Artiste/Groupe:

Flotsam And Jetsam

CD:

Blood In The Water

Date de sortie:

Juin 2021

Label:

AFM Records

Style:

Thrash Metal

Chroniqueur:

Blaster Of Muppets

Note:

16.5/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Flotsam And Jetsam est un vétéran de la scène thrash américaine. Trente-cinq ans que le culte Doomsday For The Deceiver, premier méfait d’une discographie fournie (quatorze albums studio), est paru, ce n’est pas rien (en fait, le groupe existe depuis 1981 mais sous d’autres patronymes... techniquement, on est sur du quarante ans d’existence là). Après des débuts qui placèrent le combo bien en vue pour faire partie des grands représentants du style (oui, No Place For Disgrace est loin d’être un album anodin), le gang peina à "transformer" l’essai et trouva vite sa place dans la catégorie des seconds (voire troisièmes) couteaux. On peut blâmer des albums de qualité moindre, certes, mais aussi la décennie des 90s qui ne récompensa pas équitablement toutes les formations œuvrant dans un style traditionnel en train de passer de mode (beaucoup n’en ressortirent pas indemnes). Mais Flotsam n’a jamais jeté l’éponge. Et sa discographie, même si elle ne se montre pas forcément à la hauteur de ses excellents débuts n’est pas honteuse ou inintéressante. Les fans prétendront même que ces messieurs sont sous-estimés et n’ont jamais sorti un mauvais album. Chacun son avis. Pour d’autres (dont votre serviteur), il est en tout cas clair, qu’à l’instar d’autres thrashers en provenances des USA (comme Death Angel, pour ne pas les citer), Flotsam And Jetsam connaît un petit regain de peps et de qualité depuis quelques années. Depuis 2016, pour être plus précis, le groupe fait davantage parler de lui. L’album sans titre sorti cette année-là nous mit la puce à l’oreille. Le suivant, The End Of Chaos, confirma la très bonne forme du quintet en se montrant un cran au-dessus de son prédécesseur. Et aujourd’hui, Blood In The Water s’en vient très joliment illustrer l’expression "jamais deux sans trois" !

On le voit rien qu’au titre de l’album et à sa pochette, le groupe veut en découdre. Flotzilla, fidèle mascotte, a les crocs et se dirige vers vous... ça va saigner (dans l’eau) ! Et pour bien faire passer le message dès le début, ces messieurs vous offrent un bon condensé de poutrage (qu’on rebaptisera "pouthrash" pour l’occasion) sur la première partie du disque. Ce ne sont pas deux, ni trois mais quatre pistes rapides et rentre-dedans - mais toujours mélodiques (c’est du Flotsam, pas du thrash "bourrinobrutal") - d’affilée que les Américains vous offrent en ouverture de ce Blood In The Water ! Avec un beau son puissant et moderne (merci Jacob Hansen au mixage et mastering), un Eric AK Knutson toujours en forme (Flotsam est l’un des rares groupes de thrash à compter dans ses rangs un "vrai" chanteur... et pas n’importe lequel), un Ken Mary qui défonce sa batterie d’entrée de jeu (belles attaques de double grosse caisse et tempo endiablé dès la chanson titre), des riffs costauds et inspirés (sans oublier les leads mélodiques ou solos habiles) servis par la paire Michael Gilbert / Steve Conley... Tout y est !  C’est rapide, efficace, mélodique... les refrains sont épiques et instantanément mémorables. Après la chanson titre, on se dit que l’intensité va forcément baisser mais non, Burn The Sky prolonge la très bonne impression, Brace For Impact (très classic thrash) enfonce le clou et A Place To Die, au galop Maidenien et refrain dramatique aux guitares presque néo-classiques, nous achève en beauté. Aucun titre ne dépasse les quatre minutes trente, c’est concis et compact. Quel démarrage !

Après un tel début, il faut amener un peu de variété et varier les tempos, histoire de ne pas lasser l’auditoire. C’est exactement ce que fait le groupe avec son deuxième tiers d’album introduit par Walls, un morceau bien plus heavy mélodique que thrash fonçant tête baissée. La compo est accrocheuse, notamment grâce à un très bon refrain, toujours brillamment interprété par Knutson. Elle ferait un beau single. Dans ce milieu d’album, on trouve également Cry For The Dead qui donne dans un registre plus "power ballad" avec un refrain costaud et des claviers qui contribuent à une ambiance dramatique bienvenue. Wicked Hour fait dans le power thrash moderne et son riff d’intro (tout comme son ambiance générale) évoque davantage un Nevermore qu’un groupe de thrash des 80s. Et l’on constatera encore à quel point Ken Mary est un excellent batteur.

Retour au thrash véloce qui décoiffe avec le troisième tiers de Blood In The Water. Dragon lance les hostilités avec du riffing et de la batterie propres au headbanging... et 7 Seconds atomise tout sur son passage (avec un riffing thrash très 80s, un tempo effréné et son refrain "seven seconds til the end of the world !" qui donne bien le ton), offrant à l’opus la conclusion épique qu’il lui fallait. Entre ces deux speederies, pas le temps de faire la sieste car Reagression ne fait pas dans la berceuse non plus et Undone interpelle de par son riff plus technique et original (et un couplet aux relents Megadethiens). 

Verdict : des trois derniers albums proposés par Flotsam And Jetsam, ce Blood In The Water est, à mon sens, le plus convaincant. Il reprend les bons ingrédients de ses deux prédécesseurs, laisse l’anecdotique de côté et propose une brochette de compos qui ont tout ce qu’il faut là où il faut. Riffs acérés, chant puissant, mélodies qui marquent, maîtrise instrumentale, des solos de toute beauté, son qui claque... vous pouvez cocher toutes les cases (sauf celle de la grosse surprise ou de l’originalité mais bon, on parle du quatorzième opus d’un groupe de thrash à la carrière de presque quarante ans, il faut être raisonnable dans ses attentes). Ces vétérans font donc ce qu’on attend d’eux et ils le font très bien, avec une fougue qui fait plaisir et intime le respect. Et s’il s’agissait tout simplement du meilleur disque que ces Américains aient sorti depuis No Place For Disgrace ? C’est mon avis. 


Tracklist de Blood In The Water :

01. Blood In The Water
02. Burn The Sky
03. Brace For Impact
04. A Place To Die
05. Walls
06. Cry For The Dead
07. Wicked Hour
08. Too Many Lives
09. Dragon
10. Reagression
11. Undone
12. 7 Seconds

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !