Falconer

Artiste/Groupe

Falconer

CD

Black Moon Rising

Date de sortie

Juin 2014

Label

Metal Blade

Style

Heavy Metal médiéval

Chroniqueur

Orion

Note Orion

15/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

C H R O N I Q U E

Il en est de Falconer comme de pas mal de groupes de heavy. Une carrière commencée il y a déjà pas mal de temps, une discographie assez fournie (Black Moon Rising est le huitième album du combo suédois) mais une notoriété toute relative. Pourquoi ? Comme toujours, difficile à expliquer. Pourquoi d’autres et pas eux ? D'autant que Falconer a depuis le départ choisi d'évoluer avec une certaine originalité par rapport à ses confrères en ajoutant une atmosphère médiévale à sa musique. Certains albums sont même de belles réussites comme le premier album éponyme (2001), Chapters From A Vale Forlorn (2002) ou Among Beggars and Thieves (2008). Mais il y a eu aussi des albums plus moyens (The Sceptre Of Deception en 2003, Northwind en 2006) et d'autres bien moins intéressants (Grime Vs Grandeur en 2005 et le petit dernier, Armod, sorti en 2011).

A partir de ce constat, à chaque nouvelle sortie, c’est un peu la loterie. Que va nous réserver le groupe cette fois-ci ? je suis partagé entre la crainte de l’album très moyen mais aussi l’espoir d'entendre de nouveau un album qui va m'enchanter comme ce fut le cas plusieurs fois déjà.
Avec Black Moon Rising, c’est plutôt positif (inutile de faire durer le suspens, vous avez déjà vu la note). Ca démarre d’ailleurs sur les chapeaux de roues avec les trois premiers titres dont le tempo est plutôt rapide (très même en ce qui concerne Locust Swarm), mais qui restent très mélodiques notamment grâce au chant. On y retrouve toujours cette petite atmosphère médiévale chère au groupe. Le chanteur, Mathias Blad, comme à son habitude, donne l’impression de voler au dessus de la musique. Sa voix est puissante mais jamais criarde. Il possède d’ailleurs un style assez unique dans le genre. Il incarne l’identité de ce groupe (perdue lors de deux albums, The Sceptre Of Deception et Grime Vs Grandeur puisqu’il avait été remplacé).
Cela nous amène dans de très bonnes dispositions à la quatrième piste qui est totalement dans l’esprit de la ritournelle moyenâgeuse (avec des instruments électriques bien sûr). J’aime beaucoup cet aspect de la musique du groupe, qu’ils développent avec un certain bonheur depuis leurs premiers albums.
Wasteland repart sur des bases (très) rapides. C’est ce qui marque le plus d’ailleurs sur cet album, ce tempo particulièrement élevé sur la plupart des morceaux. Falconer nous avait déjà habitués à des titres rapides mais autant sur un seul album, il me semble bien que c’est la première fois. Ceci dit, ce n’est pas véritablement une surprise si l’on se rappelle que deux des membres fondateurs, Stefan Weinerhall (guitares) et Karsten Larsson (batterie) furent tout deux membres de Mithotyn, un groupe de Black Viking. Autrement dit, jouer vite ils connaissent.
Autre constatation : pas de titre chanté en suédois cette fois-ci. On est donc à l’opposé du dernier album, Armod, qui ne contenait que ça, lui. Et du coup, c’est plutôt une bonne chose puisque ce dernier ne m’a pas plu du tout. En effet, le Suédois étant une langue assez râpeuse, autant pour le Black et le Viking, ça le fait, autant pour des choses plus mélodiques, je trouve que ça ne colle pas forcément. Cette fois-ci, les refrains sont facilement mémorisables (et c’est vrai qu’avec le Suédois, c’est moins évident) et ils n’ont pas oublié un autre principe de base : faire de bons morceaux.
Bref, sans faire le titre par titre habituel (je citerai quand même Age Of Runes avec ses chœurs sympathiques sur le final), ce nouvel album n’a pas de point faible car même si certains morceaux sont moins percutants, aucun ne fait tâche sur l’ensemble.

Black Moon Rising est donc un bon cru, à ranger parmi les meilleurs albums du groupe. Si vous ne connaissez pas encore Falconer, c’est peut-être le moment de faire leur connaissance. Pour ceux qui connaissent et qui avaient une appréhension au sujet de ce nouvel album, j’espère que j’ai pu, par ces quelques lignes, lever leurs doutes.

 

Tracklist de Black Moon Rising :

01. Locust Swarm
02. Halls and Chambers
03. Black Moon Rising
04. Scoundrel and the Squire
05. Wasteland
06. In Ruins
07. At the Jester's Ball
08. There's a Crow On The Barrow
09. Dawning of a Sombre Age
10. Age of Runes
11. The Priory

Venez donc discuter de cette chronique, sur notre forum !