Groupe:

Mass Hysteria + Ahasver

Date:

01 Mars 2024

Lieu:

Toulouse

Chroniqueur:

ced12

Ah Mass Hysteria, groupe majeur du metal hexagonal, aussi attachant que paradoxal, référence scénique qui se bonifie à merveille. Ce ne sont pas les reports live qui manquent les concernant, et ce que le groupe est devenu reste remarquable et mérite d’être salué. Bien sûr, il y a toujours ce paradoxe entre un discours « gauchisant » récurrent chez un Mouss avec qui on a le droit de ne pas être d’accord mais dont la sincérité et la continuité dans ses opinions est indéniable. Ce qui me fera toujours sourire, outre l’aspect parfois caricatural des convictions politiques de nos artistes, c’est la contra(d)diction de fond chez MH liée au fait qu’ils sont aujourd’hui (très bien) managés dans une logique purement capitaliste / business avec promo, tournées bien bookées, albums bien produits bref ne leur en déplaise, Mass Hysteria évolue dans un environnement ultra professionnalisé ce qui à mon sens est un compliment. Parce que nous y reviendrons, sur scène, le show est impérial, généreux, la production d’ensemble de haute tenue et Mass Hysteria est aujourd’hui une des formations référentes qui commence même à jouer dans des fests étrangers, et cela est mérité au vu du job fourni. C’est juste que les discours vantant un supposé « amateurisme » me semblent d’une autre époque. Aussi, dois-je préciser le prix des billets (25€ c’est cadeau pour un tel groupe en live), très bas pour de telles salles et là, le groupe joint les actes à la parole ce qui est à souligner moi qui ne fais finalement que pester sur ces discours branchés sous idéologie trop entendus. De fait, le Bikini fait salle comble, cela fait bien plaisir et quitte à radoter, il n’y a pas de hasard, les gars de Mass Hysteria sont bien là où ils méritent d’être.

Ahasver

J’avoue cependant que la première raison de ce report est de mettre un peu de lumière sur Ahasver. L’excellent Jean-Mich’Hell avait fait une chronique de leur premier disque qui sera joué en intégralité et dans l'ordre ce soir. Ce groupe assez référencé dans ses thématiques du juif errant a la particularité d’avoir dans ses rangs deux musiciens très impliqués dans l’association Noiser, intervenant majeur dans la scène metal locale dans la Ville Rose (mais avec aussi un fest en Aveyron ce qui est la classe). Projet parallèle de deux gars qui de fait connaissent la scène metal sous tous ses aspects de l’organisation de concerts / festivals à musiciens. On ne peut que louer leur implication, eux qui doivent faire face à pas mal d’obstacles entre fermetures de salles, shows parfois non rentables et doivent de fait arbitrer entre leurs goûts (souvent très qualitatifs je dois dire) et logique de rentabilité. Ce qui étrangement nous ramène à mon point sur Mass Hysteria et la nécessité d’appréhender l’aspect financier. On estimera aussi la philosophie de Ahasver, 100% associative et on ne peut que les encourager (ce que beaucoup font en local), et espérer que ces modèles puissent perdurer le plus longtemps possible. Non sans avoir ce sentiment teinté d’amertume que cela repose souvent sur la bonne volonté de certaines / certaines et d’un public qui suit.  

Qu’on me pardonne ces digressions loin de nos shows mais cela fait partie de l’équation et à ma décharge, l’association communique énormément sur ces aspects, intéressants au demeurant. Mais place à la musique et Ahasver et son sludge progressif franchement audacieux, référencé et pour tout dire pas simple à appréhender. On sent que ça se fait plaisir, que les musiciens font vraiment ce qu’ils ont envie et l’ambition de décrocher un hit est ici le cadet de leur souci. C’est sombre, poisseux. Bon ok je décris là l’essence d’un groupe de sludge mais je ne m’y ferai jamais vraiment à ce style qui, je dois le confesser, n’est pas ma tasse de thé. J’aime les verts pâturages des montages surtout quand les vaches les envahissent, pas les bayous glauques où on ne préfère pas trop savoir ce qu’on va y trouver. 

Comme trop souvent sur de telles dates, l’ouverture des portes quinze minutes avant ce premier show génère une file d’attente faisant quasiment le tour du parking du Bikini et heureusement qu’il fait doux en ce vendredi soir occitan. De fait, pragmatisme oblige, les fouilles sont expédiées mais alors que je pénètre dans la salle, seul un bon tiers est rempli alors qu’Ahasver est déjà en train d’asséner ses riffs. Cette ouverture tardive, économiquement incompréhensible (les gars, ouvrez 30 minutes plus tôt et la buvette n’en tournera que plus) mais il doit bien y avoir une raison logistique qui pour ma part m’échappe. Le chanteur d’Ahasver, souvent bien secondé par son guitariste au chant, semble regretter un public quelque peu passif mais à notre décharge, la musique des locaux est très délicate à absorber, les plans sont complexes, les ambiances variées. Néanmoins, la salle se remplit gentiment, le public monte en régime et le groupe sort sous des applaudissements mérités. Pas simple, massive, tortueuse, hyper référencée, la formule Ahasver s’apprécie mais implique une concentration de l’auditeur. Anti thèse de Mass Hysteria, ouvertement plus directe, c’est un beau contrepied en ouverture (en plus de mettre en avant un groupe peu connu, hors cercles initiés) offert et une part de moi apprécie la mise en lumière de personnes importantes dans la vie de la scène locale.

Mass Hysteria

Après cette première partie clairement référencée, place aux maîtres de cérémonie, les Mass donc. La fosse est blindée, l’ambiance des grands soirs. Oui nous sommes vendredi soir, tout ce petit monde s’est retrouvé pour une première semaine post-vacances propice aux récits de congés et autres retrouvailles qui donnent lieu à une consommation de breuvages houblonnés. L’énergie est au max et c’est parti pour un show bien costaud avec un groupe en pleine forme, en maîtrise totale de son sujet. Ne les ayant pas vus depuis la tournée de Matière Noire, j’avais eu de très bons échos, n’étant pas passé à côté de concerts référentiels dans le plus grands Fest français, les Mass étant des habitués des Main Stage désormais dans notre contrée. Aussi, le groupe connaît un succès impressionnant. Dans le public derrière moi, les paroles sont connues et chantées, Mass a son public, sa fan-base, c’est vraiment sympa.

L’arrivée sur scène se fait dans une belle atmosphère et d’entrée, le groupe semble ravi de l’accueil. Les acclamations s’enchaînent entre les titres, et Mouss ne cessera de remercier le public de sa présence. Je dois admettre que les speechs sont d’ailleurs bien moins politiques qu’avant (un peu tout de même, chassez le naturel …) mais plutôt sur un message positif, à la limite du développement personnel. C’est hyper fédérateur et surtout, cela dégage une belle sincérité. Les propriétaires de la salle sont plusieurs fois remerciés, les Mass valorisant la logique associative. En fait, j’ai réellement aimé le professionnalisme du groupe, le show est hyper maîtrisé, les déplacements des musiciens bien appréhendés, les deux promontoires sur les côtés de la batterie bien exploités. Mouss dégage toujours un charisme incroyable avec ce grain si original. Vraiment, un frontman remarquable qui confiera s’être cassé la voix et craignant déjà le lendemain difficile. Mais cela ne le freinera pas, loin de là. 

Grosse mention spéciale, comme mes camarades niçois sur leur récent et très recommandable report, sur le passage dévastateur de Tout Est Poison (magistralement mis en scène avec des guitaristes très présents) et cet Enfer des Dieux écrasant tout sur son passage avec au passage un message percutant. Généreux avec une vingtaine de titres interprétés, un rappel old-school démontrant de fait que la musique du groupe a sacrément écoulé depuis une dizaine d’années pour à mon goût un metal plus sombre mais bigrement efficace. Ce fut pour moi top de voir ce que Mass Hysteria est devenu, pas une surprise au vu des papiers lus entre temps mais vraiment les Mass sont aujourd’hui un grand groupe, à voir en live absolument. Et en dépit de certaines de mes réserves, l’humanité dégagée par les musiciens est vraiment agréable et à saluer, surtout en ces temps où la technocratie tend à déshumaniser nos sociétés. 

Setlist de Mass Hysteria :

Mass Veritas
Positif à Bloc
Chiens de la Casse
Vae Soli !
L’inversion des Pôles
L’Art des Tranchées
Nerf de Bœuf
Se Brûler Sûrement
L’Emotif Impérieux
Failles
Reprendre Mes Esprits
Arômes Complexes
L’Enfer des Dieux
Encore Sous Pression
Tout Est Poison
Tenace
Le Grand Réveil
Contraddiction
Furia
Plus que du Metal
 

Venez donc discuter de ce live report sur notre forum !