Artiste/Groupe:

Enola

CD:

Inner Ruins

Date de sortie:

Octobre 2021

Label:

P.O.G.O. Records/ Vollmer Industries/ Burial Records/ Nero Scuro Records/ D

Style:

Chaotic Hardcore / Post Hardcore

Chroniqueur:

fabulous

Note:

14.5/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Il y a des groupes qui passent sous nos radars et puis d’un seul coup on les découvre et on se dit qu’on aurait bien aimé les connaître avant, dès le début. C’est le cas pour Enola qui existe depuis 2012, qui a déjà sorti deux EP : un cinq titres en 2014 et un quatre titres en 2017. 
Voici donc le premier album pour la bande des cinq composée de Jordi à la batterie, Stef à la guitare, Arnaud à la guitare, Thomas au chant et Jonathan « Mitch » a la basse et au chant. Ce qui nous frappe assez rapidement c’est la lourdeur du son. Un son tellement lourd et gras qu’aucun groupe de doom ou sludge ne l’aurait renié. Un son et une ambiance générale qui vont jusqu’à l’artwork très dark et qui nous plonge dans les ténèbres, dans les bas fond de l’enfer que la voix de Thomas aide à mieux nous décrire et à planter le décor. Après un premier titre instrumental, The Entity sonne carrément hardcore. Un hardcore chaotique dépressif sombre mais au combien prenant, attirant, captivant. On y trouve aussi du sludge là dedans comme sur August. La guitare saccadée est très appréciée sur ce titre. Un uppercut frontal sans fioriture bien apprécié. 
 
Lich nous apporte un peu de répit en étant plus axé post hardcore, mais aussi proposant une musique plus technique, plus claire aussi avec des guitares hautes perchées. Par moment, Enola me fait penser à un groupe fraîchement chroniqué à savoir Tenace. Parfois Enola varie encore un peu plus son éventail musical en proposant dans le même morceau de jolies lignes de chant mélodique mais aussi un blast dévastateur à la batterie comme c’est le cas sur Black Teeth. Le groupe va un peu plus loin dans la direction mélodique avec A Link Between Us magnifique de subtilité. 
La folie maîtrisée repart de plus belle sur la fin de l’album, parfois Enola me fait penser aussi à Unfold. La même rage, le même déchaînement de puissance qui prendra encore plus son sens en live. 

A travers ces dix titres, Enola visite plusieurs courants musicaux mais reste tout de même dans sa ligne de conduite, dix titres réussis voir même parfois excellents et terriblement efficaces. Pour un premier long format, Enola nous gâte et le menu proposé pourrait paraître indigeste pour certains mais la variation de rythmes, le changement de sonorité, la mélodie côtoyant efficacement la terreur, fait que l’album reste intéressant et bon du début à la fin. 

Tracklist de Inner Ruins :
01. Inner Ruins
02. The Entity 
03. August 
04. Lich
05. Black Teeth 
06. A Link Between Us
07. War.Torment.Sorrow 
08. Poison
09. Without You 
10. Miasma 

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !