Artiste/Groupe:

Nine Skies

CD:

The Lightmaker

Date de sortie:

Septembre 2024

Label:

Indé

Style:

Rock Progressif

Chroniqueur:

Didier

Note:

17.5/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Nine Skies est un groupe de rock progressif qui nous est cher dans la région niçoise. En effet, il est associé au guitariste compositeur, disparu en août 2022, Eric Bouillette. Eric, qui vivait en Angleterre et était impliqué dans de multiples projets comme The Room, Solace Supplice, Imaginaerium et donc Nine Skies. D’ailleurs sa dernière apparition à Nice à La Black Box en novembre 2018, était avec The Room et j’avais été particulièrement séduit par le personnage. Les musiciens de Nine Skies on décidé de sortir un album hommage à Eric et après un crowd funding auquel je me suis empressé de participer, le résultat est disponible et se nomme The Lightmaker et c’est un concept album relatant l’histoire d’un certain Rudy et de sa 1001ème et dernière vie. 

De nombreux invités sont venus apporter leur contribution à l’œuvre, ainsi on retrouve Riccardo Romano au chant sur The Explorer, Martin Wilson au chant sur The Dreamer, avec aussi un enregistrement posthume et inédit d’Eric à la guitare, Arnaud Quevedo et Laura Piazzai au chant et Adam Holzman au claviers sur The Chaotic, Christopher Goldenlöw à la basse et au chant sur The Lost, Charlie Bramald au chant sur The Haunted, Achraf El Asraoui au chant, John Mitchell à la guitare et Marco Minnemann à la batterie sur The Architect. Bref, une sacrée belle brochette d’invités, venus soutenir le noyau dur de Nine Skies aujourd’hui, à savoir, Alexandre Lamia (guitares, claviers, arrangements), Anne-Claire Rallo (claviers), David Darnaud (guitares), Alexis Bietti (basse) et Johnny Marter (batterie). A noter que certains de ses musiciens sont très actifs sur la scène niçoise avec par exemple David Darnaud, talentueux et hyperactif guitariste des tribute bands Genesya (Genesis), Made Again (Marillion) et Pulse (Pink Floyd), avec aussi Alexis Bietti, tout aussi talentueux bassiste des tribute bands Genesya, Ruche (Rush) et du groupe Sonora. Alexandre Lamia est aussi niçois, guitariste plutôt d’influence jazz, ici il est guitariste et compositeur, des rôles dans lesquels il excelle sur cet album. 

Ce quatrième album, de presque une heure comprend une jolie intro de guitare sur fond de bruits de nature (An Fanai), un interlude en arpèges de basse sur fond de chœurs (The Wanderer) et six morceaux fleuves de six à plus de onze minutes dans la pure tradition prog (changements de rythmes, alternance de contrastes, …).

Le fait que des chanteurs différents se succèdent au micro, rend ces six morceaux très variés. Riccardo Romano rappelle pas mal Peter Gabriel alors que Christopher Goldenlöw rappelle son frère Daniel (Pain Of Salvation) dans ce superbe The Lost, tandis que Charlie Bramald n’est pas sans rappeler le style de Fish. La seule partie voix qui m’a un poil agacé à cause de répétitions, est cette voix parlée à la toute fin de The Haunted mais rien de très grave.

Les lignes de basse d’Alexis sont superbes sur tout l’album mais on remarque surtout le superbe travail de basse qui sonne presque fretless sur The Haunted. Les guitaristes sont aussi à l’honneur, avec pas mal de splendides arpèges comme sur The Explorer, The Architect ou sur The Haunted, des riffs (intro de The Chaotic, The Lost) et des nombreux solos (parfois plusieurs dans un même morceau), très inspirés, comme ceux de The Haunted et de The Dreamer, ou encore celui de The Chaotic dans un style plus agressif, ou bien celui (en duo par moment) de The Architect dans un style très pur, à la Steve Rothery (Marillion). La guitare acoustique en arpèges de The Lost est superbe, elle sert de support pour la voix rocailleuse de Kristoffer Gildenlöw alternée avec sa voix parlée, où il sonne vraiment comme son frère, que d’émotion dans ces trois premières minutes.

Les claviers d’Anne-Claire sont omniprésents dans le mix, (The Dreamer, The Haunted, The Architect) parfois en nappes planantes, ou en piano clair, d’autres fois plus incisifs, mais toujours très mélodiques. A noter aussi le solo guest d’Adam Holzman sur The Chaotic qui est magnifique, avec un petit côté Rick Wakeman (Yes). La batterie de Johnny n’est pas en reste avec notamment une joli démo de rimshot sur The Chaotic

Je vous la fais courte: Fans de Marillion, de Genesis et autres groupes de rock progressif de qualité, penchez-vous sur Nine Skies, si vous ne le connaissez pas déjà, c’est vraiment un condensé de musiciens talentueux au service du rock progressif comme on l’adore et The Lightmaker est fait pour vous régaler. Gavez-vous !

PS: Je vous mets le lien pour écouter, mais s’il vous plait...

 

Tracklist de The Lightmaker :

01. An Fanaí (Intro)
02. The Explorer (feat. Riccardo Romano)
03. The Dreamer (feat. Martin Wilson)
04. The Chaotic (feat. Adam Holzman, Arnaud Quevedo & Laura Piazzai)
05. The Lost (feat. Kristoffer Gildenlöw)
06. The Wanderer (Interlude)
07. The Haunted (feat. Charlie Bramald)
08. The Architect (feat. John Mitchell & Marco Minnemann)

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !