Artiste/Groupe:

White Void

CD:

Anti

Date de sortie:

Mars 2021

Label:

Nuclear Blast

Style:

Metal Camusien

Chroniqueur:

ced12

Note:

12/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Une petite découverte en ce début d’année 2021. White Void. Qui se cache derrière ce nom de groupe ma foi plutôt original ? Faisons les présentations mais accrochez-vous, ça va partir loin. A ce sujet, n’ayant moi-même pas forcément tout bien intégré, dites-vous bien que si à la fin de cette chronique vous pensez m’avoir compris, alors il est très probable que je me sois mal exprimé (je n’ai pas résisté à user de cette citation de l’ancien Président de la Fed). White Void, littéralement « vide blanc », est un jeune groupe norvégien. Il y a clairement une dimension métaphysique dans le choix de nom du groupe. Je me permets de citer Lars Nedland, chanteur de la formation (et ensuite nous pourrons tenter de commenter cette phrase) : « L’absurde ne peut jamais être accepté de façon permanente. Il nécessite une confrontation constante, une révolte ininterrompue. Si vous échouez à vous révolter, cette apocalypse est pour vous ! C’est une chanson (NdR : This Apocalypse Is For You) sur les crises (…) pour mettre un peu de boogie dans votre vie. »

On le voit, ça part assez loin et ça frise le pompeux même. On notera déjà la référence à Albert Camus (en 2021, faire référence à l’auteur de La Peste c’est d’actualité même si ledit livre traite plus de l’Occupation). On ne s’étonnera pas plus que ces garçons nous viennent du black. Lars Nedland est membre de Borknagar et Solefald. Tobias Solbakk est membre de Ihsahn, Vegard Kummen est une pointure de l’électronica et Eivind Marum est une référence en blues rock. Cela ne surprendra personne mais la musique de White Void est particulièrement éclectique entre hard rock, blues rock et même quelques références new wave. J’entends même parfois des intonations à la Jim Morrison dans le chant (avec une voix moins marquée) et une réelle dynamique pop (on se croirait chez Arctic Monkeys par moment). Ça part un peu dans tous les sens, c’est très varié et pour tout dire vraiment pas évident à appréhender. Il est difficile au final de vraiment retenir un titre plus qu’un autre mais tout cela est plutôt audible même si manquant de puissance, d’énergie, à mon goût.

Pour ce premier effort (signé chez Nuclear Blast tout de même !), White Void détonne, perturbe, laisse perplexe. Clairement, je ne peux que conseiller aux lecteurs d’essayer et peut-être certains se laisseront happer par ce vide intersidéral. Néanmoins, des warnings s’imposent. J’avoue que ce disque m’a vraiment décontenancé et qu’il me faudra - ou non - y revenir. Même si les quelques écoutes m’ont fait me prendre pour Sisyphe remontant sa pierre et recommencer. Sans trop comprendre ce que je recherchais ni sans que le déclic ne se fasse. Absurdité de l’auditeur. Il faut imaginer Sisyphe heureux.


Tracklist de Anti :

01. Do. Not. Sleep.
02. There Is No Freedom But The End
03. Where You Go, You’ll Bring Nothing
04. The Shovel And The Cross
05. This Apocalypse Is For You
06. All Chains Rust, All Men Die
07. The Fucking Violence Of Love
08. The Air Was Thick With Smoke

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !