Artiste/Groupe:

Mental Cruelty

CD:

A Hill To Die

Date de sortie:

Mai 2021

Label:

Unique Leader Records

Style:

Deathcore

Chroniqueur:

JeanMichHell

Note:

16/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

 

En tant qu’amateur et parfois abuseur de jus de houblon, je connaissais Karlsruhe pour ses journées de la fête des meilleurs producteurs de bière du monde. Un festival où il est possible de tester un peu plus de trois cent sortes de bières différentes. Et bien je viens d’y trouver un second centre d’intérêt : le groupe Mental Cruelty qui officie, non pas dans la mousse, mais plutôt dans la crème du Deathcore.

Ce quintet bien énervé se compose de Lucca Schmerler au chant, de Marvin Kessler et Nahuel Lozano aux guitares, de Viktor Dick à la basse, et de Danny Strasser derrière la batterie. Fondé en 2016 le groupe nous propose A Hill To Die, son troisième album en trois ans ! Certes, les conditions de ces deux dernières années ont aidé, mais c’est quand même un sacré rythme de production. Mais est-ce que la qualité est au rendez-vous ?

Pas de suspens, A Hill To Die fait bel et bien partie du haut du panier du genre. Les allemands réussissent le tour de force d’être à la fois d’être dans une intensité folle, mélodique et originale.

Côté intensité, ben comment dire, je pense que Mike Tyson doit avoir sensiblement cette force de frappe. Premier cogneur en chef, le chanteur Lucca détient une puissance vocale phénoménale, tous les genres de l’extrême y passent mais ce que je retiens ce sont ces growls cadavériques à souhait. Il est clairement le marteleur qui enfonce le clou. Côté musique, le riffing est quant à lui un joli mix entre Death se basant plus sur la rapidité que sur les dissonances, et l’aspect Core qui par ces Beatdowns / Mushpart écrasent non seulement le tempo mais également toute personne face à ces enceintes.  Le tout pour un festival de changement de rythme, contretemps et autres joyeuseries qui donnent des compositions bestiales à souhait. La production en soutien est, comme souvent avec le label Unique Leader, très propre, même si je trouve que la double pédale écrase elle aussi un peu le reste.

Et malgré cet aspect primaire de leur musique, le groupe arrive à conserver un côté mélodique des plus intéressant, l’intro Avgang est un véritable petit joyeux mélodique d’une qualité imparable qui contraste fortement avec le propos précédent. Quant à Fossenbrate, il sert de “pause fraicheur” au milieu du brûlot absolu qu’est cet album. Mais si je prends plus globalement, le groupe se donne du mal à insérer de la mélodie dans ce rouleau compresseur total, et que dire de certains solos si ce n’est qu’ils sont totalement magiques.

Et surtout le groupe a une patte qui lui est propre. Et c’est un aspect assez inattendu de ce style musical, le côté épique, voire même Heavy qui s’éloigne plus du genre initial. Attention, Mental Cruelty ne tombe pas dans ce que fait Rhapsody Of Fire non plus mais il sait tout de même y faire. Les claviers qui accompagnent les compositions accentuent cet effet et certains solos sont, là encore, dignes de quelques épiques guitare-héros.

Il est difficile de mettre un seul titre en avant, tellement les morceaux sont fournis. Mais j’ai envie de retenir Abadon qui fait la synthèse de tout mon propos.

Mental Cruelty propose un album très ambitieux qui peut séduire les amateurs de musiques extrêmes au sens large du terme. La qualité de composition est évidente, les atmosphères variées (pour du Deathcore j’entends) et le groupe possède quelques particularités qui lui donnent une place à part dans le paysage du genre. Comme quoi un petit jus de Houblon, ça donne parfois de bonnes inspirations…

Tracklist de A Hill to Die :

01. Avgang
02. Ultima Hypocrita
03. Abadon
04. King Ov Fire
05. Eternal Eclipse
06. Death Worship
07. Fossenbrate
08. A Hill to Die Upon
09. Extermination Campaign
10. The Left Hand Path



Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !