Night Terrain

Artiste/Groupe

Night Terrain

CD

American Dream

Date de sortie

Juillet 2012

Label

Self

Style

Stoner/Instrumental

Chroniqueur

Lurk

Note Lurk

17/20

Site Officiel Artiste

Myspace Artiste

C H R O N I Q U E

Night Terrain est un groupe de metal instrumental aux influences stoner nous venant d'Albuquerque, Nouveau Mexique. Fondé en 2010, le groupe sort maintenant son premier album, intitulé American Dream. Et le propos sur cet album, me semble tout à fait abouti pour une première production : le groupe distille ses ambiances une heure durant, sans provoquer de lassitude, juste une douce contemplation. Mais cet album ne s'adresse pas aux hommes pressés, il se délivre à l'auditeur au fil des écoutes, impossible de l'appréhender - et même de l'aimer – totalement à la première écoute. Pour ma part, j'ai écouté un morceau ici, et intrigué, j'ai décidé d'en faire la chronique, en devinant qu'il serait soit génial soit extrêmement lassant.

À ce jour aucune lassitude... à vrai dire, plus je l'écoute, plus je l'aime ! Il est vrai que j'ai pu trouver le temps long sur certains morceaux, lors de mes premières écoutes. Mais je me suis maintenant approprié les morceaux, et les apprécie pleinement. L'album commence sur les bruits d'un feu de camp, les chants des grillons. Tard un soir d'été, des hommes autour d'un feu vont vous jouer un album.

Allongez vous,
un chant résonne, doux,
et l'album commence...

Je n'écrirai pas ma chronique en décrivant les morceaux un à un, de peur de me répéter, ils sont en effet tous semblables dans leur structure. Un début des plus calmes (pour du metal, bien sûr), et une alternance avec des gros riffs biens gras, biens stoner, suivis de passages plus calmes, assez souvent à la guitare acoustique. Tous ces morceaux sont parsemés de samples de voix (entre autre celle de George Carlin, humoriste américain) qui apparaissent dans les moments les plus calmes, elles semblent sortir d'un vieux transistor, et favorisent le sentiment de se retrouver dans les grands espaces américains, assis autour d'un feu, à jouer de la musique et écouter la radio. J'ajouterai juste une mention spéciale pour Wild Again, ce morceau est le point culminant, une envie furieuse de monter le volume me prends à chaque écoute ! Voici pour l'aspect des morceaux.

L'album, lui est à prendre comme une entité unique et indivisible, hors de question de zapper si on veut en saisir l'essence ! Tous les morceaux, même s'ils ne sont pas joués en continu, forment un tout, sont agencés les uns par rapport aux autres d'une certaine manière, qui fait que l'écoute n'a de sens que dans l'ordre. Et je ne parle pas de sens caché, ici, je parle seulement de cette capacité qu'ont les albums à provoquer des émotions. Cette capacité que la culture radiophonique escamote. L'instrument qu'est la radio devrait servir uniquement à faire découvrir, et ne pas être une fin en soi. Combien de groupes sont connus juste pour un single ? Et quelle proportion de ces dits groupes proposent des albums dignes de ce nom, cohérents, sans remplissage ? Mais je m'éloigne... car bien sûr, de tout cela, American Dream n'est rien et se veut source de titres égaux en qualité, délicieusement mélodiques et planants. Alors si tu as une heure à t'accorder, lecteur, si tu considères que la musique est une chose qui s'apprécie à la longue, que ce n'est pas uniquement un vecteur de plaisir passager, vite oublié, je te propose de te plonger dans cet album, assis dans un bon fauteuil, et de profiter.

 

Tracklist de American Dream :

01. Dyssonic
02. Beyond Walls
03. Wayside and Hallowed
04. Dusk
05. Dawn
06. American Dream
07. Wild Again
08. Adrift
09. Arise
10. Distant Echoes

 

Venez donc discuter de cette chronique, sur notre forum !