Artiste/Groupe:

Bloodywood

CD:

Rakshak

Date de sortie:

Février 2022

Label:

Autoproduction

Style:

Metal Tribal / India Folk Metal

Chroniqueur:

fabulous

Note:

18/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

S’il y a bien un groupe dont l’histoire est pour le moins originale, c’est bien celle de Bloodywood, créé en 2016 par deux potes, Karan Katiyar à la guitare, flûte, arrangements , composition et production et Jayant Bhadula au chant. Les deux potes de New Dehli en Inde vont d’abord composer quelques titres et tourner des clips en totale autoprod, ils se filment eux mêmes, bref du DIY . Bientôt un second chanteur, Raoul Kerr, va rejoindre le projet et ils vont multiplier les clips hauts en couleurs, tourner en Inde, souvent avec la population locale et des décors naturels très jolis. Rapidement ses clips diffusés sur YouTube vont devenir viraux. Des millions de vues qui vont faire connaître Bloodywood à travers le monde alors même que le groupe n’en est justement pas encore un. Mais leur metal tribal est diablement efficace. Des titres ultra efficaces, vrais hits en puissances comme Machi Bashad ou Ari Ari leur vaut un coup de fil du Wacken Open Air Festival pour leur proposer d’être à l’affiche de l’édition 2019. Le groupe est honoré et accepte mais problème : ils n’ont jamais fait de concerts ! Ils décident donc de créer officiellement le groupe Bloodywood, ajoute à la formation Sarthak Pahwa au Dohol (percussions), Roshan Roy à la basse et Vishesh Singh à la batterie. Ils montent une tournée dans leur pays en Inde puis en Europe afin d’engranger un peu d’expérience scénique avant le Wacken. Ainsi est née la légende de Bloodywood, groupe connu avant d’être un groupe. 
Après quelques titres disponible sur le Bandcamp du groupe, voici donc Rakshak le premier véritable album de Bloodywood. Et si vous avez pris une claque à la sortie du Roots de Sepultura, vous aimerez à la folie et prendrez la même claque avec cet album de Bloodywood. Des hymnes tribaux peuplent cet album qui démarre tambour battant avec le surpuissant Gaddar. Grosse production énorme pour un autoprod, le son est excellent, les percussions omniprésentes, quelques samples pour habiller encore un peu plus leur riche musique, une vraie claque dans la gueule.
 
 
Tout l’album est en fait composé de dix hits. Aaj en est un aussi, la flûte fait son apparition sur ce morceau, les voix des deux chanteurs Jayant et Raoul sont très complémentaires et excellentes, Jayant agressive et Raoul avec plus de groove. Un Featuring avec la jolie voix de Archy J de The Snake Charmer nous fait encore un peu plus voyager au cas où les magnifiques images du clip ne suffisaient pas. Je pourrais vous parler de tous les titres les un après les autres tant ils ont tous quelque chose de très intéressant. Zanjeero Se est ainsi mélodique et très bien écrit avec beaucoup d’émotions palpables dans ce morceau, avec aussi des guitares très heavy. Comment ne pas parler d’une autre claque monumentale de cet album qui déboule en quatrième position, Machi Bashad, qui fait la part belle aux percussions, et qui est absolument génial. Des deux chants en passant par les percus, les guitares et autres instruments indiens donnent là un modèle de metal folk tribal, à la première écoute on reste bouche bée. Si vous voulez récupérer un peu après cette claque, écoutez donc Jee Veerey où la flûte est prépondérante, le groove et l’entrain de ce morceau est clairement communicatif. 
Ça y est vous avez récupéré, ça tombe bien car Endurant va vous pousser dans vos derniers retranchements. Seul le refrain lui aussi très entraînant freine un peu le rythme effréné de ce morceau rentre-dedans. C’est jouissif tout simplement. BSDK.exe fait quant à lui penser à un chant guerrier au début du morceau, les grosses guitares écrasent tout sur leur passage. Et on enfonce le clou avec Chakh Le, les percussions sont légions, les paroles entêtantes, composées à la perfection. Si on veut chipoter un peu je dirai que parfois l’album est trop bien produit et les guitares sont parfois un peu étouffées, pas assez brutes. 
 
 
Je reprends un passage de la bio du groupe qui résume parfaitement ce que procure l’écoute de cet album :
Bloodywood est un groupe de Folk Metal indien pionnier d’un son qui fusionne les instruments folkloriques indiens avec le métal pour un effet dévastateur. Attendez-vous à entendre la puissance de percussion du puissant Dhol, de la flûte mélancolique, du Tumbi à une seule corde et de plusieurs autres sons peu communs mais distinctement caractéristiques de l’Inde. Une combinaison de chœurs hindi / punjabi tonitruants et des couplets rapés impitoyables, ainsi que de l’instrumentation ethnique, ce qui fait de Bloodywood une expérience vraiment unique. 
Les thèmes abordés dans les paroles parlent de maladies mentales, combattre les divisions politiques, luter contre la crise de la pauvreté en Inde, la corruption ou encore les agressions sexuelles. Le tout avec un message d’espoir. 
Un album riche, varié, prenant, une vraie claque. Un des albums de l’année sans doute. 
 

Tracklist de Rakshak
01. Gaddaar 
02. Aaj
03. Zanjeero Se
04. Machi Bhasad
05. Dana-Dan
06. Jee Veerey
07. Endurant
08. Yaad 
09. BSDK.exe
10. Chakh Le

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !