Artiste/Groupe:

Mercenary

CD:

Soundtrack For The End Times

Date de sortie:

Septembre 2023

Label:

NoiseArt Records

Style:

Death mélodique progressif

Chroniqueur:

Blaster of Muppets

Note:

15/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Séance de rattrapage : en septembre dernier, un groupe que je suis depuis 2005 a effectué son retour après une absence de dix ans ! Ce groupe, c’est Mercenary... et même si ce Soundtrack For The End Times longtemps attendu n’est pas exactement la tuerie que j’espérais, je m’en serais voulu de taire son existence plus longtemps. Il est donc grand temps, en ce début 2024, de rattraper cette erreur, d’autant plus que ces méritants Danois s’apprêtent à venir défendre leur dernière création sur les routes européennes (en compagnie de Hatesphere) en février prochain.

Comme c’est le cas depuis Metamorphosis (2011), le groupe se présente sous forme de quartet. On retrouve le trio constitué de René Pedersen (chant, basse) ainsi que des deux guitaristes Martin Buus et Jakob Mølbjerg auquel vient s’ajouter un nouveau batteur en la personne de Martin Nielsen. Jacob Hansen est à la production, on a donc le droit à un gros son bien moderne aussi propre que massif. Formellement, Soundtrack For The End Times envoie du bois et cela dès son démarrage incarné par Burning In Reverse. Il ne s’agit pas d’un titre extrêmement agressif ou rapide, on est face à un mid-tempo très solide avec murs de guitares à l’appui, section rythmique qui claque, synthés pour enrober le tout... et pistes vocales superposées. D’un point de vue sonore, c’est très riche. La mélodie est au cœur de l’entreprise et les vocalises extrêmes sont plutôt timides (on les retrouve à la toute fin du morceau). Heart Of The Numb, le second titre, est un peu plus remuant et introduit des vocaux plus agressifs (Matt Heafy de Trivium est invité pour l’occasion). Comme souvent avec le groupe, on peut compter sur de super solos en milieu de parcours et de gros refrains anthémiques (petit anglicisme en passant... hymnesques si vous préférez) pour assaisonner le tout. C’est bien fichu, puissant, assez entraînant et accrocheur mais ne vient pas totalement me retourner pour autant. Pour de la mélodie qui va hanter un peu plus durablement mon cerveau, c’est vers Where Darkened Souls Belong que je me tourne. Puissance, mélancolie, tempo plus posé... refrain vraiment marquant. Très belle pièce... Typique d’un Mercenary au sommet de son art !

Pour ceux qui veulent du plus velu (comprendre : de la musique qui renouerait davantage avec les influences thrash/mélodeath de la formation), il y a des titres où Mercenary montre davantage les dents. La quatrième piste Through This Blackened Hatred, par exemple. Double pédale, riff plus méchant, vocaux très énervés... mais toujours gros refrain mélodique, on ne se refait pas. Ca calme ! Mais les Danois aiment les contrastes et ne veulent pas vous noyer sous une suite de pistes interchangeables... donc, juste après, vous aurez l’enlevé Anthem For The Anxious, bien plus mélodique, avec ses petites notes de clavier et des lignes de chants qui, bien que délivrées avec puissance, évoquent des influences plus pop. Les guitares et la production font que l’ensemble reste évidemment massif et ne saurait être confondu avec un titre de Taylor Swift, n’ayez crainte. Si le soin apporté aux ambiances, aux solos (remarquables), à la recherche du refrain qui peut être repris en chœur en concert (A Darker Path, par exemple, peut-être un peu trop entêtant celui-là, soit en dit en passant) est indéniable, l’album commence à légèrement me fatiguer en cours de route... certaines pistes passent et je me rends compte que je suis moins attentif. Pourtant, il y a de très bonnes choses comme Become The Flame (qui, ironiquement, sonne plus Trivium que Heart Of The NumbHeafy était invité) avec son tempo rapide, sa super rythmique (au riff bien sympa) qui se démarque... Black Blood Soil renoue avec le côté velu de la force alors qu’un peu avant, From The Ashes Of The Fallen vous aura resservi une dose de mélodeath mid-tempo (quoi que, des accélérations viennent l’enrichir) à la rythmique principale qui m’a fait penser au In Flames du début des années 2000. Tout cela est objectivement très bon... tout comme la conclusion plus épique et lente incarnée par Beyond The Waves.

Pourtant, à vouloir en faire beaucoup, en mélangeant heavy, prog, death, thrash, avec des touches alternatives, dans un déluge sonore continu (j’insiste, la prod est énorme), avec onze pistes dont certaines s’étendent sur six ou sept minutes (pour un total d’une bonne heure), Soundtrack For The End Times est sans doute un peu trop long et compact... le groupe a eu les yeux plus gros que le ventre (ou peut-être juste le mien). Avec une durée plus raisonnable ou davantage de nuances (ou moments de respiration), l’impact aurait été décuplé, Mercenary aurait frappé encore plus fort. Mais cela ne doit pas nous empêcher de nous réjouir de ce retour loin d’être honteux (même assez impressionnant à vrai dire) ni d’accueillir avec plaisir l’annonce de deux dates françaises le mois prochain (le 9 février à St-Germain-en Laye et le 17 à Metz). J’ai de très bons souvenirs de leurs prestations live et vous recommande fortement d’aller vous prendre une petite claque qui vous réchauffera au cœur de l’hiver ! Personnellement, hors de question de louper ça !


Tracklist de Soundtrack For The End Times :

01. Burning In Reverse
02. Heart Of The Numb
03. Where Darkened Souls Belong
04. Through This Blackened Hatred
05. Anthem For The Anxious
06. A Darker Path
07. Become The Flame
08. From The Ashes Of The Fallen
09. Black Heart, Dead Tissue
10. Black Blood Soil
11. Beyond The Waves

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !