Artiste/Groupe:

Aerosmith

Vinyle:

Live Bootleg

Date de sortie:

1978

Label:

CBS

Style:

Hard Rock

Chroniqueur:

KABET

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

« Tin nin, tin nin, tin nin… Back !!!! Back in the saddle…. ! ». Je sais cette entrée en matière ne rime à rien du tout et est même plutôt puérile mais j’assume, n’empêche que pour moi ça signifie beaucoup car cet album fut mon pass d’entrée dans l’univers metal, rien que ça ! Il est évident que cette chronique ne sera pas à charge, tant cet album a marqué une partie de mon enfance, j’ai eu la chance d’avoir été biberonné avec cet album (hé hé merci papa !), c’est dire que je ne pouvais que bien tourner musicalement après ça. Bon assez d’autosatisfaction pourquoi cet album ? Nous sommes en 1978 et Aerosmith, toujours précédé de sa réputation d’enfants de chœurs (non je déconne, faut suivre un petit peu) est déjà au sommet de sa gloire avec cinq albums à son compteur tous plus réussis et rock les uns que les autres tels Get Your Wings, Toys In The Attic, Draw The Line, whoua ça envoie déjà du gros là pour les Bad Boys de Boston.


Le seul problème que rencontre Aerosmith c’est qu’un nombre monstrueux de bootlegs circule à cette période, le groupe étant assez coulant sur le sujet. Et qui dit bootleg, dit souvent son bien pourri, ou un jeune rockeur a glissé un enregistreur dans sa poche de jean et capté un concert tout en pogotant comme un damné. Je vous laisse imaginer la qualité du son. Le groupe décide alors de couper l’herbe sous le pied de cette industrie underground pour laquelle ils ne touchent pas un copek, et décident de sortir LE live dans une pochette limite crade avec des ronds de café, aucune photo en façade, un vrai travail de bootlegger. Le son fut capté durant la tournée 77-78 du groupe (avec deux titres datant de la tournée 73 (les reprises Ain’t Got You et Mother Popcorn). C’est donc un double vinyl qui arrive dans les bacs, le groupe offrant le meilleur de ce qu’ils savent faire en live sur les 4 faces de l’album, un best of live du meilleur acabit. Les Toxic Twins sont au sommet de leur art (et de leur décadence, mais ce n’est pas le sujet présent), Joe Perry balance des riffs comme jamais sur des titres devenus des classiques (quel jeu sur Walk This Way !), Steven Tyler est dans une forme olympique avec une voix bien criarde comme on l’aime (Back In The Saddle, Last Child entres autres), et la production est aux petits oignons.

Certains titres ont été captés dans des clubs, d’autres sur des concerts plus importants en audience, et même la reprise des Beatles, Come Together, enregistrée dans un studio de répétition. Le tout forme une unité comme si nous étions face à un seul et même concert. C’est tonitruant de la première à la dernière seconde, et tous les titres proposés sont des chefs d’œuvre à eux seuls (penchez une oreille sur la version de Dream On, superbe !), Aerosmith aura réussi son pari de couper la chique aux bootlegs au son plus que douteux circulants sous le manteau, et au passage récupérer quelques dollars sur cette "industrie".


Ce Live Bootleg sera un carton à sa sortie, et surtout il restera comme l’un des meilleurs live d’Aerosmith, je vous laisse comparer à d’autres productions plus récentes, plus policées, et donc moins nerveuses. Sorti une très grande année (c’est pas moi qui dirait le contraire), il reste le témoignage d’un groupe à son apogée, cette dernière étant encore à ce jour d’actualité, et pour certains, dont je fais partie, une madeleine de Proust. Bien évidemment cette expérience live doit se faire avec le double vinyl, de préférence de l’époque, et non la version CD pour retrouver un rendu parfait à l’écoute.

Tracklisting de Live Bootleg :

01. Back In the Saddle
02. Sweet Emotion
03. Lord Of The Thights
04. Toys In The Attic
05. Last Child
06. Come Together
07. Walk This Way
08. Sick As A Dog
09. Dream On
10. Chip Away The Stone
11. Sight For Sore Eyes
12. Mama Kin
13. S.O.S. (Too Bad)
14. I Ain’t Got You
15. Mother Popcorn / Draw The Line
16. Train Kept A-Rollin’ / Strangers In The Night

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !