Artiste/Groupe:

The Lurking Fear

CD:

Death, Madness, Horror, Decay

Date de sortie:

Novembre 2021

Label:

Century Media

Style:

Death Metal

Chroniqueur:

ced12

Note:

15.5/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Ne vous y trompez pas, ce n’est pas parce que The Lurking Fear présente dans son effectif Tomas Lindberg et Adrian Erlandsson que nous allons classer ce groupe dans la lignée d’At The Gates. Quand la mythique formation suédoise vient de sortir un dernier disque fantastique mais plus progressif dans sa démarche, chez The Lurking Fear, c’est back to the roots avec un death metal old school typé années 80. Les deux musiciens ont créé The Lurking Fear justement pour se faire plaisir, revenir à leurs racines et le résultat tend plus vers des Death, Morbid Angel, Possessed ou encore Autopsy. Cela ravira les fans du genre, ce sont des sacrées pointures qui sont ici aux affaires. 

Le binôme d’ATG s’est vu rejoindre par les guitaristes Jonas Stalhammar (The Crown) et Fredrik Wallenberg (passé par Skitsystem) et à la basse, c’est Andreas Axelsson de feu Edge Of Sanity. Vous voilà rassurés ? Cool pace qu’ici ça ne fait pas semblant. Formats courts, voix rocailleuse et abrasive, ultra-agressivité, soli typiques du genre, The Lurking Fear ne réinvente rien – mais alors rien du tout – mais fait très bien le travail, avec passion et on sent que ça se fait plaisir. Ces musiciens aux carrières réussies ont bien raison. On se rappellera aussi les quelques concerts ultra intenses donnés après le premier disque (2017). Les side-projects ça sert à ça, non ? Bon, c’est aussi l’occasion d’inviter des potes. Chris Reifert, passé par Death et Autopsy, est ici de la partie.  

Les Suédois rendent également hommage à une autre passion : l’horreur, thématique qui va bien avec le vieux death. The Lurking Fear c’est une nouvelle de H. P. Lovecraft écrite en 1922, publiée en 1923 et qui a été traduite par « La Peur qui rôde », joli titre au passage qui ne dépareillerait pas chez un Stephen King d’ailleurs. Les thématiques sont très Lovecraftiennes sur ce disque ce qui n’est pas une surprise. Authentique plaisir de musiciens n’ayant plus rien à prouver à personne et démontrant aussi par là qu’il n’y a pas d’âge pour jouer du death. Il n’y avait guère de doute à ce sujet mais tout de même, faut pouvoir envoyer au chant comme Tomas le fait encore. Sans parler de l’aspect technique. Il faut garder la pêche et on pense surtout aux batteurs de ce genre. A recommander pour les fans de death old school ou même aux plus jeunes pour un cours d’histoire. Pas long mais fun et d’une intensité folle. 


Tracklist de Death, Madness, Horror, Decay :

01. Abyssal Slime
02. Death Reborn
03. Cosmic Macabre
04. Funeral Abyss
05. Death, Madness, Horror, Decay
06. Architects Of Madness
07. In A Thousand Horros Crowned
08. Kaleidoscope Mutations (feat. Chris Reifert)
09. Ageless Evil
10. One In Flesh
11. Restless Death
12. Leach Of The Aeons
13. The Curse (Slaughter cover)
14. Seance (Possessed cover)

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !