Artiste/Groupe:

Exit Eden

CD:

Femmes Fatales

Date de sortie:

Janvier 2024

Label:

Napalm Records

Style:

Metal Symphonique

Chroniqueur:

KABET

Note:

16/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Fébrile ! c’est le mot parfait pour qualifier les quelques minutes qui précèdent l’écoute de ce second album du super groupe féminin Exit Eden. En effet le tracklisting de ce Femmes Fatales qui fait la part belle aux reprises n’incite pas à la sérénité, le metal côtoyant la pop voire même la variété française, mais cette appréhension va très vite se dissiper les demoiselles nous ayant déjà préparé à ce type de reprises avec leur premier album Rhapsodies In Black qui avait reçu un accueil encourageant. Il faut dire que le trio articulé autour de Clementine Delaunay (Visions Of Atlantis, Serenity, Melted Space), Marina La Torraca (Phantom Elite) et Anna Brunner (League Of Distortion) offre un sacré CV au groupe et une expérience des plus remarquables, bien qu’Amanda Somerville à l’origine du projet ait quitté le groupe. Pour ce second opus une nouveauté et non des moindres est le matériel original écrit par Hannes Braun et Anna Brunner, et dire qu’ils sont influencés par Nightwish est un doux euphémisme tant cela se retrouve dans les mélodies de leurs compositions, allant jusqu’à pousser cette influence jusqu’au paroxysme d’entendre un featuring de grande qualité sur Run !, Marco Hietala qui fut pour ceux qui auraient oublié (non c’est impossible) un membre impactant de Nightwish. Donc pour revenir sur Run ! oui ça sonne comme du Nightwish, mais c’est tellement bien exécuté qu’il n’y a pas de critiques particulières à faire, nous sommes face à du très bon metal symphonique, propre avec gros riffs de guitares, alternance du chant masculin de Marco et féminin de notre trio. Les titres Femme Fatale et Buried In The Past, compositions également originales sont également dans ce style metal symphonique, efficaces et toujours influencés Nightwish avec présence de claviers tout en justesse, solos de guitare et moments plus calme qui mettent en lumière le chant de Clémentine, Anna et Marina. Si je vois d’ici les mauvaises langues dire que ce n’est pas novateur, je répondrai qu’au moins c’est efficace et super bon à écouter et c’est déjà pas mal ! Je mentionnerai également Elysium qui clôture cette galette et qui offre une ambiance orchestrale symphonique du plus bel effet, et positionner ainsi ce titre est une très bonne idée pour un final qui donne envie d’y retourner.

 


J’en viens aux reprises proposées sur cette galette car elles représentent tout de même une bonne partie de l’album et commencent par It’s A Sin, hymne electro pop mondialement connu des Pet Shop Boys dont une excellente reprise de Ghost traine encore dans nos oreilles. Et la question qui vient : comment sortir par le haut avec cette reprise ? Exit Eden répond sans détours, avec un gros son une fois de plus tout en respectant la mélodie originale pour une reprise des plus musclées intéressante à comparer à celle de Ghost. A l’écoute de Separate Ways de Journey on constate qu’Exit Eden va conserver le sens de chaque titre repris tout en lui administrant un joli coup de boost musical et metal, riche en guitares pour une belle réussite de ce classique. Et c’est à ce moment (que personne n’attend sauf à me balancer des œufs et des tomates) qu’il convient de parler de Désenchantée de Mylène Farmer, single de 1991 devenu un classique de la chanson française et incontournable de la chanteuse rousse la plus gothique des vocalistes françaises. Cette dernière la proposant à chacune de ses tournées mais dans des versions toujours plus electro, et là bim ! Exit Eden metallise le truc et booste cette chanson qui méritait à mes yeux un bon coup de dépoussiérage, les reprises existantes de ce titre étant jusqu’à aujourd’hui plus mauvaises les uns que les autres et dégoulinant de mièvrerie. Une nouvelle jeunesse pour cette chanson grâce à une reprise métal qui fait mouche. Dans la catégorie reprise toujours, autant celle de Poison d’Alice Cooper est assez conventionnelle et peu surprenante tout en restant efficace (il est vrai que l’original est dans toutes les têtes metalleuses), autant celle de Kayleigh de Marillion est un must, la musique de Marillion s’adapte bien à l’univers d’Exit Eden, les filles musclant un max ce titre qui reconnaissons-le n’est pas le plus heavy de Marillion pour lui donner une nouvelle tonalité, un joli coup que cette reprise.

 


Ce second opus d’Exit Eden possède l’originalité d’offrir du matériel personnel, le premier album n’était composé que de reprises, et si l’influence Nightwish est plus que suggérée, les titres composés sont de très bonne facture dans un style heavy symphonique. Si la présence de reprises est encore importante, et que le choix fera causer dans les chaumières, ces dernières sont remarquablement exécutées et c’est à se demander si on souhaiterait réellement un album d’Exit Eden sans celles-ci. Comme pour le premier opus, ce Femmes Fatales est aussi plaisant à écouter, et je dirais même mieux car plus abouti.

Tracklisting de Femmes Fatales :

01. Femme Fatale
02. It’s A Sin (Pet Shop Boys)
03. Run ! (feat. Marco Hietala)
04. Separate Ways (Journey)
05. Buried In The Past
06. Désenchantée (Mylène Farmer)
07. Dying In My Dreams
08. Poison (Alice Cooper)
09. Alone
10. Hold Back Your Fear
11. Kayleigh (Marillion)
12. Elysium

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !