Artiste/Groupe:

SaaR

CD:

Gods

Date de sortie:

Novembre 2021

Label:

Source Atone Records

Style:

Post-metal instrumental

Chroniqueur:

Didier

Note:

16/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

La fin de l’année 2021 sera instrumentale pour moi. Après l’EP Angle Mort  de Maudits, voilà SaaR, qui sort en cette fin d’année, son troisième album: Gods. Le groupe fondé en 2010, nous vient de région Parisienne et il s’articule autour du noyau de guitaristes Yann Desti et Alexandre Le Mouroux, complété par Boris Patchinski à la basse et Julien Taubregeas à la batterie. Le groupe a déjà sorti The Last Day (2013) et Sol (2016). Yann et Boris ont par ailleurs œuvré au sein de Parlor alors que Julien était aussi aux fûts du groupe Ovtrenoir. Ce troisième opus est un concept album inspiré de l’Odyssée d’Homère qui nous relate en sept titres (souvent) enchaînés, le retour d’Ulysse chez lui sur l’île d’Ithaque. Le tout sans quasi aucune parole. Le son est puissant, sorti du Studio Sainte-Marthe et de son maestro: Francis Castre. Comme souvent dans un album de rock instrumental, les compositions jouent avec nos émotions, un véritable ascenseur émotionnel même. Souvent puissamment riffés (The Journey, Bridge of Death, Tiresias) et saturés, tantôt plus mid-tempo, voire doom (Truth), toujours sombres et mélancoliques, les sept morceaux s’articulent particulièrement bien pour nous faire voyager aux côtés du célèbre héros grec. Le tout, transposé au XXIème siècle, bien sûr, en témoigne la pochette, ultra moderne, ne comportant aucune indication ni du groupe, ni du titre. Certains passages sont carrément hypnotiques, la basse de Boris vient souvent nous chatouiller les tympans, avec de belles lignes posées sur des arpèges de guitare planants (Journey). C’est aussi lui qui est à l’œuvre, tout seul sur Styx et qui nous atomise de puissants accords sur Gods. La plupart des morceaux sont longs et polymorphes (Gods), un aspect qui pourrait facilement séduire certains amateurs de metal prog.



Sur Truth, qui clôture cet album, Julien Sournac (Wolve) vient poser des bribes de voix, me faisant ainsi mentir sur le terme instrumental (à 90% instrumental du coup).  

Personnellement j’aime beaucoup ce genre de musique, exempte de chant, qui me permet plus facilement de me concentrer quand je bosse. Quand on y accorde plus d’attention, c’est aussi une musique qui permet de s’évader, de faire marcher son imagination, ça secoue les synapses et ça, c’est bon. Dans le cas de cet album, SaaR arrive carrément à nous conter une histoire sans un seul mot, rien que par sa musique. Reste que ce style de metal reste aujourd’hui, comme on dit dans le business, un “niche market”, autrement dit, c’est un segment étroit, réservé aux amateurs éclairés. Mais comme finalement l’offre se multiplie, en France (Maudits, Stone from The Sky, Delta Tea, Glowsun, Mars Red Sky, STÖMB, Cerf Boiteux, Abysse, ...) comme à l’étranger (pg.lost, Long Distance Calling, Toundra, Russian Circles, …), il ne me reste plus qu’a continuer d’attirer votre attention et essayer de vous faire apprécier ce style musical, et pourquoi pas en commençant par un groupe tels que Saar, tout à fait représentatif du style.
 
Tracklist de Gods :

01. Ulysses
02. Journey
03. Bridge of Death
04. Styx
05. Tiresias
06. Gods
07. Truth

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !