Artiste/Groupe:

Avaland

CD:

Theater Of Sorcery

Date de sortie:

Avril 2021

Label:

Rockshots Records

Style:

Opera Metal

Chroniqueur:

florentc

Note:

16/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Cocorico ! Avaland est un nouveau groupe en provenance de Grenoble. Créé de toute pièce par le jeune Adrien G. Gzagg, le projet se veut être du pur metal opéra dans la lignée des patrons du genre : Avantasia et Ayreon. Entre le nom du groupe, le logo et la pochette (très réussie soit dit en passant), il y a fort à parier qu’Adrien G. Gzagg est un fan du père Sammet. Et quand on jette un œil sur la liste des invités (opéra oblige), on comprend qu’il s’est donné les moyens de ses ambitions. Parmi les plus prestigieux, citons Ralf Scheepers (Primal Fear), Zak Stevens (Savatage / Trans-Siberian Orchestra), Zaher Zorgati (Myrath), Stéphan Forté (Adagio) ou encore le nouvelle chanteuse de Nightmare, Madie, dont on sait qu’elle fait des merveilles, vu le dernier album du groupe sorti l’an passé. Niveau histoire, Theater of Sorcery raconte l’histoire d’un jeune sorcier, Adam Wilstorm, qui pourrait être le salut pour ramener la lumière au royaume d’Avaland

Le premier titre, Theater of Sorcery, est également le premier a avoir été dévoilé. Il voit la participation d’Emmanuelson, chanteur du groupe Rising Steel. Pas mal de claviers, pour un titre axé power metal. Pas forcément emballé lors de la première écoute, le refrain rentre finalement bien dans le crâne et fait son petit effet. A noter un solo du guitare intéressant. Un début sympa qui laisse présager de belles choses pour la suite. Et surprise, les titres ne vont pas tous se ressembler et auront vraiment une personnalité et des ambiances différentes. Gypsum Flower, chanson la plus longue de l’album, possède un riffing bien plus lourd. En plus d’EmmanuelsonRalf Scheepers et Zaher Zorgati viennent pousser la chansonnette. Et bien évidemment, la voix du père Scheepers envoie du bois bien comme il faut. Son envolée aussi agressive que mélodique à l’entame du refrain, et le refrain en lui-même, sont bien réussis. On l’imagine bien hurler son "Can You Feel The Power" le poing levé lors de l’enregistrement ! On ne s’ennuie pas dans ce titre où les ambiances sont changeantes, du heavy bien lourd au théâtral.

Et les femmes dans tout ça ? Elles arrivent ! Heli Andrea du groupe Mobius nous gratifie de sa jolie voix sur Let the Wind Blow et I’ll Be Ready For Your Love. Le premier a des relents plutôt hard rock, notamment dans les riffs de guitare. Le titre propose également les interventions de Jeff Kanji et de Zaher Zorgati. Le deuxième titre est, comme on pouvait s’y attendre, une ballade. Mais comme ce n’est pas suffisamment le cas, il faut reconnaître qu’elle est plutôt réussie. Malgré la longueur conséquente pour une ballade (six minutes), on se laisse porter aisément. La deuxième partie est la plus réussie, justement la partie avec Heli Andrea au chant. Son timbre sur ce titre me fait penser à Ana Mladinovici de Magica. Autre chanteuse présente au casting : Madie de Nightmare donc. Never Let Me Walk Alone sent bon les eightees (d’ailleurs le début me fait penser un peu à Rock You Like A Hurricane de qui vous savez) et les interventions de Madie tout à fait pertinentes. A la fois douce et heavy, sa voix colle parfaitement à l’ensemble. Elle s’exprime également sur War of Minds, un titre sur lequel son timbre se rapproche de ce qu’elle a proposé sur le dernier Nightmare

 

Le dernier titre, Rise from the Ashes, est une grande réunion de tous les participants à l’album. J’aime cette idée, et encore une fois le titre tient la route. Il est à noter que chaque invité possède sa part conséquente et équitable de chant. Ils ne sont pas là juste pour l’étiquette apposée sur le CD, mais bel et bien pour faire vivre cet opéra metal. Et le fait qu’un ou une ne possède pas simplement trois lignes de chant sur tout l’album est à souligner. Je vais terminer par deux titres qui retiennent particulièrement mon attention : Escape to Paradise et Holy Kingdom of Fools. Tout simplement car les refrains sont vraiment excellents. Le genre de refrains épiques que l’on aime trouver dans ce style musical, et ce qui m’a amené il y a déjà plus de vingt ans à écouter tant de groupes en boucle. 

Ce qui est vraiment plaisant chez Avaland, c’est qu’à aucun moment on ressent un gros pompage sur ses ainés mentionnés dans l’introduction. L’influence est là bien sûr, mais ce Theater of Sorcery possède sa propre ambiance, sa propre couleur et c’est tout de même à souligner. Certes on navigue ici dans du power "à l’Allemande" mais on a aussi droit à des influences hard rock, des passages plus sombres, et les compositions sont suffisamment solides pour s’ancrer dans le temps. Ces Français ont vraiment tout le talent pour réussir. Et vu le jeune âge des musiciens, on ne peut qu’attendre d’autres sorties de plus en plus qualitatives. Quand on voit le casting déjà bien prestigieux de ce premier essai, on a déjà hâte de se projeter sur la suite. 

 

Tracklist de Theater Of Sorcery :

01. Theater of Sorcery
02. Gypsum Flower
03. Let the Wind Blow
04. Storyteller
05. Escape to Paradise
06. Holy Kingdom of Fools
07. Never Let Me Walk Alone
08. Deja-Vu
09. I’ll Be Ready For Your Love
10. War of Minds
11. Rise from the Ashes

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !