Artiste/Groupe:

Silent Skies

CD:

Nectar

Date de sortie:

Février 2021

Label:

Napalm Records

Style:

Cinematic Ambient

Chroniqueur:

Blaster Of Muppets

Note:

16.5/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Silent Skies, le projet mené par le chanteur Tom Englund (Evergrey, Redemption) et le pianiste Vikram Shankar (Redemption) est déjà de retour, quatorze petits mois seulement après la sortie de Satellites, son premier (et très réussi) album. Et, pardonnez-moi ce spoiler, comme la dernière fois, c’est encore très beau. 

Tachons d’être assez simple et concis (me connaissant, ça ne va pas être facile mais je peux toujours essayer) : si vous avez aimé Satellites sorti fin 2020, déjà c’est que vous avez bon goût et, ensuite, il n’y a aucune raison pour que vous n’aimiez pas ce Nectar. Parce que la voix et le chant de Tom Englund sont à tomber. Parce que les arrangements de Shankar sont superbes, plein de sensibilité et de subtilité (le musicien ne s’évertue pas à prouver qu’il est un technicien ou un virtuose mais privilégie la douceur, les ambiances...), parfois hypnotiques, toujours habités par la grâce. Alors oui, on n’est pas obligé d’avoir envie d’écouter cela. Ces ballades mélancoliques qui se marient parfaitement avec la saison hivernale que nous traversons demandent une disposition bien particulière. Et alors que je m’apprête à vous dire le plus grand bien de cette œuvre, j’avoue sans complexe que je me vois pas écouter un tel disque tous les jours... mais bon sang que c’est beau ! 

Niveau structure et style, on est sur quelque chose de très proche de l’album précédent... avec un peu plus de concision cependant car si l’on trouve à nouveau dix pistes (la dernière d’entre elles étant, là encore, totalement instrumentale), on est passé d’un disque de cinquante-cinq minutes à un opus qui n’en compte que quarante-sept. Niveau points communs, on notera que beaucoup des compositions sont agrémentées d’interventions au violoncelle... ce qui ne gâte rien, bien au contraire. Si l’on doit parler de différences, ce sera plus compliqué mais le son du piano me parait plus étouffé... comme si Vikram jouait en sourdine. Cependant, le paysage musical ne se limite pas qu’à cet instrument puisque de multiples claviers ou arrangements habillent les chansons. Ces chansons, parlons-en justement. Lentes, tristes sans jamais être trop pesantes, poétiques, sombres et lumineuses à la fois... elles sont souvent des modèles de retenue, de sobriété et d’élégance. Ceux qui ont déjà écouté Evergrey ou le premier Silent Skies le savent : Tom Englund est un vocaliste qui sait mieux que personne insuffler de l’émotion dans son chant. Ses fans trouveront ici encore de quoi se régaler tant il ne déçoit pas. La première moitié contient des chansons aux mélodies qui vont vous hanter des jours durant : Taper a un refrain imparable qui peine à sortir de ma tête depuis que je l’ai entendu, Neverending est superbe et a la bonne idée d’évoluer (avec percussions et chœurs en cours de route), Let It Hurt à la sensibilité plus pop me touche en plein cœur avec son refrain poignant... Et là, je me dis que le duo a peut-être surpassé son travail précédent.

Mais ce n’est finalement (à mon sens) pas le cas. Puisque la seconde moitié de Nectar, bien que quasiment irréprochable m’embarque (très) légèrement moins. En fait, les morceaux sont tous bons. Ils ne détonnent pas... mais l’ensemble finit par manquer de diversité (je n’avais pas ressenti cela avec Satellites alors qu’il ne me semble pas plus varié), quelques pistes s’avèrent un peu trop répétitives à mon goût (Leaving, par exemple) et les mélodies offertes, bien que toujours jolies et soignées, ne me touchent pas autant que celles des chansons citées dans le paragraphe précédent. Pas grave, car l’ensemble demeure d’une grande homogénéité et je me laisse volontiers happé par ce bel univers mélancolique mêlant douceur et force, lumière et ténèbres, peine et espoir avec grande sensibilité. Nectar reste la bande originale idéale (belle mais un brin monotone) pour accompagner vos douces errances hivernales. Avec une seconde moitié d’album aussi forte que la première et une petite pincée de variété en sus, j’aurais crié au chef-d’œuvre.

Tracklist de Nectar :

01. Fallen From Heart
02. Taper
03. Neverending
04. Let It Hurt
05. The One
06. Leaving
07. Cold
08. Better Days
09. Closer
10. Nectar

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !