Artiste/Groupe:

Nevraska

CD:

I Left Work On My Way Home December 1st 1955

Date de sortie:

Octobre 2020

Label:

Autoproduction

Style:

Noise/Alternative/Math rock

Chroniqueur:

fabulous

Note:

15/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Nevraska donc, formation originale pour le duo basse / batterie originaire de Annecy. C’est en 2014 que Pascal et Jeremy forment cette entité Nevraska, groupe oscillant dans plusieurs styles tels que noise rock, post rock, math rock. Dans la foulée, le groupe enregistre deux titres. Il faudra attendre 2016 pour voir véritablement le groupe décoller avec son premier album, Grave Romance. Quatre ans plus tard et voici le second album du groupe. 
Alors qu’est-ce qui a changé depuis 2016 ? Eh bien je dirais la chaleur !
En effet, je trouve que Grave Romance était plus froid, allait droit à l’essentiel. Pas de fioritures. ILWOMWHD11955 est quant à lui plus chaleureux, plus posé. 
Avant de parler de cet album, un peu d’histoire. Que s’est-il passé ce 1er décembre 1955 ? Rosa Parks est assise dans le bus qui l’a ramenée chez elle ; quand le chauffeur lui demande de se lever car elle est noire et doit laisser sa place à un passager blanc qui vient de rentrer dans le bus, sa réponse est non. Elle sera arrêtée et emprisonnée mais son abnégation sera le début de la fin de la ségrégation raciale. 

Je vous disais donc que cet album était plus chaleureux et posé donc, mais attention, ça ne veut pas dire que Nevraska devient mou, non non. Mais les ambiances deviennent plus variées, plus libres. C’est frappant sur A Bit More, titre complètement planant. Mais Nevraska c’est aussi la technique au service de la virtuosité. Nothing To Live With The Law est la rencontre entre le math rock et le noise rock, avec une pointe de post rock, comme si Nord s’accouplait avec And So I Watch You From Afar, comme si Membrane buvait l’apéro avec Ventura. Certains titres sont même d’une beauté renversante comme Welcome To First Class et son finish tout en émotion et subtilité. Le groupe laisse aussi parfois le chant de côté pour le remplacer par des spokens words (Welcome To First Class, Panic Highway, Invisible Walls). Nevraska fait étalage de toute sa technique et de tout son savoir-faire sur Hornet Vision. Un titre haut en couleur, ultra rapide, syncopé et fait de saccades et de riffs vifs. Du pur math rock maîtrisé avec brio. Une interlude dispensable suit, puis c’est Themis qui termine avec brio cet album. Un titre aux sonorités orientales des plus réussies, un parfait mélange de noise rock et de math avec une mise en lumière du jeu de batterie remarquable. Un finish parfait. 

On le savait déjà mais Nevraska nous le prouve encore une fois, ce n’est pas le nombre qui compte pour faire de la bonne musique. Le duo s’amuse et prend du plaisir, on le voit, on l’écoute. Et forcément, indubitablement, le plaisir est partagé car on en prend aussi beaucoup. On s’amuse à décortiquer ce complexe tableau peint avec passion. Bien aidé par une production et un son remarquables, Nevraska signe là un album qui les place dans le haut de la liste « découvertes de l’année ». 

 

Tracklist de I Left Work On My Way Home December 1st 1955 :

01. Nothing To Live With The Law
02. Welcome To First Class
03. Panic Highway
04. Invisible Walls 
05. A Bit More 
06. Hornet Vision 
07. Interlude
08. Themis

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !