Artiste/Groupe:

Silent Skies

CD:

Dormant

Date de sortie:

Septembre 2023

Label:

Napalm Records

Style:

Cinematic Ambient

Chroniqueur:

Blaster of Muppets

Note:

16/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Séance de rattrapage : Dormant, troisième album du duo suédo-américain Englund / Shankar, est paru depuis le mois de septembre dernier mais ce n’est que maintenant que je me résous à vous écrire une petite bafouille le concernant. Je me le suis pourtant procuré dès sa sortie mais j’ai manqué de temps / motivation à l’époque... Cela fait quelques mois que je l’écoute régulièrement et me dis que je regrette un peu de ne pas avoir couvert l’événement alors voilà, je commence 2024 avec l’objectif de pallier cette défaillance. Justice pour Silent Skies !

Oui, il y a tellement de bien à dire... cette musique est si belle, si délicate... avec des mélodies qui peuvent nous hanter pendant des jours, semaines ou mois durant. C’est notamment le cas de la première piste : Construct. Non mais Construct quoi... quel chef-d’œuvre ! Par où commencer ? L’ambiance mélancolique, la douceur qui enveloppe, la mélodie qui touche l’âme, ces percussions qui s’invitent et gagnent en puissance au fur et à mesure pour un final déchirant sur cette dernière note tenue par Tom Englund sur un fond de clavier et de violoncelle (ou de clavier qui imite un violoncelle, peu importe). Chair de poule. Le morceau est en mode "repeat" chez moi depuis septembre (enfin, pas tous les jours non plus, sinon je me serais peut-être jeté par la fenêtre depuis le temps...). Ma-gni-fique. 20/20. Rien que pour ce morceau, on sait déjà que Dormant méritait de voir le jour et d’être découvert. Mais vous l’avez vu, je n’ai pas mis 20/20 à l’album. Qu’est-ce à dire ? Le reste de l’album serait-il décevant ? 

Non, il y a encore plein de belles choses à se mettre entre les oreilles avec Dormant. Les nappes de claviers de Shankar créent des ambiances mélancoliques et oniriques assez somptueuses, le chant d’Englund - comme son habitude - est habité, la voix est belle, l’émotion palpable... Des efforts sont faits pour apporter une certaine variété. Avec élégance et sobriété, bien sûr... comme sur Light Up The Dark, où la voix quasi-nue est soutenue par un piano, quelques nappes légères en fond et un violoncelle... Parfois, la partition est plus électronique et riche, avec des chœurs, des échos, des percussions (ce crescendo sur The Last On Earth... pfff... encore les poils). On retiendra la mélodie un peu inquiétante du piano de New Life et sa ligne de chant sublime... ou les sonorités plus 80s de Churches avec ses synthés qui nous enveloppent. Et on n’oubliera pas la reprise bouleversante de The Trooper (Iron Maiden) que le duo s’est approprié avec une classe insolente. Mais alors, il est où le problème ? Il ne va pas bien le Blaster ? Non, non, je ne débloque pas et je m’explique : Dormant est beau, touchant. Il a même des titres qui me marquent davantage que la plupart des compos de Nectar, l’album précédent (qui était pourtant très bon, lui aussi). Mais, malgré tout ce talent, ces belles mélodies, je trouve qu’il perd un peu de sa force en cours de route... pas parce que ses compos déçoivent (même si, naturellement, deux ou trois d’entre elles ne me plaisent pas autant que celles suscitées) mais parce qu’il propose un total de treize chansons calmes, douces, mélancoliques... et que l’heure passée à l’écouter finit par manquer de contrastes et me lasse légèrement (même si, comme dit précédemment, toutes les compos ne se ressemblent pas). Une solution existe pour moi cependant : il suffit de le morceler. J’en suis persuadé, Dormant passerait mieux s’il s’agissait de deux EP plutôt que d’un unique album. 

Comme ce fut le cas avec Nectar en 2022, je ne suis pas passé loin de déclarer que Dormant était un chef-d’œuvre (ce qu’il est partiellement). Je me raisonne un peu et ne peux lui attribuer la mention "coup de cœur" bien que certains titres la méritent amplement (Construct, bon sang...) mais m’en serais voulu de ne pas attirer votre attention une fois de plus sur Silent Skies, un duo à part qui n’a pas son pareil pour livrer une partition dont la beauté et la sensibilité ne cessent de m’émouvoir. 


Tracklist de Dormant :

01. Construct
02. New Life
03. Churches
04. Just Above The Clouds
05. Reset
06. Tides
07. The Real Me
08. Light Up The Dark
09. Dormant
10. The Last On Earth
11. The Trooper (bonus track)
12. Dancing In The Dark (bonus track)
13. Numb (bonus track)

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !