Artiste/Groupe:

Lux Incerta

CD:

Dark Odyssey

Date de sortie:

Avril 2022

Label:

Klonosphere / Season Of Mist

Style:

Doom/Death Metal

Chroniqueur:

fifi59

Note:

17/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Je l’avoue, je ne connaissais Lux Incerta que de nom. Ceci dit, ce groupe français né en 2000 n’a sorti que deux albums, le premier en 2012 (A Decade Of Dusk) et le second en avril 2022.
C’est de ce dernier dont je vais vous parler.
Ce qui m’a interpellé de manière extrêmement positive lorsque j’ai découvert la biographie de la formation, c’est d’apprendre que Lux Incerta était né de la rencontre entre Benjamin Belot et Gilles Moinet. Ces deux artistes étaient respectivement bassiste/chanteur de Penumbra et guitariste de The Old Dead Tree, deux formations que j’ai toujours, aujourd’hui encore, beaucoup apprécié.

Permettez-moi de citer le line-up intégral de Lux Incerta : Philippe Tulleau (batterie ; album et live), Fabien Devaux (basse ; album), Maxime Pascal (basse ; live), Gilles Moinet (guitare ; album et live), Michel Hejazy (guitare ; album), Tibo Pfeifer (guitare ; live), Benjamin Belot (chant ; album et live), Raphaël Verguin (violoncelle sur Far Beyond The Black Skies, Dying Sun et Decay And Agony) et Shervine Rémi Pardigol (piano sur Far Beyond The Black Skies et Farewell).

Après une première écoute, je ne peux que constater que Lux Incerta pratique un Doom Metal terriblement accrocheur et remarquablement produit (mixage et mastering signés Fabien Devaux). Les autres écoutes ne modifieront en rien cette impression initiale.

On démarre avec Far Beyond The Black Skies et ses plus de quinze minutes qui, après une belle et longue montée en puissance, mettant notamment en vedette le violoncelle et le piano, évolue vers un doom qui, tout en ne révolutionnant pas le genre, passionne avec ses mélodies qui font mouche où voix claire et growls se répondent à merveille au milieu d’ambiances heavy ou mélancoliques.
Dying Sun nous régale avec son death intense du début de titre, ses relations réussies entre les vocaux, ses ambiances diversifiées (passage très atmosphérique, accélération...).
Lux Incerta maîtrise tous les domaines, affectionne les contrastes. Justement, place maintenant à mon titre préféré, j’ai nommé Decay And Agony, au sein duquel chœurs "religieux", accélérations foudroyantes, passages heavy et ambiances typiquement doom se côtoient avec une continuelle efficience.
Avant le chouette instrumental Shervine, Farewell s’oriente vers un Doom en voix claire, qu’un imposant passage instrumental vient rompre, provisoirement mais suffisamment pour marquer les esprits... au moins le mien !
On pense parfois à My Dying Bride, au niveau de certains passages, notamment vocaux, mais Paradise Lost peut également être cité, témoin Fallen pour lequel vous ne pourrez que constater certaines incursions stylistiques. Ceci dit, je m’empresse de préciser que si Lux Incerta apporte ci et là quelques influences, le groupe a une personnalité indéniable, nous ne sommes pas en mode "clonage" !
On finit l’album avec The Ritual, compo avec peu de vocaux, à l’empreinte très sombre et particulière.

Lux Incerta n’en est donc qu’à son second album, le groupe ne pouvait pas se permettre de nous proposer un opus banal... Eh bien c’est mission accomplie !
J’ai aimé la qualité des vocaux, les multiples ambiances, la puissance de la musique qui ne néglige pas les moments plus subtils, tout cela magnifié par une mise en son de grande qualité.
Dark Odyssey est donc un excellent cru et devant cet album pleinement maîtrisé, je ne peux que souhaiter une attente bien moins longue pour la suite !

Tracklist de Dark Odyssey :

01. Far Beyond The Black Skies
02. Dying Sun
03. Decay And Agony
04. Farewell
05. Shervine
06. Fallen
07. The Ritual

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !