FISH

Artiste/Groupe

Fish

Album

13th Star

Date de sortie

06/09/2007

Style

Rock Progressif

Chroniqueur

Didier

Note

17/20

Site Officiel

http://www.the-company.com/

C H R O N I Q U E

Doit-on encore présenter Fish? Fish ? Mais oui, le premier (et seul selon une partie de la population) de Marillion. Alors, je rappelle à ceux qui dormaient ou bien n'étaient pas encore nés, que Fish quitte Marillion en 1987, après l'album "Clutching at Straws" et après avoir laissé une empreinte indélébile dans Marillion et 4 albums d'anthologie. Marillion continue avec Steve Hoggarth au chant (déjà une dizaine d'albums depuis), et Fish part de son côté et signe ses albums suivants sous le nom de Fish, tout simplement.

Pour tout vous dire, je n'avais pas trop accroché à ses premiers albums solos, et plutôt bien accroché sur ceux de Marillion, et donc, en quelque sorte, choisi mon camp et un peu ignoré l'homme poisson et son oeuvre, depuis. Aujourd'hui l'Ecossais sort "13th Star" et je tombe dessus par hasard (et un peu avec l'aide de Yann, comme dab), et là, je dois dire, que c'est le choc. Je trouve cet album profond, puissant, mélodique, poétique, bref une petite merveille. Attention, c'est plutôt calme et ne conviendra pas à tout le monde. Mais si vous appréciez le des choses comme Gazpacho, Peter Gabriel, Marillion mais aussi le dernier Robert Plant, je pense que vous apprécierez le style.

Les styles plutôt, devrais-je dire, car notre ami est difficile à étiqueter. Je trouve que des morceaux comme Circle Line ou Square Go, sonnent beaucoup comme du Robert Plant. Excellentissimes. De nombreux morceaux comme Miles de Besos, Zöe 25 (mon morceau préféré), Where in the World, Dark Star ou 13th Star, sont des sortes de poèmes chantés, magiques.

On trouve aussi du plus rock progressif, un peu à la ... Marillion avec Arc of a Curve ou Openwater (un autre de mes morceaux préférés). Reste l'inclassable Machmal, étonnant, où Fish nous conte la fable du scorpion et de la tortue, associés pour traverser une rivière, mais ou finalement le scorpion trahit la tortue et la tue. Cette métaphore est supposée en fait, expliquer la séparation houleuse de Fish (la tortue ?) et son ex-femme (le scorpion) unis, pour affronter la vie (la rivière). Bref un morceau surprenant, un peu plus heavy, assez Zeppelinien.

Au final, on ne s'ennuie jamais, Fish ouvre son coeur, et le résultat est tout simplement génial.