Artiste/Groupe:

Magnum

CD:

Here Comes The Rain

Date de sortie:

Janvier 2024

Label:

SPV

Style:

Hard Rock

Chroniqueur:

Bane

Note:

14.5/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Évidemment, cette chronique est dédiée à monsieur Tony Clarkin, qui nous a quittés quelques jours avant la sortie de l’album...

Je l’avoue sans mal, ami lecteur : avant l’écoute de ce nouvel album, je n’avais jamais entendu la moindre note de musique made in Magnum. Je savais que le groupe existait et qu’il avait bonne réputation, il était sur mon interminable liste de machins à écouter mais je n’avais encore jamais pris le temps de m’y mettre. Mais un copain de fort bon goût, amateur du groupe, m’a partagé l’un des singles, The Seventh Darkness.

Très séduit par ce chouette titre que j’ai qualifié de "bon rock de vieux", à l’image des derniers Deep Purple par exemple (à noter, alerte spoiler, que je penserai pas mal à eux à l’écoute du présent disque, pour les meilleures raisons possibles), j’ai donc découvert mon premier album de Magnum, qui sera très probablement le dernier, vu que c’est Clarkin qui compose tout. Pour ne rien gâcher, la très jolie pochette aura eu vite fait de capter mon attention aussi : c’est pas tous les jours qu’on voit du violet clair sur les artworks de notre musique préférée.

Et j’ai bien fait de consacrer ces quelques cinquante minutes à Here Comes The Rain puisque j’ai passé un très chouette moment ! Évidemment, vous n’y trouvez rien de révolutionnaire, rien de fondamentalement innovant, juste un bon vieux rock à peine hard, parfois pop mais toujours intéressant. D’un autre côté, on ne demande pas à un groupe cinquantenaire et avec vingt-trois albums au compteur, à un guitariste de 77 balais et à un chanteur de 76 de réinventer la roue. Tiens, parlons-en, d’ailleurs, de Bob Catley : honnêtement, si on ne m’avait pas indiqué son âge, je n’aurais clairement pas pu imaginer qu’il était aussi âgé. Il suffit de l’entendre sur la très calme Broken City, où il excelle et nous dresse le poil, ou sur la rock Blue Tango (mon titre préféré, avec son ambiance boogie que n’aurais pas renié ZZ Top) pour voir que le monsieur a encore une voix incroyable, pleine de puissance et capable de s’adapter à tous les styles. Punaise, respect !

Si j’aurais peut-être préféré un poil moins de titres lents -qui représentent une bonne moitié de l’ensemble-, je suis forcé de constater qu’ils sont très réussis. Mention spéciale au morceau-titre et à I Wanna Live, que je trouvais déjà très poignante à la première écoute mais qui a pris encore plus de sens au moment du décès du guitariste. M’enfin, aussi réussis soient-ils, mon petit cœur battra toujours plus fort pour le bon vieux rock. Et sur ce point-là aussi, y’a à manger : rien que l’ouverture avec l’entraînant Run Into The Shadows donne envie de démarrer sa bagnole et d’aller rouler, banane aux lèvres. Et si The Seventh Darkness a suffi à me faire écouter l’album, ça n’est pas pour rien. Cela dit, je me répète, c’est bien Blue Tango qui sera mon morceau chouchou de la galette : un bon rock bien boogie, avec un p*tain de refrain irrésistible et particulièrement compliqué à se sortir de la caboche ("come on and rock my soul"), soit tout ce que j’aime dans le rock. La chanson de clôture est bien sympa aussi, avec ses petites ambiances orientales, un truc que Rainbow aurait pu pondre.

Si c’est effectivement le dernier album du groupe, ce qui est quasiment certain, alors, de là où il est, monsieur Clarkin peut être fier : après une carrière qui m’a l’air particulièrement solide, son groupe nous quitte sur une bien belle note. Here Comes The Rain est un disque rock franchement réussi et très agréable à écouter, qui lancera mon année 2024 dans les meilleures conditions et qui m’aura donné envie de m’attaquer à la pléthorique discographie du groupe. Adieu Tony, merci pour tout.

Tracklist de Here Comes The Rain :

01. Run Into The Shadows
02. Here Comes The Rain
03. Some Kind Of Treachery
04. After The Silence
05. Blue Tango
06. The Day He Lied
07. The Seventh Darkness
08. Broken City
09. I Wanna Live
10. Borderline

 

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !