Artiste/Groupe:

Transatlantic

CD:

The Absolute Universe : Breathe Of Life

Date de sortie:

Février 2021

Label:

Inside Out

Style:

Rock Progressif

Chroniqueur:

ced12

Note:

16/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Transatlantic est un groupe hors norme. Supergroupe constitué à la fin du siècle dernier, il ne se réunit que tous les cinq, six ans en moyenne et il ne me semble donc pas inutile de prendre un petit moment pour en rappeler l’incroyable line-up : Neal Morse (ex Spock’s Beard, Neal Morse Band) aux claviers / chant, Pete Trevawas à la basse (Marillion), Roine Stolt (The Flower Kings) et le metalleux le plus occupé de la planète Mike Portnoy (trop de groupes mais tout de même une liste non exhaustive : Adrenaline Mob, Sons Of Apollo, The Winery Dogs auquel on peut ajouter des participations live chez Twisted Sister et un passage chez Avenged Sevenfold). A noter que ce dernier va être au cœur de l’année "progressif" 2021 avec aussi le retour programmé (plus de vingt ans après !) de Liquid Tension Experiment où il va retrouver ses ex-comparses de Dream Theater.
 
Formation hors norme je vous disais aussi par son incroyable impact sur la scène progressive et nos amis anglo-suédo-américains ont encore passé un cap avec ce nouveau disque. Le lecteur attentif aura remarqué les parenthèses à la fin du nom de l’album (abridged version). Ce n’est pas un accident. Je vous explique l’histoire, vous allez voir, il n’y a que nos quatre phénomènes pour nous faire ça. On connaît la capacité à proposer des constructions complexes de Transatlantic (Duel With The Devil, le concept album Whirlwind). A présent, le fan est lui aussi mis à contribution. Eh oui, après des sessions d’enregistrement fin 2019, nos quatre fantastiques n’ont pas su se mettre d’accord sur le tracklisting final avec un disque de la durée d’un match de foot. Ne parvenant pas à un compromis (en gros soit on raccourcit pour faire un album simple soit on allonge pour faire un double album), le groupe a donc choisi de faire deux versions, l’une pilotée par Neal Morse (la version courte dite abridged) et l’autre par Roine Stolt (dite extended). On notera une troisième version dénommée ultimate avec encore dix minutes supplémentaires (no comment !!). On voit bien ici dans ce cas toute la logique progressive avec une musique en évolution permanente et du matériel étirable ou non et ce à l’infini. Les fans vont en tout cas avoir de quoi se satisfaire et les plus mordus pourront même s’amuser à challenger les différences qui peuvent aller jusqu’à l’utilisation de différents chanteurs sur un même passage entre les différentes versions. Oui hors norme, je vous dis ! Transatlantic a clairement passé un cap dans son rapport à son public. Bon courage pour ceux qui souhaitent entrer dans la danse (mais l’effort me semble en valoir la peine).

L’auteur de ces lignes étant un réel admirateur du combo mais ne se considérant pas mordu, ce n’est que la version abridged dont je vais vous parler. Je n’ai aussi pas eu accès à cette version longue mais j’avoue que pour moi, sortir deux versions d’un disque me semble trop. Il n’en demeure pas moins que pour les fans, la démarche est assez géniale et aussi très honnête car aucun musicien n’en sort ainsi avec le sentiment d’être lésé par ses collègues ce qui me semble plutôt sain dans une dynamique de groupe. Surtout quand celui-ci carbure au super. Que vous dire de ce disque alors ? Que la dynamique générale me semble aller dans le sens du parcours de Transatlantic, à savoir que depuis son "retour" en 2008 pour Whirlwind, le groupe a un peu perdu son côté événementiel je trouve. Déjà, Neal Morse et Mike Portnoy sont inséparables depuis une grosse décennie et le style de Transatlantic qui avait tant bluffé à son arrivée est maintenant connu des fans. Ces quelques réserves émises n’empêchent pas la très belle tenue de l’ensemble. L’ouverture est même très sympa car reprend bien tout le savoir-faire du groupe entre parties planantes, maîtrise technique époustouflante et ce genre de mélodie inclassable et si typique du combo que c’en est un régal. Ce concept-album, car c’en est un comme Whirlwind, fonctionne vraiment bien, alterne beaucoup de parties ben imbriquées et les bonnes idées pullulent. Mention spéciale aux mélodies de guitares, sublimes et lumineuses comme toujours avec Roine Stolt.

Après quelques lectures, il semblerait que la version longue soit, et c’est logique, plus encline à développer certaines parties, gagnant en profondeur ce qu’elle perd en côté percutant. Les fans de la version abridged iront donc naturellement vers la version longue quand d’autres moins réceptifs se satisferont de cette dernière version. Après les livres dont vous êtes le héros, voici l’album dont vous êtes le producteur.

La bêtise serait de conclure, aimait à dire Flaubert. C’est particulièrement vrai avec ce disque eu égard à ce que je vous ai décrit plus haut et qui sera de fait reçu différemment d’un auditeur à l’autre. Cependant, il me semble que l’on peut toutefois établir un constat assez clair. Transatlantic a encore du talent à revendre, de réelles capacités et nous délivre ici un bien bel album de rock progressif. Je continuerai tout de même de penser que le groupe gagnerait à délaisser la formule concept-album pour revenir vers des pièces de trente minutes, ce que Transatlantic faisait de mieux à mon sens, le format album complet rendant la musique du groupe encore plus longue à appréhender et délaissant quelque peu les non-puristes de la scène prog. Mais pour les fans de cette scène, quelle belle opportunité. Un groupe bien vivant, toujours créatif et dans la prise de risques. Ça se respecte.


Tracklist de The Absolute Unverse : Breathe Of Life (abridged version) : 

01. Overture
02. Reaching For The Sky
03. Higher Than The Morning
04. The Darkness In The Light
05. Take Now My Soul
06. Looking For The Light
07. Love Made A Way (Prelude)
08. Owl Howl
09. Solitude
10. Belong
11. Can You Feel It
12. Love Made A Way (Reprise)
13. The Greatest Story Never Ends
14. Love Made A Way

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !