Artiste/Groupe:

Amenra

CD:

De Doorn

Date de sortie:

Juin 2021

Label:

Relapse Records

Style:

Post Metal

Chroniqueur:

ced12

Note:

15/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Et mince Amenra n’a toujours pas été chroniqué sur ce webzine et c’est bien dommage parce que ce groupe reste une formation particulièrement détonante même si nous le verrons, elle ne fait pas toujours l’unanimité. Le post-hardcore des belges teinté de doom et de sludge frise la niche artistique. Pensez bien, le résultat est bien sombre, épais et en concert, on en sort marqué avec ce côté solennel et cérémonie (ou circonspect en étant resté à quai, ce qui peut s’entendre). Chanteur qui tourne le dos au public, tel un Jim Morrison début de carrière, pénombre totale, guitares écrasante, lourdeur de chaque instant, chant growlé bien profond, ça ne respire pas la joie de vivre du côté de Courtrai, tout proche de notre belle contrée. Déjà sept albums au compteur en deux grosses décennies sobrement "Mass" ("messe" dans notre belle langue) puis le numéro du disque en chiffres romaines, le style du groupe est marqué mais le groupe a ses adeptes et une réelle continuité qualitative.

Etonnamment, ce huitième album n’est pas dénommé "Mass VIII" mais De Doorn pour un premier disque chanté en flamand, ce titre signifiant "l’épine". Même si on reste dans des thématiques sacrificielles, cela sent la volonté d’évoluer chez nos amis flahutes, d’autant qu’un nouveau bassiste a pointé le bout de son nez. Le changement de chant reste à mon sens l’évolution la plus marquée car on se doute que cela représente un sacré cap pour Colin H. Van Eeckhout, chanteur à la personnalité marquée. Surtout, le groupe semble confiant car le flamand n’est pas la langue la plus parlée au monde, c’est peu de le dire. Le résultat est assez déstabilisant pour qui ne connait pas ce groupe. Cinq titres, des ambiances très travaillées qui se posent tranquillement, un premier titre qui met plus de quatre minutes avant de démarrer pour poser une ambiance bien solennelle avant que les premiers cris du chanteur n’arrivent sur des guitares lentes et écrasantes. Démarrage déconcertant mais véritablement envoûtant pour qui rentrera dans l’ambiance voulue par le combo.

Trois gros quarts d’heure de musique travaillé, cohérente pour un rendu abouti, voilà ce qu’un Amenra conquérant nous propose ici pour son premier disque en flamand. Les fans de doom et de post-metal s’y retrouveront sans problème, c’est du très costaud dans le style. En live, le groupe semble attendu sur pas mal de fest dont l’Alcatraz où Amenra joue à domicile. Groupe intéressant par son côté abouti, son attitude jusqu’au-boutiste, Amenra méritait assurément un petit focus de notre part. C’est chose faite et c’est justice.
 

Tracklist de De Doorn :
01. Ogentroost
02. De Dood In Bloei
03. De Evenmens
04. Het Gloren
05. Voor Immer

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !