Artiste/Groupe:

The Wealthy Hobos

CD:

Ticking Twelve

Date de sortie:

Mai 2023

Label:

Indé

Style:

Southern blues rock

Chroniqueur:

Didier

Note:

16/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

J’ai encore honte de mon retard accumulé en 2023, avec cette sortie de Mai 2023 du duo The Wealthy Hobos, Ticking Twelve. Là encore, j’ai aimé tout de suite, surtout pour le style dans lequel œuvrait le groupe, un heavy blues rock, dans lequel on retrouve des influences de groupes mythiques tels que Lynyrd Skynyrd, ZZ Top et même de Santana (si, si). J’ai parlé d’un duo, mais à l’écoute de cet album très bien produit, il est clair que le duo a invité une floppée d’invités car outre le duo guitare/chant et batterie, les morceaux sont souvent étoffés d’une basse, d’une section cuivre, d’harmonica, d’orgue, de flute et de pas mal de chœurs. Les membres du duo original sont Sacha Burtin (chant, guitare, harmonica) et Antoine Gomila (batterie, percussions, chœurs). Ce sont aussi eux qui composent avec l’aide de Nils Gayet (excellente basse sur l’album) et Léo Bentaïeb (chœurs sur l’album). Avant cela, le groupe avait sorti l’EP Piece of Chic en 2017 et un premier album Everybody Needs Some Change, sorti en 2016.

La voix de Sacha est rocailleuse, sur certains morceaux elle me rappelle pas mal Bernie, il chante dans un très bon Anglais. Son jeu de guitare est puissant, alternant gros riffs et jolies arpèges (Shadow People), mais aussi slide (Loose Cannon) et solo énervé (Trick Me Like a Girl, Turn It (all Around)). 

 

Un des aspects étonnant de cet album est sa capacité à prendre l’auditeur à contre-pied au sein même d’un même morceau. Premier morceau et première surprise sur Trick Me Like a Girl, un bon southern blues rock à la Lynyrd Skynyrd, dans lequel le break de la section cuivre (Julien Dub, Timon Nicolas et Martin Gilloire) est aussi excellent que surprenant. Deuxième morceau, Mantra Dystrophie et deuxième surprise avec un assez long intermède sous la forme d’un solo de flute (Michel Thiboult) à la Jethro Tull, Autre exemple, ce passage Santana-esque au milieu de Turn it (All Around), incroyable et plutôt bien amené, l’orgue y est joué par Thibaud Escure. Le passage tribal dans Loose Cannon est une autre singularité de l’album. C’est pas fini : Do I Look like I give a funk, n’est pas juste un titre rigolo, c’est aussi un morceau flirtant avec le funk de belle façon, avec notamment une super basse slappée de Nils. Ça groove sa race ! On chavire encore avec le break de saxo (Julien Dub) accompagné par une puissante voix féminine (Audrey Lurie). My Medicine a un petit coté La Grange de ZZ Top, le saxo de Julien revient faire des étincelles en duo avec la guitare de Sacha, Nils assure une bonne walking basse. Big Blue Bus revient à du bon blues rock qui fleure plus le sud de la Floride que la région parisienne.

 

 

Misery Song est un blues rock lent, dans lequel Sacha dégaine à nouveau son harmonica pour des contre-chants assez inspirés. L’album se termine par un dernier brulot, Burn Baby Burn à l’ambiance assez Hendrix-iène dans lequel la guitare de Sacha est encore à l’honneur.

Bref, c’est rugueux, brut de fonderie mais bien produit, truffé de bonnes idées, c’est du rock quoi et ça fait du bien ! 

Tracklist de Ticking Twelve :

01. Trick me like a girl
02. Mantra dystopia
03. Turn it (all around)
04. Shadow people
05. Loose cannon
06. Do i look like a give a funk
07. My medicine
08. Stuck behind open doors
09. Big blue bus
10. Travelin’ hobos
11. Misery song
12. Burn baby burn

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !