Artiste/Groupe:

Wings Of Steel

EP:

Wings Of Steel

Date de sortie:

Mars 2022

Label:

Indépendant

Style:

Classic Hard/Heavy Metal

Chroniqueur:

Blaster of Muppets

Note:

15/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Flashback : l’été dernier fut celui de la découverte du groupe californien Wings Of Steel avec son (premier) album : Gates Of Twilight. Mais avant (en mars 2022, pour être plus précis), il y avait eu un EP éponyme constitué de cinq morceaux. Comme je me le suis (enfin) récemment procuré et que j’aime le partage, je vous propose donc une petite bafouille à son sujet. De rien.

Si, comme moi, vous faites les choses à l’envers et découvrez donc l’EP après l’album, vous vous rendrez compte que (à peu près) tout ce qui figure sur Gates Of Twilight était déjà présent sur Wings Of Steel. De l’artwork signé Spencer Caligiuri, au son de qualité (mixage et mastering confié au Français Damien Rainaud), au style musical classique mais varié (on y revient dans quelques instants)... sans oublier le line-up identique : le duo fondateur (et compositeur) Parker Halub (guitare et basse) / Leo Unnermark (chant) accompagné du batteur Max Mayhem. Un an sépare les deux œuvres et force est de constater que leur proximité temporelle est également stylistique et qualitative. Point fort : cinq titres, cinq ambiances. Vous ne pouvez pas les confondre entre eux. Il y a le mid-tempo heavy aux mélodies Crimson Gloriesques (Stormchild), le morceau rapide et metal aux influences plus européennes (Wings Of Steel), la plage aux allures hard bluesy (Rhythm Of Desire), une compo acoustique (Khamsin Riders) et le final épique qui se paie le refrain le plus marquant de la galette avec un solo de feu en prime (Black Out The Street). Quelques détails supplémentaires et critiques (positives ou négatives) ne seraient pas de trop ? Je vous entends. C’est prévu dans le prochain paragraphe.

La force de Wings Of Steel ne réside pas dans l’originalité du propos. La roue n’est pas réinventée. La musique de ces messieurs nous renvoie aux glorieuses 80s... mais l’écriture est souvent inspirée et le talent de chanteur de Unnermark (quelle tessiture) et la virtuosité guitaristique de Halub sont des arguments de poids ! Les deux brillent sur le morceau d’ouverture Stormchild. Unnermark pose sa voix avec assurance sans en faire des caisses. Il ne monte pas encore trop aigu (même s’il donne une bonne idée de ses capacités en fin de parcours) mais fait déjà preuve d’une belle aisance. Halub signe un solo court mais classe, précédé d’une petite intro à la guitare sèche... C’est la mélodie du refrain qui marque le plus ici (on se croirait en présence du Crimson Glory des années 80 et ça le fait carrément) ! Puis Wings Of Steel déboule avec sa section rythmique metal, carrée et conquérante, un riff et un style qui font honneur aux anciens (Judas, Riot, Maiden...), davantage d’acrobaties vocales et un solo également plus démonstratif... comme pour dire "hey, les gars, on n’est pas venu pour rigoler non plus, maintenant on vous balance tout ce qu’on a sous le capot" ! Là, on se dit que Unnemark, avec sa voix à mi-chemin entre celles de Midnight (Crimson Glory), Kiske (Helloween) ou Tony Moore voire Todd Michael Hall (Riot, les deux) a vraiment l’étoffe d’un vocaliste amené à marquer son temps. Même remarque en ce qui concerne Parker Halub dont le superbe solo sur la finale Black Out The Street ne peut laisser de marbre tout amateur de guitare (ce morceau est peut-être bien mon préféré de cet EP). Pour moi, Wings Of Steel, c’est surtout ces trois très bons titres. Ce qui ne veut pas dire que Rhythm Of Desire et Khamsin Riders sont sans intérêt... bien qu’ils me parlent moins. Le hard bluesy de Rhythm, c’est moins mon truc mais je l’écoute sans déplaisir. J’aime bien l’ambiance de Khamsin mais, pareil, pas de coup de foudre ici. En revanche, ces deux compos participent à la diversité du propos et mettent en avant l’ambition qu’ont leurs créateurs de couvrir plusieurs terrains.

Les ingrédients et caractéristiques qui ont créé le buzz il y a quelques mois, au moment de l’arrivée de Gates Of Twilight, étaient donc bien déjà présents sur cet EP qui - par conséquent - se présente comme le compagnon indispensable de l’album paru en 2023 (si vous l’avez apprécié, bien entendu... sinon, passez votre chemin). Wings Of Steel (et maintenant Gates of Twilight) : une carte de visite de grande qualité qui promet à ses auteurs un avenir radieux s’ils maintiennent le cap et s’attirent le soutien d’un label renommé (vu le niveau ou et le potentiel constaté, il serait étonnant que cela ne se produise pas). C’est tout le mal qu’on leur souhaite. En attendant, venez les découvrir en mai prochain pour leurs premières dates françaises (le 16 à Paris et le 17 à Lille) !

 
Tracklist de Wings Of Steel :

01. Stormchild
02. Wings Of Steel
03. Rhythm Of Desire
04. Khamsin Riders
05. Black Out The Street

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !