Necronomicon (GER)

Artiste/Groupe

Necronomicon (GER)

CD

Invictus

Date de sortie

Février 2012

Style

Thrash Metal

Chroniqueur

Orion

Note Orion

16/20

Site Officiel Artiste

Myspace Artiste

C H R O N I Q U E

Necronomicon. Même si ce nom ne vous est pas forcément connu, sachez braves gens que ce groupe allemand traîne sa dégaine dans le milieu du Metal depuis près de trente ans et nous distille son Thrash assassin depuis presque autant de temps. Maintenant, si vous n'en aviez pas entendu parler, on ne vous jettera pas la pierre, le groupe ayant été assez discret puisqu’il n'a sorti que six albums studio (celui-ci est le septième) : trois dans les années 80, un seul lors de la décennie suivante puis un en 2004, après dix ans de silence et un autre en 2008. Bref, il y avait largement la possibilité de passer à côté... surtout devant la quantité de groupes de Thrash, anciens ou nouveaux, qui défilent chaque année.

Aujourd'hui, après encore quatre ans de silence, Necronomicon revient avec une nouvelle salve de titres. Le groupe oeuvrant toujours dans un Thrash old-school plutôt efficace, il faut le dire.
Dès Invictus, on voit tout de suite à quelle sauce on va être mangé. Tempo rapide, rythmiques syncopées, riffs efficaces, voix agressive juste comme il faut. Ca dépote sévère. Et ce ne sont pas les titres suivants qui vont démentir ce départ en fanfare. La vache, ça bastonne. On sent l’expérience des gars. Bien que les musiciens soient allemands, leur Thrash se rapproche plus du Thrash américain (Exodus, Demolition Hammer) ou même britannique (Onslaught) que du Thrash germanique (Sodom, Tankard).
Difficile de mettre en avant un titre plutôt qu’un autre. La qualité des morceaux est constante du début à la fin de l’album. Des solos bien inspirés et pas inutiles (Unconquered, Upon Black Wings, Before the Curtain Falls) aèrent les compos. Un ensemble compact et bien plus jubilatoire que les quelques albums de groupes réputés qui ont défilé ces derniers temps... Allez, je vais quand même donner une mention spéciale à Pandora’s Box, bien direct et qui est sûrement appelé à devenir un classique du groupe. Unleashed pourrait bien jouer ce rôle également. Notons aussi, dans un autre registre, Before the Curtain Falls avec son intro trompeuse (violon et guitare acoustique), qui sent la ballade et... pas du tout. Il s’agit toutefois du titre le moins énervé de l’album. Enfin, Possessed By Evil est le réenregistrement d’un de leurs grands classiques, paru sur le premier album du groupe. Et ce titre est vraiment jouissif. Une véritable leçon de Thrash rapide. Le genre de titre qui fait de gros dégâts en live.

Et comme quatre ans de silence, c’est long, l’album est rempli jusqu’à plus soif (soixante-dix minutes) avec une flopée de titres bonus (quatre titres live enregistrés en Russie et un titre unplugged... si, si). Histoire de faire un petit tour dans le passé du groupe pour ceux qui ne le découvriraient qu’aujourd’hui, et de se rendre compte que ce groupe, en live, c’est du béton.

Invictus est un excellent album de Thrash comme je les aime, énergique, aux tempos rapides, qui sait rester mélodique et intéressant de bout en bout. Tous les amateurs du style se doivent de jeter une oreille sur cet album sous peine de passer à côté de la petite bombe Thrash de ce début d’année.

 

Tracklist de Invictus :

01. Invictus
02. Unleashed
03. Bloody Bastards
04. Thoughts Running Free
05. Unconquered
06. Upon Black Wings
07. Face To The Wall
08. Pandora's Box
09. Before the Curtain Falls
10. Possessed By Evil
11. Possessed Again (unplugged)
12. Magic Forest (live)
13. Nightstalkter (live)
14. Hills of Dead (live)
15. On Pain of Death (live)

Venez donc discuter de cette chronique, sur notre forum !