Artiste/Groupe:

Meat Loaf

CD:

Bat Out Of Hell II

Date de sortie:

1993

Label:

Virgin Records

Style:

Hard Rock

Chroniqueur:

KABET

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Il convient de préciser en introduction à nos estimés lecteurs de notre non moins estimé webzine que la chronique qui suit n’est pas un modèle en soi, ni même un track by track, mais le sentiment partagé de celui qui écrit ces quelques lignes et pour qui cet album, ou plutôt une partie de cet album aura marqué au fer rouge, et ça fait plus de trente ans que ça dure. Ce préambule étant dit, les jalons posés, je vous aurai prévenu !

Michael Lee Aday, plus connu sous le nom de Meat Loaf est au début des années 1990 dans une situation assez particulière. Après avoir sorti Bat Out Of Hell en 1977 (album qui se sera écoulé rien moins qu’à 43 millions d’exemplaires et ayant bien trusté les charts outre atlantique), le sieur n’a pas fait grand-chose, enfin si quelques trucs mais tout le monde attend surtout la suite de ce chef-d’œuvre composé par Jim Steinman. Le problème entre les deux compères c’est que ça s’engueule et pas qu’un peu, ça se balance des procès en veux tu en voilà, pour des histoires je vous le donne en mille, ben de pognon, pensez ! C’est la poule aux œufs d’or ce Bat Out Of Hell ! Donc ça se fout sur la gueule (au figuré) et nous on attend comme des glands cette fameuse suite depuis quinze ans. On arrive en 1993, ça se rabiboche et le boulot reprend et en octobre 1993 (septembre en Angleterre) arrive dans les bacs Bat Out Of Hell II : Back To Hell. Enfin me direz-vous ! Déjà rien que la pochette ça en jette un max, un chef-d’œuvre de Michael Whelan où l’on retrouve la moto, les gargouilles et cet univers un peu décalé mais qui fait le sel de Meat Loaf, cette fois-ci dans les tons bleus. Pas de doute on est bien sur le second volet de Bat Out Of Hell.
Parler de cet album revêt un caractère très particulier si comme moi vous vous êtes fait avoir. Première écoute de cette galette et d’entrée on tombe sur I’d Do Anything For Love (But I Won’t Do That), ballade de douze minutes qui monte en puissance au fur et à mesure de l’avancée de la chanson. Tout y est, l’excellent duo entre Meat Loaf et Lorraine Crosby, l’orchestration, les solos de guitares, le titre ultime qui fait entrer Meat Loaf dans la Hall Of Fame, dans la cour des grands. On ne voit pas les douze minutes passer et on redemande presque encore, et comme beaucoup, j’imagine, j’ai craqué dès la fin du titre (repeat obligatoire).

Le problème avec cette chanson c’est qu’elle aura aussi eu ses mauvais côtés car elle éclipse à elle seule le reste de l’album où l’on retrouve pourtant de très bons titres tels Wasted Youth avec son refrain efficace et son intro parlée par Jim Steinman, ou encore Life Is Lemon And I Want My Money Back avec ses bons moments de guitares et toujours une orchestration aux petits oignons, et pourtant ce titre à la lourde tâche de succéder à I’d Do Anything For Love dans l’ordre des titres.

Sur les plus de 75 minutes de l’album on ne s’ennuie pas, Meat Loaf réussit un travaille dense et efficace qui, même s’il n’atteint pas le niveau de Bat Out Of Hell, offre de belles chansons bien chiadées et bougrement sympathiques. Le problème c’est que tout le monde ne reconnait cet album que par une seule chanson (certains l’on même acheté rien que pour ce titre, et je suis même presque persuadé que d’autres n’ont même jamais écouté l’album en entier), mais quel titre ! Qui aura marqué des millions de fans, aura fait découvrir l’œuvre de Meat Loaf pour d’autres, et même ouvert les portes d’une frange du metal pour les derniers (et rien que pour ça on peut remercier l’artiste).
Le troisième opus de cette trilogie verra le jour en 2003 (ça sent encore les engueulades avec Jim Steinman, et rien que le contrat qui unit les deux sur ce troisième opus aura pris plus d’une année à être rédigé et validé. Ah les égos…), et pour l’anecdote n’aura presque aucune visibilité en France, c’est dire le niveau de confiance que le label portait à Meat Loaf à cette époque. Au moins avec Bat Out Of Hell II, il aura réussi à poser une pierre sur l’édifice metal, rock et même, musique en général car son titre I’d Do Anything For Love aura fait péter le plafond de verre, mais aura collé à la peau du musicien tout le reste de sa vie, jusqu’en 2022 où le Covid aura eu raison de lui malheureusement. Il n’en reste pas moins un artiste complet, et non le musicien d’un seul tube, et pour apprécier le potentiel du reste de Bat Out Of Hell II, il faut absolument zapper le premier titre, et ne le mettre qu’à la fin et là on prend une sacrée claque, mais vous risquez également de scotcher toujours sur le même titre.
I’d Do Anything For Love (But I Won’t Do That)…

Tracklisting de Bat Out Of Hell II :

01. I’d Do Anything For Love (But I Won’t Do That)
02. Life Is A Lemon And I Want My Money Back
03. Rock And Roll Dreams Come Through
04. It Just Won’t Quiy
05. Out Of The Frying Pan (And Into The Fire)
06. Objects In The Rear View Mirror May Appear Closer Than They Are
07. Wasted Youth
08. Everything Louder Than Everything Else
09. Good Girls Go To Heaven (Bad Girls Go Everywhere)
10. Back Into Hell
11. Lost Boys And Golden Girls

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !