Artiste/Groupe:

Devin Townsend

CD:

Devolution Series #1: Acoustically Inclined

Date de sortie:

Mars 2021

Label:

Inside Out Music

Style:

Devin Acoustique

Chroniqueur:

JeanMichHell

Note:

16/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

M. Devin Townsend nous propose le premier des Devolution Series qui se veulent être : « un regroupement de bizarreries et de matériel intéressant que j’aimerais que les gens entendent, mais que je ne veux pas nécessairement présenter comme une ’’version majeure’’. Cette galette était d’ailleurs initialement incluse dans la version limitée d’Empath.

Si vous connaissez un peu le bonhomme et ses multiples pérégrinations, vous savez qu’il ne fait pas dans la demi-mesure, orchestration magnifique, des couches de guitares à n’en plus finir, un travail poussé jusqu’au bout des ongles, sauf que là c’est de l’acoustique. Devin et sa guitare, point. L’enregistrement du Live In Leeds remasterisé et remixé, mais les subterfuges s’arrêtent là.

Dès l’introduction, le ton est donné, le canadien explique ce qui le motive, bidouille son accordage, échange avec le public d’une manière on ne peut plus simple et détendu. C’est manifestement un des points forts de ce format. On entend les réactions du public non seulement face à la réinterprétation des titres déjà connus, mais également dans l’interactivité avec Devin. On le sent à l’écoute, avec une forme de bienveillance, et aussi une bonne dose de connerie on ne va pas se le cacher, pour faire de ce moment particulier un moment qui restera presque comme si le public avait taillé le morceau de gras avec lui.

Musicalement, il y a deux parties assez évidentes dans les choix des titres. La première c’est de tendre à revenir à la source de la création des titres, en particulier sur les titres à tendance déjà acoustique. Devin retire les artifices et se contente de ne garder l’essentiel. Il ne réinterprète pas les mélodies, il les épure de toutes pirouettes de studio. Cela rend les titres encore plus variés. Il suffit de prendre le magique Ih-Ah! issu de l’excellent Addicted ou bien encore Hyperdrive pour se rendre compte de ce quoi Devin veut nous emmener : Le retour à l’état originel des compositions.

La seconde tendance est celle du contrepied. Lorsque j’ai vu que Love ? faisait partie de la playlist, je me suis demandé comment passer d’un titre de Strapping Young Lad à une version guitare voix… Et bien là encore en revenant à l’essentiel, en jouant la carte de la sincérité et en poussant le vice à reprendre le pont de ce titre simplement en quasi a capella, en ne s’appuyant que sur le flow de sa voix. L’excellent Deadhead a aussi droit à sa version totalement dépouillée d’artifice alors que sur l’album il est un mur d’effet. Ce décalage entre la version album et cet acoustique est énorme, et permet d’apprécier le fait que Devin est un excellent compositeur qui n’a pas forcément besoin d’autre chose que d’une guitare pour exprimer son talent.

En tout cas, Devin réussit encore son coup. La seule limite est d’avoir une connaissance assez approfondie des très nombreux albums de l’animal, et ainsi appréhender au mieux les compositions et leur nouvelle interprétation. Mais sinon, cet album est une perle de sensibilité, une forme de mise à nue des titres d’un génie qui pouvait avoir tendance à se « cacher » derrière la possibilité offerte par une production en studio. Il démontre encore une fois qu’il est un remarquable compositeur, doublé d’un véritable showman. Chapeau bas Mister Townsend.

Tracklist de Devolution Series #1 - Acoustically Inclined - Live in Leeds. (Album d’origine du titre)
01. Intro
02. Let it Roll (Synchestra)
03. Funeral (Ocean Machine)
04. Deadhead (Accelerated Evolution)
05. Ih-Ah! (Addicted)
06. Love? (Alien)
07. Hyperdrive (Ziltoid)
08. Terminal (Ki)
09. Coast (Ki)
10. Solar Winds (Ziltoid)
11. Thing Beyond Things (Ocean Machine)

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !