Artiste/Groupe:

Ferriterium

CD:

Calvaire

Date de sortie:

Janvier 2021

Label:

Epictural Productions

Style:

Black Metal

Chroniqueur:

fifi59

Note:

17/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Je ne connaissais pas Ferriterium mais je connais Raido, son fondateur, à travers Heimsgard (son autre projet) et Malevolentia (où il officie en tant que guitariste), je ne pouvais donc qu’être curieux de découvrir cette formation.
Fondée en 2010 et œuvrant dans le Black Metal, Calvaire est le troisième album de Ferriterium.
Pour celui-ci, Raido (chant, guitare, basse, écriture, composition, enregistrement) s’est entouré de deux musiciens de session, à savoir Thyr (batterie, Iron Flesh) et Lethal (basse, Karne, Malevolentia).

Raido a décidé de s’éloigner radicalement du Black Symphonique de Malevolentia et du Folk Metal de Heimsgard.
Disons-le d’emblée, il a créé une entité qui m’a passionné de bout en bout.

Quatre (longues) compositions et (beaucoup) de matière au sein de chacune d’elles.
Ainsi, L’Apostasie nous en met plein les oreilles avec des riffs qui font mouche et une agressivité de tous les instants, tout en incluant une dose mélodique appréciable, et si Raido apprécie les up-tempi, il y a suffisamment de variations au sein de la compo pour nous permettre de passer un excellent moment.
Ces principes, nous les retrouverons d’ailleurs avec les autres morceaux.
Notons également la production que je trouve tout simplement parfaite pour la musique proposée.

La Proie du cloître poursuit sur cette lancée avec toujours ces accélérations / décélérations parfaitement cohérentes, d’une efficience sans failles et ces vocaux remarquables, violents, déchirants.
Sur Calvaire, le boulot sur les guitares est immense, rien n’est laissé au hasard. Quoi qu’il en soit, avec ses ambiances ténébreuses, tissées de bien belle manière, Ferriterium captive.
Et ce n’est pas L’Opéra De Géhenne qui viendra dire le contraire, celui-ci ne relâchera absolument pas la pression, apportant encore plus de diversité dans les atmosphères.
Cette compo me permet d’indiquer que cet album bénéficie aussi du travail titanesque de Thyr derrière ses fûts. D’ailleurs, à ce titre, L’Apogée Du Martyr ressemble à une consécration. C’est en tout cas le titre le plus varié de l’album avec ses montées en puissance régulières liées aux ambiances d’une grande richesse et aux tempi.
La guitare, comme sur les autres compo, est toujours la tête d’affiche et demeure impressionnante, misant à la fois sur l’aspect mur du son et les subtilités.

Calvaire n’est pas l’album d’une ou deux écoutes, on a envie d’y revenir, encore et encore, j’en atteste !
Massif, mélodique, violent, désespéré, les adjectifs sont variés, à l’image des ambiances et de la richesse de l’ensemble, ceci étant rehaussé par une mise en son de haute qualité.
Avec quatre titres pour plus de quarante minutes de musique, Raido a beaucoup à offrir et sa méthode est parfaite pour nous convaincre que Ferriterium nous a proposé un album majeur du style.
Je vous recommande de le découvrir sans plus attendre !

Tracklist de Calvaire :

01. L’Apostasie
02. La Proie Du cloître
03. L’Opéra De Géhenne
04. L’Apogée Du Martyr

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !