Groupe:

Eivør + Trobar de Morte + Waldkauz

Date:

11 Mai 2024

Lieu:

Festival Echos & Merveilles 2024

Chroniqueur:

ced12

Soirée mystique au programme en clôture de la scène intérieure de cette édition 2024 du festival Echos & Merveilles avec encore un joli programme. De nouveau, je fais honneur à l'espace restauration au Hachoir avec un plat savoureux. Bonne nouvelle pour l'organisateur, ce soir c'est complet, et depuis quelques jours. Dayazell ouvre le bal à 20h. Bien connu du public toulousain, le groupe local fait le job comme il sait le faire. C'est parti pour une soirée riche en surprises.

Waldkauz 

Formation allemande qui a à son compteur une décennie d'expérience, Walkauz (mot qui signifie chouette hulotte dans la langue de Goethe) précise rapidement qu'il s'agit là de leur première venue dans notre contrée et qu'ils ne savent pas trop à quoi s'attendre. Ah, ils ne vont pas être déçus car ce soir au Bascala, il va se passer quelque chose entre le groupe et le public. Proposant un pagan folk assez abouti pouvant rappeler celui d'un Faun (tête d'affiche du Echos & Merveilles 2023) mais en moins aseptisé je trouve, un peu plus sombre, plus à mon goût pour tout dire. Le quintette se compose du leader avec sa tignasse brune et sa guitare. Il est accompagné de deux multi-instrumentistes féminines qui vont utiliser à peu près tous les instruments de musiques qu'on peut trouver dans le registre folk (flûte en tout genre, bagpipes, sorte de contrebasse médiéval et j'en passe), un batteur solide et au fond à gauche de la scène le bassiste qui incarne une sorte de caricature du poste. Discret, arborant un look de mec "normal" quand le trio devant s'affiche typiquement folk médiéval, on pourrait presque croire que Waldkauz a débauché leur comptable le temps d'un soir (précision utile, c'est la formation d'origine de l'auteur de ces lignes c'est donc dit avec affection). Je me moque gentiment mais le garçon assure comme un chef. L'atmosphère voulue par le groupe est de recréer l'esprit de la forêt et leur musique très dansante fait un malheur. Le public est à fond, on voit même une immense farandole dans le public (l'équivalent du circle pit mais en version folk) devant des musiciens béats de bonheur bluffés (et sincèrement surpris) par un tel enthousiasme. Clairement, la chanteuse blonde "crève l'écran" (enfin la scène) assurant vocaux de qualité, solos de cornemuse et de flûte. Elle prend toute la lumière. Reprenant sur Frei Zu Sein la célèbre mélodie traditionnelle qui avait donné chez nous le grand succès de la Tribu de Dana, Waldkauz renvoie au répertoire folk traditionnelle et ça n'en finit plus de danser dans la salle du Bascala.

J'ai rarement vu une telle communion, la salle est emportée, tout le monde est à fond et l'essence du concept festival folk est ici à son paroxysme. Ça danse, ça applaudit, il se dégage beaucoup de joie dans cette salle. Et cela continuera dans le hall lorsque le groupe rejoindra le stand de merch sous les acclamations d'un public conquis complètement enthousiasmé par ces mélodies folk enivrantes. Là encore, la chanteuse blonde reçoit un immense accueil et je jurerai l'avoir vu sécher une larme d'émotion devant ce chaleureux engouement. Waldkauz, inconnu au bataillon et de fait proposant un pagan folk somme toute assez classique pour les connaisseurs du style, a signé le gros carton du Fest bénéficiant au passage d'un créneau parfait (1h entre 21 et 22h). Il y a des soirs comme ça, des moments de communion pas forcément rationnels mais ô combien plaisants. C'est vraiment la magie du live. Gageons que le groupe se souviendra longtemps de cette date et je ne serai pas étonné qu'on les revoie très vite sur cette même scène. Un très grand moment.

Trobar de Morte

Difficile de passer après un tel pic d'émotion collective et Trobar de Morte, des habitués du fest déjà présents en 2023, doivent s'y coller. On change résolument d'ambiance quand bien même on retrouve peu ou prou les mêmes instruments mais appréhendés différemment. L'ambiance se veut plus mystique, le groupe propose un décor avec bougies, encens (cette odeur qui restera pendant tout le concert) et des lumières plutôt sombres à l'image de leurs costumes de scène. Originaires de Barcelone, le groupe n'a donc pas fait un si long voyage pour venir et propose une dark-wave pagan très aboutie avec un chant aérien. Plus surprenant, on retrouve des influences flamenco (oui je sais je frise le cliché) avec une danseuse qui en appoint apporte un plus sur la scène générale. J'ai aussi souvent pensé à la BO du Dernier des Mohicans

Communiquant bien moins que Waldkauz, Trobar de Morte réussit une étonnante fusion entre influences espagnoles subtiles et dark plus nordiques et ça le fait bien. La première moitié du show est plus mystique avec une batterie tribale et on pense parfois à Heilung. La seconde partie du show m'a semblé plus dansante, plus ouverte et on vit le public plus participatif applaudissant souvent en rythme. Un show très sympa, envoûtant avec une musique qualitative. 

Seule petite ombre au tableau (désolé faut bien que je râle un peu), la durée du show d'1h30 voit une petite partie du public décroché et l'heure avançant, la fatigue se fait sentir chez pas mal de non-habitués des fest d'autant plus qu'il a fait très chaud ce jour. Même si le running order est très précis et fut communiqué bien en amont du fest, je trouve que proposer sa tête d'affiche à 1h du matin est un peu audacieux surtout encore une fois pour un public moins initié aux joies des festivals. Toujours est-il que ça dort à divers endroits dans la salle et que le très bon show de Trobar de Morte aura eu de fait moins d'impact que celui de Waldkauz qui a embarqué toute l'assistance.

Eivør

Place à la maîtresse de cérémonie, très attendue par un public motivé et intéressé. Originaire des Iles Féroé, Eivør offre en plus un charme venant d'une contrée finalement très peu connue et dont les groupes / artistes réputés sont plutôt rares quand ils ne font pas carrément polémiques (Tyr). La chanteuse arrive et d'emblée illumine la scène. C'est qu'en plus elle a un faux air à Lady Gaga, c'est amusant. Elle est accompagnée d'un batteur plutôt efficace (qui évolue avec des lunettes de soleil ce qui surprend) et de deux musiciens chargés des synthés et / ou de divers instruments d'accompagnement. Plus que jamais, la polyvalence c'est important dans le folk. Alternant tambourin et guitare électrique, Eivør œuvre dans une dark-wave assez sombre (dark quoi !) mais à base d'électro. Sa voix d'ange, franchement impressionnante, la rattache à la scène folk nordique et on pense à des Myrkur ou autre Kalandra même si Eivør se veut plus pop avec un plus grand dynamisme lié aux boucles électro.

Avec sa voix réellement épatante, Eivør oscille entre émotion, apaisement mais aussi capacité à créer un sentiment d'angoisse bref Eivør nous vient bien du grand Nord et le résultat est assez bluffant en plus d'être de fait très original. Très bon show qui passe bien malgré la fatigue qui arrive. Comme en plus, il a plu, la pelouse extérieure du Bascale est de fait moins agréable. Précisons qu'un nouvel album arrivera en juin (dont il me faudra vous en proposer une chronique) et surtout une présence au prochain Hellfest en tête d'affiche de la Temple juste après le show de Metallica sur la Main Stage (à 1h du matin, apparemment c'est un créneau qu'elle doit affectionner). 

Ainsi se referment les scènes intérieures du Bascala avec une édition très réussie. Restera ce moment hors du temps entre Waldkauz et son public, moment très fort de cette édition 2024. Le festival offrira une dernière journée plus familiale avec aussi au programme un mini salon du livre (de l'imaginaire va sans dire) et encore quelques shows en open air de qualité avec une dimension plus familiale Harry Potter semblant au programme. Festival très complet dont on ne peut dire que du bien. L'organisation générale est épatante, ce fest est une sacrée réussite, on y trouve beaucoup beaucoup de choses, du culturel et rayon concerts, la qualité de l'offre est à saluer. On repart de Bruguières avec le sourire et plein de bons souvenirs en tête.

Venez donc discuter de ce live report sur notre forum !