Artiste/Groupe:

Scott Stapp

CD:

Higher Power

Date de sortie:

Mars 2024

Label:

Napalm Records

Style:

Alternative Rock

Chroniqueur:

Didier

Note:

13/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Je l’avoue, j’ai un faible pour cet artiste, sa voix surtout, mais aussi sa façon de s’être dépêtré de tous ses problèmes (addictions, bipolarité, divorce, tentatives de suicide, ...) au point que j’apprends qu’une reformation de Creed avec tous ses membres principaux (dont Mark Tremonti) est en cours, avec un premier concert depuis presque 10 ans, prévu en avril 2024. Bref, content de voir qu’il va beaucoup mieux et que Creed, un groupe que j’ai toujours adoré renait de ses cendres.

Ce Higher Power est son quatrième album solo, le précédent, The Space Between the Shadows était sorti en 2019 et je l’avais encensé. 

En quelques mots, c’est encore un album qui va ravir le marché américain et que l’on va retrouver sur les ondes "classic rock" du pays. Le chanteur de Creed n’a en effet pas perdu une once de son charme vocal. Si dans le précédent album il était accompagné à la guitare du maestro Yiannis Papadopoulos, celui-ci n’est présent ici que sur trois morceaux sur les dix que compte l’album. Quid des autres musiciens ? Autre "featuring", sur une des ballades, Dorothy, qui, je vous rassure n’a rien à voir avec notre Dorothée nationale. ll s agit ici dans notre cas d’une "rock queen" (d’après Blabbermouth), qui vient pousser la chansonnette avec Scott. Je ne connaissais rien de la carrière de cette Dorothy Martin et de son groupe de rock Dorothy, mais bon, elle a une voix.

L’album attaque avec du lourd, puisque le morceau éponyme qui ouvre est une grosse tuerie chargée à bloc de bonnes basses et de gros riffs. Il y explique un épisode de son passage à vide, qui a atteint son apogée quand il s’est jeté d’un balcon de 12m tête première. Il a survécu malgré les fractures, c’est ce qu’il explique dans le refrain "I’m alive". C’est aussi son moment de retour parmi les vivants: "The day I die was the day I came back to life". Welcome back Scott

Ca part fort et ça continue du même bois avec Deadman’s Trigger, toujours très puissant. Là encore le refrain est entrainant, on n’a pas de mal à s’imaginer que ça va secouer les ondes FM aux States. 

Mais c’est après que ça se gâte un peu, car Scott excelle dans la power ballade (déjà mentionné dans le précédent album) et cet album en est truffé. Ça commence avec When Love Is Not Enough, qui ne casse pas trois pattes à un canard, ça continue avec What I Deserve, où il est bien épaulé par Yiannis qui déboite tout avec son solo, certes, mais est-ce vraiment suffisant ? Parce que ce n’est pas fini, puisque le morceau avec la belle Dorothy est aussi mid-tempo, à la guitare acoustique (sorte de remake de Shallow avec Dorothy dans le rôle de Lady Gaga et Scott dans celui de Bradley). Vraiment pas mon truc, à vous de voir: 

On reprend une petite dose de peps (un peu convenu quand même) avec Black Butterfly, avec ses bons contre-chants de guitare énervée et son ambiance arabisante et Quicksand et ses gros riffs (retour de Yiannis à la 6-cordes), avant de replonger dans le mid-tempo jusqu’à la fin de l’album avec coup sur coup, You’re not Alone, Dancing In The Rain (même la guitare de Yiannis n’y peut plus rien) et Weight Of The World (Jon Bon Jovi sort de ce corps !). Je n’en peux plus !

Bon, je vais quand même sauver de ce recueil de ballades, You’re not Alone que je trouve particulièrement touchante (la voix) et plus intéressante (la guitare, le refrain, la mandoline, le tambourin), mais ça me fatigue à la fin, c’est dommage ça partait fort.

Je disais en intro que c’est beau et bien d’être encore vie, mais il faudrait passer la seconde et arrêter un peu de se flageller et de pleurnicher. Je trouve toujours que Scott possède une superbe voix, mais que là, en solo il atteint ses limites de compositions. Du coup, je me dis que l’association avec Mark Tremonti et ses acolytes pourrait être la formule magique qu’il manque ici. Le prochain Creed nous permettra d’en juger.  

Tracklist de Higher Power :

01. Higher Power
02. Deadman’s Trigger
03. When Love Is Not Enough
04. What I Deserve (feat. Yiannis Papadopoulos)
05. If These Walls Could Talk (feat. Dorothy)
06. Black Butterfly
07. Quicksand (feat. Yiannis Papadopoulos)
08. Youre Not Alone
09. Dancing In The Rain (feat. Yiannis Papadopoulos)
10. Weight Of The World

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !