Artiste/Groupe:

No Terror In The Bang

CD:

Heal

Date de sortie:

Janvier 2024

Label:

Klonosphere

Style:

Metal Cinématographique

Chroniqueur:

KABET

Note:

16/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Je tiens à prévenir le lecteur au préalable à ce papier que toutes les références qui vont suivre ne sont que subjectives et le fruit du cerveau parfois tordu de celui qui écrit ces quelques lignes. L’inspiration de ces références à l’écoute de cet album pourra être partagée ou non, en tout cas elles le sont par celui qui écrit. Ceci étant dit nous allons pouvoir nous plonger dans cette nouvelle galette de No Terror In The Bang, groupe hexagonal et il faut le souligner vu le niveau du combo, ça fait plaisir ! Composé de Clément Bernard et Etienne Cochin aux guitares, Sofia Bortoluzzi au chant, Brice Bouchard à la basse, Alexis Damien aux futs et arrangements et enfin Romain Greffe au piano et arrangements, le groupe se loge dans la catégorie metal cinématographique qui commence depuis quelques temps à faire des émules, et No Terror In The Bang a toute sa place ici, déjà rien que le nom du groupe est une référence à Alfred Hitchcock (There is no terror in the bang, only in the anticipation of it). Pour ce troisième album on va faire simple, c’est sacrément puissant, metal à souhait avec pas mal de sons electro, une alternance de voie claire et saturée de Sofia qui maitrise les deux d’une manière magistrale et des morceaux à tomber. On entre dans l’arène (ou la cage de MMA) avec Hostile dont l’univers inquiétant n’est pas sans rappeler l’univers de Tim Burton avec une intro au piano qui se prolonge sur une musique atmosphérique avant de balancer du bon gros metal. Avec Retch et Insolent on dirait du Garbage dopé aux amphétamines, les sons electro étant tout juste grandiose et allant à la perfection avec la voie saturée de Sofia sur ces deux titres.

La chanson Monster quant à elle commence plutôt calme pour monter tout en progression toujours dans cette ambiance un peu flippante ou se mélange metal avec des riffs de guitares acérés, des arrangements electro et la voie de Sofia, tout y est, on se croirait dans un film de Pascal Laugier (j’avais prévenu qu’il y aurait des références et pas forcément musicales). On change complètement d’univers avec Palindrome, un titre tout en suspension, très calme, mais qui garde cette tonalité flippante mais intriguant comme une maison hanté ou l’on sait qu’il ne faut pas aller mais que la curiosité nous pousse malgré nous à franchir. Là où le groupe excelle c’est sur les changements d’ambiance de ses chansons, OD nous renvoyant presque vers la littérature d’un Ghislain Gilberti, limite hardcore par moment avec un côté sale voulu est assumé, ça bourrine sévère et on se retrouve dans un mur de son diaboliquement bon. Cet opus se clôture sur Warrior qui tout en gardant son côté sale, propose des ponts beaucoup calme, qui vont nous entrainer vers des contrées boisées obscures en plein hiver avec, comme dans les films d’horreurs des années 80-90, un type pas des plus respectables à nos trousses et qu’on va essayer de semer en nous pétant la tronche tous les 50 mètres en nous retournant.


Au final No Terror In The Bang réussi un superbe album electro metal cinématographique flippant avec la caractéristique du calme avant la tempête pour ensuite nous balancer un mur de son qui peut paraitre foutraque de prime abord, mais qu’on sent bien maitrisé. C’est diablement bon et là nos frenchies ont mit un sacré pavé dans la mare tant ça fait du bien à entendre, et à l’écoute de ce disque j’imagine de suite les versions live qu’ils pourraient en faire. Sur scène ça doit envoyer du lourd, il ne faudrait rater ça pour rien au monde, d’autant que le Heal Tour 2024 est sur les rails et que les dates commencent à sortir. A nos agendas !


Tracklisting de Heal :

01. Hostile
02. Retch
03. Insolent
04. Monster
05. Lulled By The Waves
06. Palindrome
07. OD
08. Heal
09. King With No Crown
10. Warrior

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !