Artiste/Groupe:

Molybaron

CD:

Something Ominous

Date de sortie:

Septembre 2023

Label:

Inside Out Music

Style:

Metal Progressif

Chroniqueur:

Le Diable Bleu

Note:

19/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Le 15 septembre dernier, Molybaron, le quatuor franco-irlandais emmené par le chanteur et guitariste Gary Kelly, vient de sortir son troisième album intitulé Something Ominous sur le label Inside Out Music.
Après une première galette Molybaron sortie en 2017, et particulièrement remarquée par la critique, il s’ensuivit une deuxième, The Mutiny en 2021, qui confirmait toute l’attente et les bonnes intentions que l’on prêtait au groupe. Une nouvelle GMA (Grosse Musique Assourdissante) débarque sur les disquaires (plutôt sur les ondes virtuelles).

Ce troisième album de Molybaron, Something Ominous, sera donc sorti assez rapidement.
On le sait, en ce qui concerne les jeunes groupes dans ce monde qui va trop trop vite, où la musique devient aussi peu pérenne qu’un téléphone jetable (oups portable), ceux-ci se doivent d’amener rapidement de la nouveauté, tourner, sortir du brouillard numérique ... sinon ils rejoindront bien rapidement le ventre mou de la créativité et les sous-sols des oubliettes, avant même d’avoir su trouver leur vitesse de croisière. Fort heureusement, le groupe franco-irlandais ne manque ni d’inspiration, ni de musiciens talentueux, et encore moins de pugnacité pour se faire connaitre.

Les deux premiers préambules (2017 et 2021), donnaient déjà une haute idée des qualités intrinsèques que cette jeune formation proposait.
Soit, pourtant, ceux-ci n’étaient en rien comparables avec le petit dernier qui s’affirme avec véhémence, à grands coups de riffs dévastateurs, de rythmes pétaradants et de grooves endiablés.
De plus, jamais encore, la voix de Gary Kelly n’avait comblé l’espace aussi justement. Dans ce nouveau volet, celle-ci est encore plus mise en avant.
Parce qu’il sait s’exprimer avec finesse et justesse, Gary Kelly apporte maturité, rage et puissance, et cela s’entend dès les premières syllabes de la chanson-titre (Something Ominous ... très Molybaronne par ailleurs). On en resterait presque toc toc, tant l’évolution est frappante. Les compositions, déjà très abouties des débuts du groupe, y ont vraiment gagné.

Même s’il avait déjà rejoint Molybaron en 2019, c’est le premier album enregistré avec l’excellent batteur Camille Greneron qui éclabousse ici de son talent chacune des compositions, entre rythmique véloce, toucher subtil et groove irrésistible, avec pour l’accompagner, le bassiste des débuts, Sébastien de Saint-Angel dont la présence est remarquée sur l’ensemble des titres. Aux guitares, Gary Kelly assène de gros riffs punchy, mais toujours empreints de mélodie, Florian Soum gère quant à lui les soli de Anyway, Pendulum et Billion Dollar Shakedown.

Les mélodies de Set Alight sont une vraie réussite. Les racines irlandaises de Gary Kelly ressurgissent dans cette chanson au refrain addictif qui nous emporte dans la verte Érin, l’ile rebelle et fière, au tempérament bien trempé. Elle sonne très heavy avec un refrain qui pourrait plaire aux amateurs de hardcore.

Avec son break brutal qui incite à l’agitation, Billion Dollar Shakedown surprend avec son faux air rap/hardcore.
Une nouveauté bienvenue dans le son du groupe avec ce mid-tempo, aux riffs bien lourds et qui vous assènent un coup de poing dans la mâchoire.

Un vent de rébellion souffle donc chez les Molybaron, et mince, quelle réussite ! Breakdown, choisis comme troisième single, est un titre efficace, étonnant, car plus vraiment typique de la sphère "Molybaronne". J’avoue l’apprécier un peu moins que les autres titres.

Daylight Dies In Darkness est probablement la chanson la plus personnelle que Gary Kelly n’ait jamais composée : une merveille de sensibilité, où l’on entend la voix du chanteur vaciller sous le poids de l’émotion. Elle représente pour moi, le titre le plus abouti de cette jolie série.
Il s’agit d’une ballade progressive et mélancolique agrémentée d’un sublime solo final, Daylight Dies In Darkness est aussi une parenthèse de douceur au milieu d’un océan de décibels. Une montée et une ambiance toute "Soenienne".

Dead On Arrival est un coup de poing en pleine face, faussement calme sur le premier couplet presque chuchoté, une petite bombe qui explose par la suite dans un refrain rageur et revendicateur sur fond de descentes de fûts assénés comme des coups de tonnerre.

Réminiscence des premiers albums, après les prédicateurs et autres télévangélistes sur Prosperity Gospel issu de The Mutiny, c’est au tour de la téléréalité d’en prendre pour son grade sur Reality Show, l’avant-dernier single. On se retrouve presque confronté à un air familier, une impression d’être en terrain connu. En effet, ce morceau qui n’est pas sans rappeler également The Apocalypse Show sur le premier Molybaron. Preuve donc que le groupe apprécie son passé, malgré ce sentiment de déjà-entendu, ce Reality Show claque magistralement dont le solo enjoué est un véritable bonheur. La sortie du titre demeure magistrale.

À l’inverse, Vampires nous projette vers plus d’originalité et explore des tonalités différentes, à l’instar de la majorité des titres de cet album.
Une fois de plus, le refrain est imparable, le rythme ultra efficace, les riffs puissants, le break ainsi que l’explosion finale sont dingues.
Morceau remarquable de bout en bout, qui clôt remarquablement ce troisième album.

Sur Something Ominous, le propos est concis et file vers l’essentiel, les compositions sont percutantes, les mélodies restent addictives, la mise en son gagne en puissance, mettant en valeur chaque protagoniste. Pour résumer, et à tire de conclusion, l’ensemble de ce Something Ominous trouve pleine cohérence dans l’œuvre des Molybaron. Qui vient ainsi de franchir une nouvelle marche, ce qui l’amène à accomplir un pas de géant depuis ses débuts.
Il est à espérer que le groupe ne s’arrêtera pas en si bon chemin et tentera de gagner maintenant ses lignes de noblesse sur scène cette fois-ci.

Précédé par trois singles, Vampires paru en octobre 2022, un autre titre phare de l’album, Something Ominous en juin dernier et Breakdown disponible depuis début août, ce très attendu nouvel album devrait réjouir les fans et permettre au groupe de se hisser à un nouveau palier.
Avec ce son qui claque Metal moderne, alternatif et groovy, Molybaron a définitivement trouvé un son et un style unique, difficilement classable et totalement addictif.
J’ai adoré les morceaux répondants au style Molybaron, j’ai encore plus aimé les ouvertures vers d’autres univers. Vous souhaitant belles écoutes, amies lectrices et amis lecteurs, si ce n’est déjà le cas, découvrez sans modération le Something Ominous.

Ils attaquent une période de dingue.
Car la sortie de l’album coïncide avec une méga tournée que Molybaron effectuera en première partie des respectables Soen, du 29 septembre au 22 octobre, avec trois concerts en France, à Lyon, Paris et Strasbourg.
Deux bonnes raisons de se bouger les fesses et d’aller à la rencontre Live de deux groupes originaux et sublimes.
‚ÄčÀ ne rater sous aucun prétexte !

Tracklist de Something Ominous :

01. Something Ominous
02. Set Alight
03. Billion Dollar Shakedown
04. Breakdown
05. Anyway
06. Daylight Dies In Darkness
07. Dead On Arrival
08. Pendulum
09. Reality Show
10. Vampires

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !