Artiste/Groupe:

Benighted

CD:

Ekbom

Date de sortie:

Avril 2024

Label:

Season Of Mist

Style:

Death brutal

Chroniqueur:

JeanMichHell

Note:

18.5/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Nous revoilou les Stéphanois de Benighted, qui toujours aussi bien réglé dans la sortie de ses productions et tournées, a pour une fois pris un peu plus de temps (quatre ans) pour nous présenter leur dixième opus Ekbom. Il faut dire que son dernier bébé en date l’excellent Obscene Repressed, avait vu le jour au cours d’une si difficile année 2020, ce qui peut “expliquer” le délai.  

Le groupe a également évolué dans sa structure, M. Fabien Desgardins est parti vers de nouveaux horizons, et le groupe est aujourd’hui un quatuor toujours formé autour de M. Julien Truchan derrière le micro, M. Emmanuel Dalle est donc seul à la guitare, M. Pierre Arnoux à la basse, et M. Kévin Paradis. Cette bande de monstrueux Monsieur nous offre un nouveau voyage à l’intérieur de leur univers toujours aussi sombre, délirant, et terriblement violent, mais pour une évidente dose de plaisir.  

Alors est-ce que ce temps, et ces changements auront permis au groupe de maturer un bel album ? 

La réponse est simple, oui, cours l’acheter au lieu de lire mes élucubrations, et m’emmerde pas avec tes questions...  

Bon d’accord quelques précisions s’imposent... Bien entendu nous retrouvons ce qui a toujours fait la force de Benighted, un rythme endiablé, des piiiiiiig squeeeaaaaal, des riffs qui écrasent autant qu’ils défilent à la vitesse de la lumière, grâce à des musiciens hallucinants de technicité et un batteur qui manifestement doit rentrer sur sa planète après avoir broyé sa batterie, puisque manifestement pas du même ADN que nous... Bref, que ce soit l’inquiétant Scars, le rouleau compresseur Morgue ou encore Ekbom, on retrouve les diverses démonstrations de leur talent, que je suis à deux doigts de qualifier d’ancestrale. (ben ouais 26 ans les gars !) 

Au registre des nouveautés, ou tout du moins dans le registre du moins classique chez Benighted, les paroles en français sur Morgue et Le Vice des Entrailles. Il existe également quelques accents Black évident dans Scapegoat, le riff principal de Mother Earth, Mother Whore, ou encore sur Morgue qui sonne presque par instant comme Néfastes.  

Je peux aussi vous citer l’’incroyable montée en BPM sur le début de Nothing Left To Fear (402 BPM !!!!), ou encore Flesh Against Flesh qui réussit le tour de force de conserver un groove incroyable grâce, entre autres, à un jeu de cymbale tout aussi hallucinant de M. Paradis qui m’y envoie directement. Le groupe est au sommet de son art, tout simplement.  

Vous parlez de la prestation de Julien derrière son micro est juste inutile tellement elle est incroyable. Il continue à explorer différentes contrés, growl, scream, aussi gutural que puissant, tout porte à croire que son organe n’a pas de limite (j’ai longtemps hésité à garder cette formule...). Et comme si l’impression d’écrasement n’était pas suffisante à elle toute seule, il semblait indispensable de rajouter deux autres “poètes” que sont Oliver d’Archspire sur Nothing Left To Fear et Xavier de Blockheads sur Fame Of The Grotesque, pour comprendre que les micros ont pris cher et que les futurs live vont juste être dingues.  

Vous l’aurez compris, mes oreilles saignent de plaisir face à cet excellent album. Benighted, en une grosse demi-heure, nous offre le summum de son art. Ici tout est maitrisé à la perfection, là où Obscene Repressed avait ouvert quelques autres pistes stylistiques intéressantes, Ekbom se concentre sur l’essence du groupe, et malgré une obsession pour les métastases, cet album fait preuve que le quatuor en a encore grassement sous la pédale. Vous avez tout simplement à porter de main la crème de ce que sait faire Benighted, je ne vais donc pas me répéter, va chez un disquaire qui a du goût et va chercher ton exemplaire bordel !  

Tracklist de Ekbom :

01. Prodrome 
02. Scars  
03. Morgue 
04. Le Vice des Entrailles 
05. Nothing Left to Fear 
06. Ekbom 
07. Metastasis 
08. A Reason for Treason 
09. Fame of the Grotesque 
10. Scapegoat 
11. Flesh against Flesh 
12. Mother Earth, Mother Whore 

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !