Artiste/Groupe:

Alea Jacta Est

EP:

Ad Augusta

Date de sortie:

Septembre 2023

Label:

Useless Pride Records

Style:

Metal Hardcore

Chroniqueur:

ced12

Note:

17.5/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Formé en 2006, Alea Jacta Est est une formation metal hardcore assez réputée bien que trop méconnue à mon goût. Il est vrai que le groupe s’est fait plus discret en termes de sorties depuis quelques années. La faute à un contexte que chacun connaît mais aussi des musiciens occupés. Olivier bosse sur le label Useless Pride où on retrouve Enzo le chanteur d’Ørdem qui vient poser un petit featuring sur cet EP, solidarité toulousaine oblige. L’autre présence, celle de Flo de Landmvrks renvoie à une connexion Sud plus élargie. Mais on retrouve aussi les mecs du groupe dans des boutiques de merch’. En un mot, les membres d’Alea Jacta Est sont dans le business de l’industrie musicale mais dans toutes ses composantes. Musicalement, les revoilà avec un EP 7 titres qui espérons remettra le groupe sur les scènes dans la continuité d’une présence remarquée au récent festival Urban Discipline. Composé de Vincent au chant, Pierre à la basse, Eric à la batterie et de la paire Laurent - Olivier aux guitares, Alea Jacta Est possède un patronyme haut de gamme et bien pensé pour un groupe de hardcore par essence peu enclin aux compromis. Le premier aspect qui peut surprendre est l’imagerie très rap, les musiciens précisant d’ailleurs n’écouter quasiment que ça. Etonnant car on trouve des guitares bien vénères, du bon gros riff et une dimension metal indéniable, assumée. Les vidéos sont assez explicites avec une approche très urbaine, un hardcore à la française. L’idée de la casse automobile est franchement excellente. 

Le résultat est vraiment très bon, la production déjà très solide, réussie. Le metal hardcore des toulousains est impeccable, percutant et Alea Jacta Est peut regarder les pointures outre-Atlantique dans les yeux. Rien que l’intro de MMXXIII (en chiffres romains forcément !) suffit pour impressionner. Batterie surpuissante, vocaux rageurs, chœurs martiaux, le rendu est impérial. Spécificité du groupe, la présence de samples de films d’action allant du classique jusqu’au nanar. Cela peut faire penser à Under The Conflicts, groupe de « nanarcore » découvert par l’estimé Jean-Mich’Hell. Ici, Alea Jacta Est surprend alternant chef d’œuvre reconnu (l’inoubliable odeur de napalm qui sent la victoire de Robert Duvall dans Apocalypse Now, passage tellement métaphorique qui dit tant derrière l’apparence d’un colonel déjanté) et films d’actions plus bas du front (le génial Commando que j’adore pour l’avoir découvert jeune mais sur lequel je serais avisé de faire preuve de lucidité ! ; différents Stallone d’un Demolition Man de plus en plus prophétique avec sa novlangue chez les Elites et sa société à deux vitesses au consternant Judge Dredd). L’intégration de ces extraits fonctionne très bien comme les répliques de Schwarzenegger sur la très (vraiment très) percutante Enough Is Enough

Vingt minutes qui passent à une allure folle, permis par un rythme infernal, ce retour aux affaires est une pure réussite. Non seulement nous en voulons plus en studio où les toulousains font les choses très bien avec une mise en son impeccable mais on va aussi surveiller leur présence live. Ils y feraient merveille dans un festival comme le Spread Of Rage au passage.

Tracklist de Ad Augusta :

01. MMXXIII 
02. FFWF 
03. Get Revenge 
04. Enough Is Enough 
05. The King Is Down 
06. As Fast as I Can 
07. Fake Power

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !