Artiste/Groupe:

Temple Nightside

Vinyle:

Pillars Of Damnation

Date de sortie:

Août 2020

Label:

Iron Bonehead Productions

Style:

Blackened Doom Death

Chroniqueur:

Azagtoth

Note:

17/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Bien que toujours un cran en-dessous de son alter ego, le dieu Vassafor, Temple Nightside montre une régularité qualitative infaillible depuis ses débuts en 2010, avec trois albums brillamment composés et exécutés. Et Pillars Of Damnation ne sera pas l'album du faux-pas, bien au contraire.

La formule classique death doomique et blackisant qui leur réussissait jusqu'à présent reste la même. Mais il faut admettre que cette fois-ci, le riffing est particulièrement accrocheur ; chaque compo est identifiable par un riff de début qui interpelle, une accélération qui scotche d'emblée, un appel de guitare qui monopolise l'attention. Même sur un titre moins nerveux comme The Carrion Veil, doomique et assez linéaire, le riff central impose le respect.

On est toujours, forcément, très proche du style Vassafor, comme sur Damnation, un titre doomique tout en longueur. Mais Temple Nightside arrive à se distinguer par le chant plus guttural, typé death du frontman Mitchell Keepin, et par la construction des morceaux, ciblant le plus souvent l'efficacité maximale que la construction d'ambiance comme chez Vassafor.

Après de multiples écoutes, sans comparaison qui me semble peu judicieuse avec mon album 2020, il ne m'est plus possible de douter : Pillars Of Damnation est enfin l'album que j'attendais de la part de Temple Nightside, un excellent jet à la hauteur du talent du combo. Sans atteindre la perfection, il démontre tout le potentiel du groupe et ne faiblit à aucun moment, inspiré de bout en bout et parfaitement structuré. Une réussite majeure de plus qui montre que 2020 n'aura pas été une année détestable pour tout.

 

Tracklist de Pillars Of Damnation :

01. Contagion Of Heresy
02. Death Eucharist
03. Morose Triumphalis
04. The Carrion Veil
05. Wreathed In Agony
06. Blood Cathedral
07. In Absentia
08. Damnation

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !