Artiste/Groupe:

Issa

CD:

Another World

Date de sortie:

Juin 2024

Label:

Frontiers Records

Style:

Rock Mélodique

Chroniqueur:

KABET

Note:

7/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Autant être clair dès le départ, cette chronique d’Issa n’a absolument rien à faire dans les pages de notre webzine préféré (même si elle fut chroniquée par le passé, sans pour autant défrayer la chronique), mais la poilade que cet album et tout ce qu’il y a autour m’a procuré m’a fait changer d’avis, et donc, sans en crever d’envie non plus, je m’y suis collé, ce qui aura au moins pour mérite de prévenir les futurs auditeurs souhaitant découvrir l’album.
Issa, de son vrai nom Isabell Oversveen est une artiste norvégienne qui officie depuis déjà quelques années dans l’univers metal avec plusieurs albums derrière elle, Another World étant son huitième opus, c’est dire si la maturité doit être présente dans sa musique. De plus elle est considérée ici et là comme une artiste de proue du metal AOR, une pierre angulaire de ce style, et j’en passe des éloges. Elle se revendique une influence de Bon Jovi ou encore Heart, et Nick Hogg de Nitrate va même jusqu’à dire que « Issa est une classe mondiale », et moi d’en rajouter qu’avec tout ça, nul doute qu’on tient un sacré bon album non ? Tous les voyants sont au vert, surtout que la demoiselle a su s’entourer de musiciens qui assurent tels James Martin aux claviers, Tom Martin à la basse et guitare, et Leon Robert Winteringham à la guitare, plus toute une série de guests pour donner de l’étoffe à cette galette.
Et c’est là que la poilade commence, car c’est l’incompréhension totale dès la première écoute. Le style AOR est bien souvent sur le fil du rasoir du style metal, en limite du rock, mais quand l’idée est poussée à son paroxysme comme c’est le cas ici, c’est un désastre. On trouve par bribes quelques notes un peu plus rock que le reste sur Never Sleep Alone ou The Hardest Fight , le reste est à des années lumières de tout ce qui a été évoqué plus haut dans cette missive. Issa a voulu redonner ses lettres de noblesse aux style AOR des années 80 en se fourrant le doigt dans l’œil jusqu’à la garde.

Entre la profusion de claviers, les ballades Only In The Dark ou A Second Life, datée et inutiles aux solos faiblards et convenus, on a l’impression d’avoir dans nos esgourdes un album de Kim Wilde ou Samantha Fox, rien que ça oui oui ! Franchement je ne pensais jamais la faire celle-là ! Parce que pour placer ces deux chanteuses dans un webzine metal, c’était pas gagné d’avance. Et encore par acquis de conscience j’ai fait le comparatif avec Kim Wilde qui propose des trucs bien plus punchy ! Convenez-en que de s’enfiler les 50 minutes de Another World revient à prendre autant de plaisir qu’une séance de roulette chez le dentiste.


J’ai quand même mit un très joli 7/20 mérité pour la poilade que je me suis pris, au second degré bien sûr, car cet album a été très survendu, et trop d’éloges tue le talent, et quand l’emballage est très joli il faut se méfier du cadeau. Je me suis revu dans les années 80 avec mon survet’ fluo et ma coupe mulet (et le premier qui rigole j’en fais mon affaire !), là où Issa aurait pu tutoyer les sommets du TOP 50 en 1988, année dont je vous laisse le soin de voir qui trustait ce classement. Un album qui ne restera pas dans les coups de cœur c’est le moins qu’on puisse dire, ni même dans la discothèque bien longtemps. Il est temps qu’Issa reconnaisse un fait : elle ne fait pas du metal, ni de l’AOR, ni même du rock. A lire les commentaires, ça sent plutôt l’arnaque.

Tracklist d’Another World :

01. Armed And Dangerous
02. All These Wild Nights
03. Only In the Dark
04. Never Sleep Alone
05. The Road To Victory
06. Another World
07. Kick Of Fire
08. Got A Hold On Me
09. A Second Life
10. The Hardest Fight
11. Lost Lonely

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !