Artiste/Groupe:

NOUЯITURE

CD:

Barbara Vol.I: Pastèque Planet

Date de sortie:

Juin 2024

Label:

Indé

Style:

Mind Fuck Rock

Chroniqueur:

Didier

Note:

15.5/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

J’aime pas les groupes qui utilisent des jeux de caractères qui vont foutre le bordel dans mes pages HTML, nom de dieu ! C’est mon côté geek ça. Donc au premier abord je voulais passer mon tour, mais quand même, cette pochette rose, avec ce dessin étrange (un vagin pour certains, un cœur pour d’autres, c’est dire), ce nom de groupe un peu débile à mon gout (en plus il y a deux R à nourriture en principe) et puis le fait que ça vienne d’Angie (NRV Promotions) m’a quand même interpellé et fait reconsidérer ma première réaction épidermique.

Alors, le groupe de la région parisienne, est composé principalement de Renaud Fumey (guitare, chant), Théo Alves (basse, chant), Féodor Trotta (batterie), Olivier Brodu (synthés) et Thibaud Escure (claviers). Mais pas mal d’autres musiciens interviennent aussi. Le groupe a déjà sorti un premier album, VOL 1 Kreg’s Adventure en 2020. Le groupe annonce la couleur au niveau style avec le terme Mind Fuck Rock. C’est pas mal trouvé, puisque clairement on se retrouve au cœur d’un truc complètement barré, qui nécessite un temps d’adaption et de multiples écoutes pour les plus curieux. Je me dis que les fans de 6:33, de Melvins, ou plus anciennement de Primus et surtout de Frank Zappa vont clairement s’y retrouver car ce sont tous des influences indéniables.  

Continuons notre voyage dans l’étrange univers artistique de NOUЯITURE avec ce titre d’album, Barbara Vol.I: Pastèque Planet, un mélange déjanté de Français et d’Anglais semble indiqué qu’il y aura un deuxième épisode à ce voyage de Barbara dans l’espace. Mais tout à coup je me dis que le premier album était Vol1, celui-ci est un Part I, peut-être que c’est une étrangeté de plus et qu’il n’y aura jamais de Part II à Barbara, ni de Vol 2 à Kreg. A voir. La setlist, de seize morceaux, avec des titres très bizarres et encore plein de lettres à l’envers est étonnante. Il s’avère que certains des titres sont des intermèdes type bruitages ou narration type échange radio (insupportable bruit de réacteur de Leftover Thurst, narration de The Spark, bruitages horribles de Crash, recherche de fréquences radio et discours difficiles à suivre sur [radio] et {radio}, ...). 

Alors, plongeons nous dans ce voyage de Barbara, inspiré peut-être par celui de Barbarella pour les plus vieux d’entre-nous. A en croire les titres, même si on voyage dans l’espace, le thème des morceaux semble tourner autour de la bouffe, d’où le nom du groupe j’imagine. Enfin bon, il n’y a pas que ça, puisque le titre Vagina, sorte de stoner psyché, ne parle visiblement pas de nourriture. Avant ça, Fungus, nous avait proposé un rock mélancolico-bizarre, ponctué de passages parlés et/ou délirants

 

 

Sur Thousand Year Egg, on titille le gros metal extrême à chant hurlé alors que Marzmite est un morceau bâti sur une guitare acoustique désaccordée. Le chant presque amérindien et la batterie donne un petit coté tribal à l’ensemble, mais bon cette guitare c’est quand même particulier. Escape est un morceau presque normal, je veux dire avec un refrain identifié et un rythme clair. J’aime bien les voix, la basse hystérique, les riffs, un peu moins l’intro parlée. Le morceau se transforme en quelque chose de très punk sur le break et finit en jus de boudin-inter-galactique.

Sur Pastèque Planet, on pourrait presque croire que tout est normal, la jolie guitare en arpège, le chant clair, doublé est plutôt agréable. Un petit décompte à la Space Oddity lance le morceau dans quelque chose de plus enlevé, avec un petit côté prog et de jolis chœurs féminins. Renaud y balance un très bon solo de guitare. Tunelonini est un morceau longtemps instrumental plutôt sympa rythmé par de bons riffs, qui après un petit passage vocal gentillet, vire au black metal. C’est bien fait mais quel délire ! The Seed Of Crampenshtein est un morceau très groovy, sur fond de soirée animée, avec un DJ avec un accent Frenchie bien dégueu qui nous présente un Mr Crampenshtein qui vient poser son funk bien coolos et à grosse allusions grivoises. Les voix féminines se pâment. On pense au délires des albums de 6:33. C’est encore bien fait mais quel bordel ! Out Of The Frying Pan semble être la bande son d’un stage de remise en forme mentale, proposé par le magazine Yogum (ceci dit, arrivé là dans l’album on en a bien besoin).

Escalope2 est aussi un morceau très calme, très joli, le problème c’est qu’on reste sur nos gardes, on se méfie, vers quoi peut-il évoluer ? Ca reste mid tempo, avec un solo de guitare énervé mais inspiré. Ca finit par s’exciter pour devenir un bon morceau stoner psyché avec de bonnes guitares, parfois en duo, parfois bien riffées. Sur la fin la voix de Théo pose une narration, puis le morceau se termine sur un dernier solo de guitare échevelé pour revenir au thème calme du départ. L’album se termine par The Real Face Of Barbara Kregzein (visiblement il y a un lien entre la Barbara de cet album et le Kreg du précédent) de gros délire électro limite du supportable, voire douloureux.

Ouf ! Tu veux du complètement barré ? Pour le coup là tu vas être servi, car nous sommes là en présence d’un véritable OMNI (Objet Musical Non Identifié), à ne pas mettre entre toutes les mains. Seulement les bonnes, celles d’amateurs de sensations fortes faisant preuve t’un éclectisme à toute épreuve. Good luck!

Tracklist de Barbara Vol.I: Pastèque Planet :

01. Leftover Thrusts
02. Fungus
03. The Spark
04. Vagina
05. Crash
06. Thousand Year Egg
07. Marzmite
08. Escape
09. [radio]
10. Pastèque Planet
11. Tunelonini
12. The Seed Of Crampenshtein
13. Out Of The Frying Pan
14. Escalope2
15. {radio}
16. The Real Face Of Barbara Kregzein

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !