Artiste/Groupe:

Suffering Hour

CD:

The Cycling Reckoning

Date de sortie:

Février 2021

Label:

Profound Lore

Style:

New Wave of Blackened Death Metal

Chroniqueur:

Ignatius

Note:

17/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

“Si Led Zeppelin avait fait de la musique extrême elle aurait pu ressembler à "ça", aussi étrange qu’il puisse paraître, ce commentaire posté quelque part sur internet à propos de ce second album de Suffering Hour n’est pas dénué de pertinence tant l’album en question fait faire à ses géniteurs un véritable bond en avant dans leur courte, mais déjà brillante, carrière musicale. Etiqueté blackened death metal, ce trio du Minnesota revient en effet avec un The Cycling Reckoning qui pourrait bien faire exploser cette classification simpliste et trop restrictive pour un groupe beaucoup plus audacieux qu’il en a l’air aux premiers abords, des clous, du corpsepaint, des cartouchières et des capuches, on empile les clichés, et pourtant...

Et pourtant, il est difficile de classer Suffering Hour qui emprunte beaucoup plus à Ved Buens Ende ou Virus qu’à n’importe quel groupe de death metal. Il y a dans cet album hors normes du Cure, une forte dose de (post) rock, un psychédélisme évident (le riff principal de Transcending Antecedent Visions), de la beauté et de la lumière cachées un peu partout. Ne cherchez pas les power chords ravageurs ou les palm mute grassouillets, les guitares, à peine saturées, égrènent sur tout l’album des arpèges tour à tour disgracieux, étincelants, dissonants ou lumineux, souvent chargés d’une mélancolie inattendue qui infuse en arrière plan sur toute la durée du disque. Suffering Hour, qui sait enrober la virulence de son Art dans la finesse et l’émotion, ne joue pas comme tout le monde et propose bien plus que la promesse trop limitante que pourrait offrir la niche musicale dans laquelle on l’a trop vite enfermé.

Riche d’influences diverses et variées, The Cycling Reckoning est une construction habile de riffs liquides, comme filtrés dans un étrange chorus qui confère à cet album un son totalement à part et lui donne un aspect souffreteux, presque bancal, alors que tout y est parfaitement maîtrisé. Le travail d’écriture est absolument fascinant, le soin apporté à l’agencement de cet enchevêtrement de mélodies dégingandées pour rendre l’ensemble évident, limpide et logique force le respect. Les morceaux sont denses, portés par un songwriting remarquable et une exécution sans faille de la part des trois musiciens livrant chacun une prestation bouillonnante de créativité. Si la guitare, qui ignore les sentiers battus, domine largement les débats, la partition de batterie est passionnante et la solide section rythmique qu’elle forme avec la basse, très présente dans le mix, est astucieuse, imparable et d’une richesse saisissante. Blackened death metal si vous voulez, mais alors de très haute volée et de la génération d’après.

The Cycling Reckoning est un album qui ne ressemble à aucun autre et qui permet une nouvelle fois à ses créateurs d’affirmer une forte personnalité et de laisser entrevoir un champ d’expression beaucoup plus vaste que ce que son image renvoyant directement à des sonorités exclusivement extrêmes laisse imaginer. Un groupe définitivement original qui, à l’instar de Bölzer par exemple, n’a certainement pas fini de nous surprendre tant il semble n’être qu’au tout début d’un long périple artistique. Un coup de maître qui annonce une suite passionnante !

Tracklist de The Cycling Reckoning :
01. Strongholds Of Awakening
02. Transcending Antecedent Visions
03. The Abrasive Black Dust Part II
04. Obscuration
05. The Foundations Of Servitude

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !