Artiste/Groupe:

Enchantya

CD:

Symphony Of Cerberus

Date de sortie:

Avril 2024

Label:

Inverse Records

Style:

Symphonic Rock

Chroniqueur:

KABET

Note:

10.5/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Alors là moi j’ai loupé un truc…Donc j’ai écouté Symphony Of Cerberus une fois, puis deux, puis trois, puis…bon bon oui j’arrête, et je n’ai toujours pas compris. Enfin si, mais il aura fallu du temps et vous allez vite comprendre pourquoi. En attendant un petit résumé du combo qui nous arrive tout droit du Portugal et propose un metal mélodique à chanteuse, donc pile poil dans mon élément, je m’en frotte les mains par avance. La chanteuse, donc, c’est Rute Fevereiro, et elle est accompagnée de Fernando Campos à la guitare, de Fernando Barroso à la basse, de Pedro Antunes pour la partie piano, clavier et orchestration et Bruno Guilherme derrière les futs. Les lusitaniens ondulent dans cette sphère metal depuis maintenant 20 ans et trois albums à leur actif (sans compter Symphony Of Cerberus ici présenté), et dire qu’ils ne sont pas prolifiques est un doux euphémisme, mais là n’est pas le propos du jour. D’ailleurs pour les lecteurs voulant connaitre un peu plus le groupe, je vous renvoie à la chronique de Dark Rising, leur premier album disponible sur notre excellent webzine, mais qui à l’époque n’avait pas beaucoup convaincu.
2024, donc Enchantya propose Symphony Of Cerberus et il vaut mieux soit bien connaitre le groupe, soit être bien accroché pour apprécier l’album car ce n’est absolument pas un album de metal ! Je l’ai compris après plusieurs écoutes intrigantes (pensez-donc ! Quand on s’y attend pas ça interroge ce truc), il s’agit en fait d’une reprise de leur album Cerberus sorti l’année dernière et dont le groupe a voulu en faire un album symphonique dont les arrangements de violons (et oui bien sur, on va partir dans cette direction, faut suivre dans le fond, on parle symphonique) ont été assurés par Miguel Birkemeier que l’on entend d’ailleurs sur cet album. Donc à ce stade, pas de guitares, pas de batterie, pas de basse, non que de la musique symphonique pour réorchestrer leurs propres morceaux. Donc à moins d’être un véritable passionné de musique classique et symphonique vous risquez de vous ennuyer ferme. Passé la bonne surprise du premier morceau, les suivants se ressemblent peu ou prou, et l’ennui prend vite le dessus. Il a donc fallu que je me plonge dans Cerberus pour comprendre le concept, et sans vouloir chroniquer ce dernier car ce n’est pas lui qui est à l’honneur, c’est beaucoup plus agréable à nos chères oreilles biberonnées de metal, même si les compositions proposées sont assez conventionnelles, mais là n’est pas le sujet pour Enchantya. Voici une comparaison des deux versions histoire de vous faire une idée :

All Down in Flames:

 

Collective Souls :

Certains y trouveront peut-être leur compte, les partitions pourront être ré-utilisées pour les orchestres d’harmonie, pourquoi pas, vu qu’il n’y a que des instruments d’harmonie, mais pour un album metal c’est un peu léger si on appréhende cette galette seule sans son petit frère Cerberus (malin les gars et la fille, comme ça on achète deux disques au lieu d’un).
Alors pourquoi une note de 10,5 pour cet album ? Parce que ce n’est ni bon ni mauvais, juste un exercice de style, certes dispensable dans la discographie du groupe, mais qui pourra j’espère trouver son public, encore qu’il ne sera, je ne pense pas, parmi nos lecteurs. Et puis il convient de mentionner l’artwork de Symphony Of Cerberus qui, pour le coup, est plutôt bien réussie et permet au groupe d’assurer tout juste la moyenne et de sauver la face.

Tracklist de Symphony Of Cerberus :

01. Karma
02. All Down In Flames
03. Lunar Fire
04. Alone
05. Prana
06. Rising Star
07. Existence
08. United We Stand
09. Anima
10. Collective Souls
11. Sons Of Chaos
12. Inward

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !