Artiste/Groupe:

Deftones

CD:

White Pony

Date de sortie:

2000

Label:

Maverick

Style:

Néo / Metal Alternatif

Chroniqueur:

ced12

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Allez, allons-y franchement ! Oui, je vais vous parler du fameux album de la maturité. Vieille marotte journalistique pour définir – le plus souvent – le troisième album d’un groupe faisant suite à deux premiers disques débordant d’énergie juvénile, de créativité exacerbée mais encore d’un certain manque de maîtrise. Oui, on retrouve aujourd’hui moins cette expression autrefois bien trop utilisée. Mais parfois, au-delà de ce bon vieux cliché, on ne peut s’empêcher de se dire qu’un groupe a tout simplement progressé. Dans son song-writing, dans sa maîtrise technique, une certaine capacité à digérer ses influences, à se sortir d’un style trop écrasant ou tout simplement adjoindre de nouvelles envies, assumer certains goûts jugés trop « commerciaux ». La présence d’un nouveau producteur peut aussi apporter une autre vision au groupe, l’emmener sur d’autres terrains d’expression. 

Avec ce troisième disque de Deftones, on peine à ne pas en passer par ces remarques tant le style du groupe semble ici totalement maîtrisé. Déjà, le groupe a recruté Franck Delgado comme responsable des samples. Le garçon intervenait déjà par le passé de manière épisodique, le voilà membre à part entière, preuve s’il en est que le groupe assume une dimension new wave. Mais plus généralement d’une volonté d’évoluer ce qui a permis à Deftones de « survivre » au déclin de la scène néo, à mon sens. Le groupe se paie aussi des guests sacrément prestigieux. Maynard James Keenan de Tool ne se contente pas de participer à Passenger mais a participé à la composition de ce titre avec un Chino Moreno s’essayant à la guitare, encore une volonté de progression. RX Queen voit la venue de Scott Weiland de Stone Temple Pilots. On retrouve aussi un Chino Moreno en immense forme vocale avec ce chant caractéristique aérien (Digital Bath). Ce disque se vendit à merveille (troisième place du Billboard, fut multi-primé [pour ce que ça vaut !]) et est encore considéré par beaucoup comme le meilleur disque de Deftones. A égalité avec Around The Fur qui a ses adeptes, probablement par le biais d’un My Own Summer, certainement le meilleur titre de Deftones à ce jour.

La suite sera à mon sens moins réjouissante pour Deftones. Loin de moi l’idée de critiquer les disques suivants mais un peu quand même. On ne peut que constater une légère baisse de qualité et finalement une éclipse pour le groupe qui eut en plus le malheur de perdre tragiquement Chi Cheng. Conservant une place à part dans le cœur de nombreux fans, Deftones continue son chemin mais a pour moi ses heures de gloire loin derrière. Je réitère mes quelques réserves sur un groupe sans doute un peu surcoté et surtout ne m’ayant jamais convaincu en live. Il n’en demeure pas moins qu’Around The Fur et ce White Pony constituent le summum artistique et l’âge d’or d’un groupe qui, mine de rien, aura sacrément marqué la scène Metal.

Tracklist de White Pony :

01. Feiticeira
02. Digital Bath
03. Elite
04. RX Queen
05. Street Carp
06. Teenager
07. Knife Party
08. Korea
09. Passenger
10. Change (In The House Of Flies)
11. Pink Maggit

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !