au cœur en ce moment. Alors vous savez quoi, on va tous passer le week-end prochain confinés, certes, mais à écouter le petit dernier d’Angus et sa bande. Et soyez sympa, achetez-le “solidaire” en testant le click & collect de votre disquaire préféré. Chiche ?

L'édito de Didier du 23 OCTOBRE

Les 2 et 3 octobre étaient organisés les premiers états généraux des festivals, organisé par la Ministre de la culture à Avignon. COVID-19 oblige, les professionnels pouvaient aussi participer à distance. Un premier (bref) bilan d’un secteur en difficulté peut être consulté sur ce site. Plus d’une centaine de festivals français étaient représentés et ont pu faire état de la situation plus que délicate dans laquelle ils se trouvent après cette terrible année 2020. Malgré les annonces de la Ministre, la morosité reste de mise et la situation commence même à inquiéter les acteurs qui nous intéressent comme le Hellfest. En effet, Ben Barbaud, à la veille de ces états généraux déclarait que 2021 était à risque. Vous pouvez lire ses interviews sur Rock & Folk ou, plus drôle, sur Le Figaro, car oui, Le Figaro parle du Hellfest (surtout quand il risque d’être annulé en fait). Jetez quand même un oeil sur l’URL vous allez vous marrer. Par contre c’est bien le seul truc qui fait sourire, le reste de l’interview ferait plutôt pleurer. Rendez-vous en janvier pour le verdict…

L'édito de Ced12 du 16 OCTOBRE

Décidément, 2020 est une année bien compliquée. En souffrance, le monde la musique (groupes, producteurs, maisons de disques, tourneurs, salles) s'organise comme il peut et malgré tout, l'actualité des sorties d'albums se maintient à un niveau convenable. Nous avions depuis un moment en tête de vous proposer une mise à jour thématique autour des disques "oubliés" (entendre par là non encore chroniqués sur cette auguste publication) mais malgré l'absence de concerts, nous n'avons pas manqué de sorties à vous proposer. La voici donc cette "spéciale 2010". Point de grandes découvertes en vue mais des albums qui nous ont plu, des groupes qui mériteront toujours qu'on parle d'eux malgré des actualités moins chargées, des chroniqueurs ayant rejoint l'équipe récemment souhaitant parler de groupes qu'ils aiment, ou plus simplement de discographies de certains groupes à compléter. Puissiez-vous prendre autant de plaisir à les lire que nous en avons pris à les écrire et surtout prenez soin de vous et des autres afin que nous puissions vite nous retrouver dans des salles de concert / festival / bar.
Un dernier mot pour l'immense et inoubliable Eddie Van Halen qui nous a quitté il y a peu rejoignant d'autres géants de la musique. Décidément 2020...

L'édito de Didier du 5 OCTOBRE

Hein, quoi, comment ? Ça s’affole sur la toile et chez les vieux hard rockeurs. Tonton Zégut l’avait annoncé quelques jours plus tôt, comme souvent : AC/DC revient avec un nouvel album, le seizième du groupe. Power Up, ou PWRUP c’est pas clair, dont nous devrions découvrir le premier single, Shot In The Dark, le 7 octobre. Et ça n’est pas tout, puisque le line-up annoncé fait aussi plaisir, avec Brian Johnson (certainement toujours sourd) de retour au mic, Cliff Williams de retour à la basse et Phil Rudd de retour à la batterie. C’est toujours Stevie Young qui remplace son défunt et vénéré oncle Malcolm, à la bonne vieille Gretsch (on ne change pas une institution comme ça) aux côtés de son autre oncle Angus. D’après le producteur Mike Fraser, Angus a utilisé des tonnes de matériel laissé par Malcom avant sa mort. Enfin une bonne nouvelle en 2020 !

L'édito de Bane du 21 SEPTEMBRE

Et si on se serrait les coudes, entre fans de musique métallique ? Cette semaine, je vous propose de soutenir financièrement un projet vraiment sympa. En effet, monsieur Heavy REM, animateur du chouette podcast Inoxydable, a décidé de lancer un fanzine, avec une dizaine d'intervenants divers et variés. Le but est de livrer un chouette produit d'une centaine de pages. Mais pour y arriver, ils ont besoin de nous. Pour seulement 13 petits euros, vous pourrez soutenir l'initiative et recevoir le précieux sésame. C'est pas cher payé pour un beau livre et pour aider la fameuse fraternité du Metal, si chère à Manowar, si tant est qu'elle existe...
Toutes les infos ici : https://mobile.ulule.com/inoxmag

L'édito de Didier du 06 SEPTEMBRE

Ça fait un moment que je vous bassine avec mes éditos à propos de diverses initiatives en streaming de nos artistes préférés. Je n’ai aucunement la prétention de convaincre qui que ce soit d’aimer les concerts en streaming ; d’ailleurs, mes collègues chroniqueurs m’ont répondu “foutaise” quand je posais la questions la dernière fois. Certes, mais aujourd’hui, je constate que les tournées s’annulent les unes après les autres, repoussées à 2021, comme celle de Nightwish cette semaine. Mais qui est capable d’assurer que ces nouvelles dates auront lieu en 2021 ? Personne ! Je ne veux pas faire de catastrophisme, mais il est impossible aujourd’hui de savoir quelle sera la situation en 2021, surtout quand on voit le nombre d'états qui imposent des quatorzaines aux étrangers qui rentrent dans le pays. Pas facile d’organiser des tournées avec ces contraintes en plus des règles barrières pour le public. Alors on fait quoi en attendant ? Enfin, je dis “on” mais pour nous, public/fan, c’est juste une question de patience. Mais ils font quoi les artistes, en attendant ? Sachant que leurs plus gros revenus, ils le tenaient des dates de concert. Certains essayent d’innover et c’est le cas ce week-end pour Marillion, qui avait organisé sa première (et dernière, espérons-le) Couch Convention. Alors oui, c’est naze de rester vautré dans son canapé (couch) en regardant des concerts en streaming (vous regardez bien des séries, bordel !), mais c’est peut-être mieux que de découvrir, quand ce foutoir sera terminé, que les artistes ont mis la clef sous la porte. Faute de moyens.

L'édito de Didier du 24 AOUT 2020

Pour ou contre les e-festivals en streaming ? J’aborde le sujet dans mon report du European Metal Festival Alliance. Entre-temps, le Wacken a mis à disposition son Wacken World Wide, avec pas mal de très bons concerts enregistrés par les groupes, spécialement pour l’occasion, disponibles en très bonne qualité et gratuitement. Dans celui de Blind Guardian, Hansi Kürsch, le chanteur explique que, sans cette initiative, ils n’auraient pas joué du tout en 2020, que c’est un peu spécial de jouer en live devant personne, mais qu’on s’y fait. A la fin du set de Beyond The Black, un des guitaristes, pris au jeu, jette même son médiator dans la fausse foule. Il faut dire que Wacken a mis le paquet car, outre la mise à disposition d’une belle scène, de multiples caméras vidéo, ils ont ajouté des effets 3D (au look certes un peu cheap) de fausse foule (cris, circle pits, travelling, vues aériennes, flammes…). Ça rappelle l’univers du jeu vidéo Guitar Hero, ça fait sourire, mais clairement les groupes ont l’air de se prendre au jeu, d’y trouver une maigre consolation et un moyen de toucher leurs fans. Mais pour nous autres, fans frustrés, privés de festivals cet été ? Qu’en penser : bonne idée ou foutaise anecdotique ?

L'édito de Jean-Mich'Hell du 10 AOUT 2020

Ah, ah ça y est nous y sommes dans le monde d’après ! Je parle bien entendu en matière de musique, car pour le reste… M. Daniel Ek, propriétaire de Spotify, et multimilliardaire a donné la leçon au monde de la musique : « Vous ne pouvez pas enregistrer de musique une fois tous les trois ou quatre ans et penser que cela suffira. ». Il parlait des revenus issus des streamings sur sa plateforme, en citant le carton de Taylor Swift qui, un an après son dernier album, a profité du confinement pour en sortir un nouveau écouté plus de 98 millions de fois en 24 heures. M. Ek, si par bonheur vous lisez ces lignes, sachez tout d’abord que je me joins aux nombreux artistes qui vous ont prié d’aller vous faire foutre. Deuxièmement, les personnes qui achètent des albums, des fétichistes comme moi, continueront à en acheter. Ceux qui n’en achètent pas continueront également. La seule différence, c’est que vous pouvez peut-être capter cette seconde catégorie, et vous engraisser sur le dos des artistes. C’est vous qui avez besoin des artistes pour exister, pas le contraire.

L'édito de Jean-Mich'Hell du 20 JUILLET 2020

Le samedi 18 juillet était lancé le compte instagram #MusicTooFrance. Ce nouveau # tente de redonner un nouveau souffle à la lutte contre les agressions sexuelles et sexistes, mais cette fois-ci en se concentrant dans le milieu de la musique : la plateforme a pour but de récolter des témoignages de manière anonyme, jusqu’au 30 septembre 2020. Initiative louable s'il en est, d'autant que le petit monde du Metal a vu quelques visages du genre se faire éclabousser par un certain nombre d'affaires, elle pose tout de même la question de l'impact de la mobilisation depuis le fameux #Metoo. Les coutumes ont-elles changées ? Y a-t-il plus de respect dans la rue, les salles de concerts, les bars... ? Mesdames, à part l'effet salvateur de s'exprimer, vous sentez-vous plus en sécurité qu'avant #Metoo ? J'en doute. Il faudra certainement un peu plus que de s’indigner via à un #, pour faire évoluer les mentalités. S'indigner, c'est avant tout se mobiliser et éduquer.

L'édito de Didier du 6 JUILLET 2020

Oyez, oyez chevaliers du metal ! Alors que la peste bubonique continue de sévir dans la contrée, les organisateurs du festival L’Antre du Lion, qui en ont dans les brailles, nous annoncent déjà le programme des prochaines festivités. Pour cette troisième édition, dont nous sommes une fois de plus les heureux partenaires, le festival passe à une formule sur trois jours (ou plus exactement deux soirs et une journée) et sur deux sites. Au programme : six groupes le vendredi soir sur la commune du Broc (RIFF TONIC, Wildsofa, Marie Antoinette the band, Alpha Blank, Schrodinger et BUKOWSKI), six groupes le samedi soir sur la commune de Gattières (Leahtan, Hardcore Anal Hydrogen, Akiavel, FROM DISMAY, Dissident.Thrash.Official, SVART CROWN) et un banquet familial le dimanche midi suivi d’un baléti (danses traditionnelles provençales) avec le groupe Lu Barbalùcou, toujours à Gattières. Alors diantre ! Ces festivités auront lieu les 22, 23 et 24 janvier 2021, c’est encore lointain mais comme vous le savez tous, ces petits festivals comptent beaucoup (surtout leur trésorerie, d'autant plus en ce moment) sur les préventes pour mener à bien le projet en toute sérénité. En plus, d’ici fin août, les pass 3 jours sont à 28€, les 2 jours à 18 €. Alors ouvrez toutes grandes vous bourses et bougez vous le fessier ici. Mortes couilles !

L'édito de Didier du 22 JUIN 2020

Ca y est ! J’ai pu reprendre le chemin de l’Althérax, notre salle préférée sur Nice. En effet, celle-ci a réussi à réouvrir avec, bien entendu, son lot de mesures spéciales COVID-19. D’abord, la salle a été aménagée avec des petites tables, donc plus de fosse (ni de pogo donc) mais plutôt des clients attablés, tranquilles, en mode live music bar et qui sirotent une binouze. Le port du masque est obligatoire pour les gens debout, ceux assis n’en portent pas. Du gel hydroalcoolique est disponible à l’entrée et théoriquement obligatoire à chaque entrée. L’extraction d’air a été améliorée. Bref tout à été fait pour que les spectateurs reviennent. Sur scène se sont succédés le punk rock de Garbö, puis celui plus indus de Latex et le hard rock classique de Balls Out. C’est Glamour At The Gate qui a clôturé avec classe la soirée. Une première sortie post-COVID pour une quarantaine d’amateurs de musique live. D'autres soirées sont déjà annoncées. A priori pas de gros risques d’infection à part peut-être pour le bouillonnant chanteur de Latex qui était plus souvent dans le public que sur scène. L'avenir le dira.

L'édito d'Orion du 9 JUIN

Plus de concerts depuis un moment et  certainement pour un moment encore… Cela vous attriste sans doute mais il y en a que cela attriste encore plus, ce sont les groupes eux-mêmes car les tournées sont leur gagne-pain. Je ne parle pas ici des groupes qui sont à l’abri du besoin depuis bien longtemps (ceux qui remplissent les stades à chaque tournée), mais des autres. Sans tourner, que leur reste-t-il comme moyen de subsistance ? Les ventes de CD et de merchandising. Alors, si vous les soutenez vraiment, au lieu de télécharger leurs albums gratuitement ou les écouter librement sur le net, allez faire un tour sur leurs sites et commandez leurs albums et leurs tee-shirts. Ce sera le meilleur moyen de leur rendre service en ces moments difficiles pour eux…

L'édito de Didier du 25 MAI

Ça fait déjà quelques éditos que je vous bassine avec des idées qui permettraient aux artistes de remonter sur les planches et se produire devant leurs fans. Avec ce putain de virus, tout le monde s’interroge : Comment faire ? Dans un concert assis ? Un concert debout ? Un festival ? On ne voit pas trop comment l’organisateur pourrait bien faire pour répondre aux sacro-saintes règles barrières. Certains proposent une formule à laquelle, j’avoue, je n’avais pas pensé et qui va rappeler à certains la grande époque des cinémas drive-in. Eh oui, un concert drive-in ! Pourquoi pas ? Certains se sont déjà lancés au Danemark : 500 voitures, maximum 4 personnes, on applaudit en klaxonnant, on écoute sur sa radio en FM, on commande des binouzes aux dessoiffeurs et on peut même interagir avec l’artiste grâce à une session de visioconférence. Une autre initiative similaire s’annonce déjà au Canada. Restent quand même quelques questions importantes à régler comme par exemple : Pour les wall-of-death, ça se passe comment ?

L'édito de Didier du 11 MAI

Nous y voilà, à ce jour de déconfinement. La tension est palpable : sortirai, sortirai pas... Ce qui est sûr, c’est que pour le moment, pas possible d’envisager quoi que ce soit pour retrouver le chemin des salles de concert. Le monde du spectacle au sens large est en grande difficulté. Comment imaginer aujourd’hui d’aller s’entasser dans une salle pour écouter notre sacro-sainte musique live ? Quand on voit les mesures prises dans de simples commerces, on se dit que le retour “à la normale” va malheureusement prendre beaucoup de temps. Peut-être qu’en attendant, il va falloir innover et changer nos habitudes. Je vous ai déjà parlé du concert de Blues Pills et vous avais annoncé déjà l’apparition de festivals en ligne. Eh bien justement, j’ai (avec plus de 6000 autres personnes) pu assister samedi soir à celui organisé gratuitement par nos confrères de The Prog Report, le Prog From Home Festival. Le principe était simple : des artistes de rock progressif qui jouaient, soit seuls chez eux, soit en groupe-chacun-chez-soi. Tout au long de ces trois heures se sont ainsi enchaînées vidéos préenregistrées et petites interventions d’artistes ou d’organisateurs. La qualité était très bonne (à quelques exceptions près) et j’ai vraiment passé un très bon moment avec quelques prestations à couper le souffle, comme celles au piano de Jordan Rudess (Dream Theater) d’Oliver Wakeman (Yes et fils de Rick) et de Casey McPherson (Flying Colors). Celles de John Mitchell (It Bites), de Nick D’Virgilio (Spock’s Beard), de Neal Morse en famille ou celle en groupe d’Enchant. J’ai pu aussi découvrir quelques groupes comme The Reign Of Kindo ou Moron Police. Tout est dispo en “replay”, un autre avantage de la formule “on-demand” et “worldwide”. Ça donne à réfléchir.

L'édito de Didier du 30 AVRIL

Un petit édito à but lucratif, pour changer. En effet, comme vous pouvez le constater, notre site ne fait aucune pub (c’est pourtant pas les sollicitations qui manquent) et ce, afin de soigner le confort de nos lecteurs. Malgré tout, nous avons quelques frais de fonctionnement, limités certes (hébergement du site, nom du domaine, frais postaux) mais quelques frais quand même. Pour équilibrer notre budget, nous sommes devenus, il y quelques années un partenaire Amazon (peu d’autres choix en fait, mais après, vous pouvez aussi juste faire un don en cliquant sur le bouton appropriĆ© en bas de cette page), ce qui nous permet de grappiller 5% des achats réalisés sur Amazon avec notre “tag” AuxPortesDuMetal. Ceci concerne toutes les boutiques Amazon pas que la musique de sauvage. Ces derniers mois les revenus se sont un peu tassés (les nôtres, pas les leurs), d’où cette petite piqûre de rappel. Tout est bien expliqué . Mais pour faire simple, utilisez ce lien pour votre shopping sur Amazon, et n’hésitez pas à le garder dans vos favoris. Ça marche encore mieux. Nous vous en remercions par avance.  

L'édito de Didier du 19 AVRIL

Rush est à l’honneur cette semaine dans notre chronique "Back To The Past", avec Permanent Waves qui souffle ses 40 bougies cette année ! Mais Rush était aussi à l’honneur ces dernières semaine au travers de Youtube. En effet, quand Alex Skolnick (guitariste de Testament mais aussi du trio de jazz qui porte son nom) s’ennuie chez lui en confinement, il se fait des petites covers de groupes qu’il apprécie et justement, il est fan du trio canadien. Et quand il cherche des amis pour l’accompagner, il trouve des musiciens de très gros niveau comme Ra Diaz (bassiste de Suicidal Tendencies) et Charlie Benante (batteur d’Anthrax), qui justement eux aussi s’ennuient chez eux. Le tout nous donne une reprise magique du célèbre instrumental de Rush, "YYZ" à mater ici. Et comme ils ont l’air d’avoir kiffé (et nous aussi), ils ont remis le couvert avec une autre reprise instrumentale de Rush tout aussi géniale, à savoir, "La Villa Strangiato", que je vous conseille aussi, ici.

L'édito de Didier du 12 AVRIL

Alors oui, on est tous tristes, l’édition 2020 du Hellfest n’aura pas lieu. Mais soyons réalistes, ce n’est que la confirmation de quelque chose qu’on savait inéluctable depuis quelques semaines déjà. C’est mieux comme ça et on se retrouvera tous en forme en 2021. Suite à cette annulation, le Hellfest a initié un mouvement que je voudrais saluer et mettre un peu plus en lumière: Hellfest For Health. En effet, puisque les 20.000€ de budget prévu pour les frais de médecins-urgentistes présents tous les ans sur place n’ont pas été distribués, Hellfest Productions a ouvert avec cette somme une cagnotte pour le CHU de Nantes. Objectif fixé: 66.666€, car oui c’est bien des metalleux (et fiers de l’être) qui financent. N’hésitez pas à apporter votre soutien, ici. Bravo au Hellfest et à vous tous et merci pour eux !

L'édito de Bane du 5 AVRIL

Je me fends aujourd'hui d'un petit édito car le monde va mal. Vous le savez, la France est actuellement presque paralysée et notre beau monde du metal n'y échappe pas. Et c'est notamment chez nos confrères de RockHard que cette saleté fait des dégâts. En effet, ces derniers ont dû poster leur dernier numéro gratuitement sur internet car les imprimeries ne tournent plus. Rajoutez à cette perte d'argent le fait que les partenaires commerciaux ne les contactent pas pour les pubs et vous vous retrouvez avec un mag qui n'a pas pu payer ses employés ce mois-ci et qui, aux dires du rédac' chef, pourrait bien disparaître à cause de cette crise ! Une cagnotte a été mise en place pour les soutenir et je vous invite donc à y faire un tour, pour que la presse metal en France reste ce qu'elle est... C'est là !

L'édito de Fabulous du 25 MARS

Comme vous le savez tous, le Coronavirus occupe la quasi totalité de l’actualité, obligeant les salles de concerts, les organisateurs de festivals et les groupes à annuler leurs concerts. Mais ce brusque changement est bien secondaire, la santé de chacun étant bien plus importante. Donc restez chez vous, prenez soin de vous. Si vous ne travaillez plus en ce moment, profitez de votre temps libre pour consulter Aux Portes Du Metal car on ne s’arrête pas. Les chroniques récentes ou plus anciennes continuent, nous avons donc matière à vous contenter. Découvrez de nouveaux groupes grâce à nous ou réécouter vos classiques. Et en plus, c’est toujours bon à prendre en ces temps difficiles et moroses : la musique adoucit les mœurs.

L'édito de Didier du 11 MARS

Robert Plant a tranché : il ne participera pas au G! Festival dans les Iles Féroé (qui font partie du Danemark). En effet, il a découvert que le festival se déroulait en même temps que la célèbre pratique du grindadráp qui consiste, chaque année et ce, depuis des milliers d’années, à attirer des centaines de baleines et de dauphins dans une baie afin de les exterminer à coups de couteaux, de haches et de crochets. Une vrai boucherie qui, à l’origine, permettait aux habitants de l’ile de stocker leur nourriture pour l’hiver, mais qui n’a plus aucun sens aujourd’hui et qui suscite la controverse depuis des années. L’organisateur du festival s’offusque, déclare que ça n’est pas professionnel. Peut-être, toujours est-il que le Robert a fait des émules et d’autres artistes invités ont aussi suivi le mouvement et décidé de se retirer.

L'édito de Didier du 26 FEVRIER

Le metal est-il le nouveau classique ? La question est sérieusement posée par Augustin Lefebvre de Radio Classique. L’article est très intéressant et le podcast associé plus encore. Son invité pour le podcast est Hubert, célèbre pour sa chaîne Metalliquoi, qui avait déjà traité du sujet ici. Lors de ces 15 minutes de podcast, on passe en revue les influences classiques dans le metal, les techniques communes entre les deux genres et les groupes de metal symphoniques. A écouter ici.

L'édito d'Orion du 9 FEVRIER 2020

Le monde du Metal se mobilise pour sauver la planète !
Cet été, nous avons tous vu une grande partie de l’Amazonie partir en fumée. Aujourd’hui, c’est l’heure de replanter des arbres dans cette partie du monde. Les organisateurs du célèbre festival allemand Wacken Open Air ont lancé une opération en décembre avec le WWF : planter des arbres sur une superficie équivalente au site du festival, à savoir à peu près 5 hectares. L’appel aux dons a été un succès et en moins d’un mois, l’objectif a été atteint : c’est 5000 arbres qui seront plantés prochainement.
Devant le succès de cette première opération, une seconde campagne de financement vient d’être lancée par le WOA pour couvrir trois nouveaux hectares. Si vous vous sentez l’âme d’un mécène, c’est ici : http://wacken.click/donate-a-tree

L'édito d'Orion du 28 JANVIER 2020

Il y a quelques semaines, nous vous avons demandé quels étaient vos dix albums préférés de l’année écoulée. Un grand nombre d’entre vous a répondu à notre sondage et nous vous en remercions. Nous vous remercions également pour votre fidélité, car l’année 2019 a été une année gratifiante pour la rédaction : vous avez lu plus de 2 millions de pages ! Un score jamais atteint jusque-là. Et donc aujourd’hui, nous sommes en mesure de vous dévoiler les résultats de vos votes. Vous pourrez également consulter les choix de la rédaction pour l’année 2019, ça se passe sur notre page Contacts.

L'édito de Didier du 12 JANVIER 2020

La nouvelle de la disparition de Neil Peart est tombée vendredi et elle m’a littéralement sonné. Neil Peart, le “Professor”, vient de succomber à un cancer du cerveau qu’il combattait depuis plus de trois ans. Il avait soixante-sept ans et il laisse derrière lui sa seconde épouse et Olivia, sa fille de dix ans. Neal Peart était depuis (presque) toujours le batteur de Rush, le trio canadien qu’il avait rejoint juste après la sortie du premier album en 1974. Depuis il en était aussi devenu le parolier officiel. Et quel parolier ! Neil était introverti, il parlait peu mais écrivait magnifiquement bien. Techniquement, Neil était un monstre, sacré batteur de l’année par Modern Drummer huit fois et par Drum! trois fois ! Mais la vie ne l’a pas épargné, puisqu’il perd en moins d’une année, sa fille de dix-neuf ans dans un accident de voiture et sa femme d’un cancer. Sous le choc, il arrête la musique en 1997 et disparaît : Rush n’est plus, le trio étant inséparable. Il sillonne les routes américaines à moto et écrit ses mémoires, pour essayer de s’en remettre, ce qu’il finit par faire en retrouvant ses potes Alex et Geddy en 2001. Le dernier album studio de Rush (le 20ème) restera Clockwork Angels, il clôture l'incroyable carrière de quarante ans, dans un style rock progressif, d’un groupe discret et complètement sous-estimé. En effet, depuis mars 1974, ce trio mythique aura récolté vingt-quatre disques d’or et quatorze disques de platine, ce qui le classe 3ème derrière les Beatles et les Rolling Stones pour le nombre consécutif d’albums certifiés or ou platine.

Suddenly, you were gone…

Les éditos de l'année
Les éditos de 2021
Les éditos de 2020
Les éditos de 2019
Les éditos de 2018
Les éditos de 2017
Les éditos de 2016
Les éditos de 2015
Les éditos de 2014
Les anciens éditos