Artiste/Groupe:

Pantera

CD:

The Great Southern Trendkill

Date de sortie:

1996

Label:

Eastwest Records

Style:

Groove Metal

Chroniqueur:

ced12

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Groupe légendaire au destin tragique, voici Pantera. On peine encore à savoir la popularité de ce groupe dans les années 90. Ce The Great Southern Trendkill est le quatrième volet d’un impressionnant cycle de quatre albums avec Cowboys From Hell, Vulgar Display Of Power et Far Beyond Driven tous produits par l’impeccable Terry Date. Sortir quatre disques de ce niveau en six années reste une performance remarquable. Pantera avait bien quatre albums dans les années 80, tous orientés Hard FM. Pour être honnête, je ne les ai jamais écoutés mais n’en ai ni jamais eu franchement l’envie ni reçu le conseil de me pencher dessus. Les frères Abbott (rappelons à toutes fins utiles que Dimebag Darrell et Vinnie Paul l’étaient) avaient commencé comme grands fans de Kiss et autre Motley Crue avant de basculer vers un groove metal qui marquera durablement les années 90, surtout aux USA. Au pont de faire de Pantera un groupe majeur qui a encore ses fans absolus.

Alors à son sommet, Pantera propose ce The Great Southern Trendkill qui démarre brutalement avec un cri bien agressif du très doué mais hautement torturé Phil Anselmo et un tempo ultra rapide. Ce démarrage, en forme de gros f... adressé à l’industrie du disque, impressionne franchement. Imaginez juste la personne qui chez son disquaire se passe le disque au casque pour découvrir (oui on faisait ça dans les années 90 !) !! Je vous dirai que ça a dû s’arracher les cheveux chez la maison de disques mais ce disque s’est bien vendu, Pantera sillonnant les routes inlassablement mais non sans fracas. Sérieusement, il fallait se voir les vidéos de tournée du groupe entre décadence et délires alcoolisés permanents (rappelons qu’Anselmo fit une overdose au moment de la sortie de ce disque et qu’il était alors au fond du trou). Du Jackass avant l’heure. Même si deux de ces musiciens manquent terriblement, on peut toujours se consoler en se disant qu’ils se sont bien amusés.

Musicalement, ce gros disque à l’artwork bien inquiétant (et 100% redneck) envoie vraiment ce groove metal, écrasant. Pour ma part, j’ai toujours trouvé Pantera un poil trop monolithique avec des titres où la variété n’est pas la qualité première. Il est vrai que Dimebag était un guitariste incroyablement créatif (pas étonnant qu’un certain Dave Mustaine ait voulu le recruter) et sincèrement, l’abattage à la guitare est hallucinant tant en rythmique qu’en solo. Pas toujours gorgé de feeling mais quelle puissance, quelle énergie. Les autres membres suivent et assurent la cadence avec brio et Phil Anselmo est un sacré chanteur. Néanmoins, ça manque de rebondissement dans la manière de composer mais dans les fait, Pantera, tel des AC/DC ou Motorhead valaient surtout pour l’aspect live et là, les texans étaient à leur affaire.

Pour moi, ce disque symbolise la fin de l’âge d’or créatif de Pantera qui ensuite ne proposera plus grand chose d’intéressant (même si Reinventing The Steel a ses adeptes) avec un groupe se scindant littéralement entre les frères Abbott et le duo Phil Anselmo - Rex Brown alors que tout ce petit monde semblait complètement cramé par un style de vie quelque peu déviant. La suite sera bien malheureuse avec l’assassinat sur scène de Dimebag Darrell, les déboires d’un Phil Anselmo alternant dérapages et périodes plus positives (même si les dernières news sont plutôt bonnes ce qui fait tout de même plaisir) non sans s’être pété la voix puis le décès de Vinnie Paul qui attrista beaucoup de monde. Pantera mérite largement qu’on y revienne. Même si leur musique demeure un peu répétitive, l’impact du jeu de guitare de Dimebag Darrell reste immense et le talent du garçon éternel.


 

Tracklist de The Great Southern Trendkill :

01. The Great Southern Trendkill
02. War Nerve
03. Drag The Waters
04. 10’s
05. 13 Steps To Nowhere
06. Suicide Note - Part I
07. Suicide Note - Part II
08. Living Through Me (Hell’s Wrath)
09. Floods
10. The Underground In America
11. (Reprise) Sandblasted Skin

 

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !