Groupe:

DeWolff

Date:

28 Avril 2021

Interviewer:

Didier et Evanessa

Interview Pablo

Bonjour et merci de prendre le temps de répondre à quelques questions pour AuxPortesDuMetal.com. Cette interview sera publiée en français et en anglais. Pour commencer, peux-tu présenter le groupe à nos lecteurs ?

Mon frère Luka van de Poel, Robin Piso et moi-même avons créé DeWolff en 2008, alors que nous étions respectivement âgés de 13, 16 et 17 ans. Nous jouons du rock classique et nos influences sont variées : soul des années 60, rock psychédélique, Americana et tous les autres styles associés à ces catégories. Nous avons enregistré 9 albums au total et nos 4 derniers opus ont été enregistrés dans notre studio entièrement analogique qui se situe au cœur d'Utrecht, la plus belle ville des Pays-Bas.

Comment avez-vous choisi le nom de votre groupe?

Au début de notre carrière, nous étions fascinés par Pulp Fiction et un des personnages de ce film s'appelle M. Wolf. Nous avons utilisé ce nom pour en créer un autre, similaire à ceux des voitures anciennes, comme DeLuxe ou DeVille...

Quelles sont vos influences musicales majeures ?

Je peux notamment citer Little Feat, Led Zeppelin, The Band, Leon Russell, Deep Purple, Otis Redding, Townes Van Zandt, the Black Crowes et the Black Keys car ils représentent assez bien nos multiples influences.

Vous formez un trio, pensez-vous que ce type de formation est optimal pour votre style de musique ?

En effet ! Un triangle est la figure géométrique la plus solide car les points qui la composent sont reliés les uns aux autres. Par conséquent, nous sommes tous directement connectés les uns aux autres sur scène : Robin est connecté à Luka sur le plan rythmique car il joue de la basse et Luka de la batterie, je suis connecté à Robin car nous jouons tous les deux d’un instrument mélodique et Luka et moi sommes connectés l’un à l’autre car nous chantons tous les deux et évidemment, parce que nous sommes frères :-)

Étant donné que Luka et toi êtes frères, n’est-ce pas difficile pour Robin de donner son avis au sein du groupe ?

Absolument pas. On se connaît depuis tellement longtemps qu'on a l'impression d'être trois frères.

J'ai découvert votre musique grâce au Live & Outta Sight II et j'ai vraiment été impressionné. Considérez-vous que DeWolff est un groupe principalement conçu pour la scène ? Et qu'il est préférable de le découvrir en live ?

Je pense que oui ! Cependant, je pense que nos albums studio sont également devenus de plus en plus variés, notamment depuis que nous avons commencé à les enregistrer nous-mêmes. Mais lorsque nous nous produisons sur scène, notre musique dégage davantage d'énergie, nous pouvons improviser et cela plaît beaucoup. Je pense que sur les disques, nous nous concentrons principalement sur les chansons alors que sur scène, notre style est plus rock'n roll car notre musique comporte de nombreux solos et des riffs lourds. J’apprécie ces deux facettes.

J'ai ri quand j'ai vu la pochette de l’album Tascam Tapes et quand j’ai appris que l’enregistrement de cet opus vous avait coûté 50 dollars. Cet album vous a-t-il permis de gagner un million de dollars comme l’indique l’autocollant ? :-)

Haha, pas du tout. En fait l'autocollant indique que la production de cet album "semble avoir coûté un million de dollars", nous ne pensions pas réellement en tirer un million de dollars et évidemment, c'était une blague car il ne semble pas valoir un million de dollars mais plutôt cent mille dollars ;-)

En tous cas, nous pouvons désormais découvrir votre nouvel album intitulé Wolffpack, et j’imagine que la production de cet opus vous a coûté plus de 50 dollars, est-ce exact ?

En fait, nous avons réussi à économiser 50 dollars en produisant cet album car nous l’avons enregistré dans notre propre studio, haha ! Nous avons géré la sonorisation, la production et le mixage nous-mêmes. Nous sommes vraiment radins !

Comment avez-vous procédé pour composer les titres de ce nouvel album ?

L'album a été composé en appliquant deux méthodes différentes: au début du confinement, j’ai passé mon temps à composer de nouvelles chansons et certains de ces morceaux ont été inclus dans l'album après avoir été arrangés par nous trois. Parmi ces titres, je peux notamment citer Do Me, Sweet Loretta et Roll Up the Rise. Nous avons procédé de manière plus classique pour composer les autres morceaux : nous nous sommes réunis en studio tous les trois et avons commencé à jouer et à composer ensemble. Cela nous a notamment permis d’obtenir les morceaux Treasure City Moon Child et Lady J. La chanson Yes You Do se distingue des autres titres car nous l'avons "composée" pendant une réunion sur Zoom. Le morceau Hope Train était une chanson acoustique au départ, un peu comme l'intro, mais lorsque nous l'avons joué en groupe, il a été complètement transformé.

Votre album m’a beaucoup plu et il figure parmi mes coups de cœur. Je trouve que votre son est vraiment exceptionnel et presque impossible à décrire. J'ai même utilisé l’expression ‘Groovy Psychedelic Rock’. Comment le définissez-vous ?

Organic Rock, haha, ou Human Rock. Ou peut-être simplement Classic Rock. Tu sais que les membres de Led Zeppelin n'ont pas vraiment été influencés par d'autres groupes de rock parce qu'ils ont inventé ce style, en quelque sorte. Evidemment, il y avait d'autres groupes de rock à l’époque mais ce style musical était une véritable innovation. Ils se sont inspirés du blues, du vieux rock'n roll, de la soul et de la musique folk pour concevoir un style innovant et électrisant. Je trouve cela formidable.

Votre musique comporte des sonorités disco extraordinaires. Comment les avez-vous intégrées ? Était-ce un choix délibéré ?

En fait, nous aimons beaucoup ABBA mais aussi des titres comme Da Ya Think I'm Sexy de Rod Stewart et d’autres morceaux démodés qui datent de la fin des années 70. Le style peut être décrit comme du funk qui a évolué (ou qui a dégénéré haha) en une sorte de mutation principalement conçue pour permettre aux gens de danser et de faire la fête. Mais initialement, cela reste de la musique groovy et certains de ces titres sont vraiment excellents !

Nous pouvons enfin découvrir votre nouvel album Wolffpak un an après la sortie de The Tascam Tapes. Était-ce prévu ou est-ce dû au COVID ?

Non, ce n'était absolument pas prévu ! Si la crise sanitaire liée au Covid n'avait pas eu lieu, cet album n'aurait pas été composé ! Nous avions prévu d’effectuer une longue tournée pendant l’année 2020 et nous n’aurions pas eu le temps d’enregistrer un album pendant cette période. Comme les tournées sont suspendues, nous avons eu le temps de composer de nouvelles chansons et de faire beaucoup d'autres choses imprévues et vraiment formidables. Nous avons notamment eu l’occasion de jouer avec le Metropole Orkest et de jouer tous nos albums dans leur intégralité pendant 9 concerts diffusés en live streaming.

Je suppose qu’aucune tournée n’a été organisée pour promouvoir The Tascam Tapes. Cela a dû être extrêmement frustrant pour un groupe comme DeWolff ?

Au début, certainement ! J'ai été très déçu pendant une bonne semaine. Mais cela ne sert à rien de pleurer et de se plaindre. Après tout, ce que nous aimons faire le plus, c'est créer de la musique... même si nous ne pouvons pas partir en tournée, nous pouvons toujours créer des morceaux. Même s’il n’est pas possible de se produire devant un public, nous pouvons toujours composer des chansons dans notre studio quand nous le souhaitons et nous avons la possibilité de les faire découvrir aux gens et ils aiment les écouter... mais je tiens à dire que l’objectif principal est de créer des liens avec les gens grâce à la musique et la meilleure solution pour y parvenir consiste à se produire en live. Notre nouvel album est enfin disponible et nous avons hâte de sortir, de jouer devant un public et à créer cette osmose exceptionnelle que seule la musique parvient à générer.

J'ai regardé le concert de la release party en replay. Votre performance était fantastique, mais n’est-ce pas difficile de jouer sans voir le public réagir face à vous ?

Notre ingénieur du son a diffusé des applaudissements à partir d'un enregistrement entre les chansons. Cela a permis d'atténuer la gêne occasionnée ! Mais sérieusement... Cela nous manque vraiment de jouer en live! Je pense que cette solution convenait bien pour cet événement spécifique parce que toutes les chansons étaient nouvelles et que nous étions déjà très nerveux de les jouer devant les caméras. Cela aurait été encore plus éprouvant avec un public. Mais maintenant, il me semble qu'il est inutile de proposer un autre évènement en live streaming parce que... nous l'avons déjà fait et parce que nous avons envie de jouer pour un public !

Cet évènement à réuni de nombreux invités et c'était formidable cependant cette situation est assez rare pendant vos tournées. Comment vous organisez-vous pour faire tout cela en trio ? Je pense notamment aux morceaux plus funky qui comportent une ligne de basse assez marquée. Comment les jouez-vous sans bassiste ?

C'est parfois très difficile pour Robin de jouer toutes ces lignes de basse, mais il est extrêmement talentueux et il y arrive parfaitement. En ce qui concerne le reste... nous prenons pas mal de libertés lorsque nous nous produisons sur scène et nous générons un gros son. Cela compense l’absence de musiciens invités ;-)

Cette performance révèle également que votre groupe est extrêmement soudé. Pablo et Luka s’entendent comme des frères et Robin fait aussi partie de la famille. Penses-tu que cette cohésion contribue au son de DeWolff ?

Évidemment. Les membres d’un groupe doivent être unis pour pouvoir jouer sans contraintes. Certains musiciens partagent une grande complicité, je pense que nous sommes très proches. Le mot "symbiose" semble plus adapté pour décrire notre relation car que nous avons joué ensemble pendant de nombreuses années. Nous avons créé une sorte d’alchimie qui est vraiment agréable.

Nous sommes maintenant en 2021 et la situation ne s’est pas améliorée en ce qui concerne la musique live. A quel point est-ce devenu difficile pour les groupes, et pour vous-mêmes, de promouvoir votre musique sans partir en tournée ? Pensez-vous que le COVID affectera durablement la façon dont les groupes interagissent avec leurs fans ?

Je ne pense pas. J'ESPÈRE que non. Ou alors... peut-être que si nous organisons un grand concert, par exemple pour la sortie d'un album, ce sera plus facile de le filmer pour que les gens du monde entier puissent également le regarder. C'est un point positif. Mais le live streaming ne pourra jamais remplacer l'énergie qui est générée par un véritable concert. Pour répondre à la première partie de ta question : c'est extrêmement difficile. Pas spécialement pour nous car nous nous en sortons plutôt bien, mais c'est devenu vraiment difficile pour les groupes moins connus. Lorsque vous proposez un concert en live streaming, vous êtes en concurrence avec TOUT ce qui se trouve sur Internet. En temps normal, si vous jouez dans une petite salle, les gens viennent assister au concert, pas forcément pour voir un groupe en particulier, mais tout simplement parce qu'ils veulent sortir et passer une bonne soirée. Ils peuvent découvrir un groupe par hasard parce que c'est le seul groupe qui joue dans leur ville ce soir-là. Mais actuellement, avec le live streaming, vous êtes en concurrence avec tout ce qui est disponible sur Internet et le choix est vraiment vaste, en permanence. Netflix, Facebook, Pornhub, les vidéos de chats sur Youtube... brrr !

Vous avez notamment organisé un marathon de streaming, en jouant un album entier chaque soir, pendant neuf jours. Ces évènements ont-ils eu du succès ? Est-il plus facile de rentrer dans ses frais avec une performance en streaming qu'avec un concert classique ?

Eh bien, il me semble que nous avons vendu environ 500 tickets pour les neuf concerts. C'est plutôt chouette ! Mais la place coûtait seulement 5 € pour un concert, alors... nous avons eu BEAUCOUP de chance que Tivoli Vredenburg règle toutes les dépenses, parce que si vous devez engager tous les caméramans et tous les techniciens requis, louer une salle et rémunérer les musiciens invités vous-même pour organiser ce type de live streaming... vous n'allez pas rentrer dans vos frais !

Quels sont les projets de DeWolff pour les mois ou l’année à venir?

Actuellement, nous participons à plusieurs "concerts-tests" aux Pays-Bas et c’est vraiment formidable. Nous jouons devant 250 personnes, assises. Évidemment, les concerts assis sont différents des concerts "classiques" mais c'est vraiment agréable de jouer à nouveau devant de vraies personnes ! J'espère que nous pourrons participer à quelques festivals en été et sinon... je n’ai pas d’idées. Lire ou trouver une autre occupation ?

Merci beaucoup d’avoir pris le temps de répondre à ces questions. Je te laisse conclure cette interview en adressant un message à nos lecteurs…

Merci pour cette interview ! J'espère que les gens découvriront notre nouvel album et s'ils apprécient nos morceaux, ils devraient venir assister à nos concerts lorsque nous repartirons en tournée. S'ils ne les apprécient pas, ils devraient quand même venir nous voir sur scène parce qu’ils passeront quand même une excellente soirée en notre compagnie ;-) 

Venez donc discuter de cette interview sur notre forum !