Artiste/Groupe:

Ghost:Whale

CD:

Echo:One

Date de sortie:

Juin 2022

Label:

P.O.G.O. Records / Forbidden Place Records / Bonobo Stomp / Tenzenmen

Style:

Sludge / Stoner doom / Noise Rock Indus

Chroniqueur:

fabulous

Note:

14.5/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Attention les amis, voici une bien bonne curiosité que je vous propose là. Une découverte pas piquée des hannetons. Curiosité car le groupe n’a pas de guitare, mais deux basses !!. Amateurs de gros sons gras et lourd, bienvenus ! Pour les autres restez aussi et écoutez cette première sortie pour ce tout nouveau groupe crée en hiver 2021. Cinq titres mais soixante minutes de musique pour le trio composé de Lionel Beyet (basse, samples, également patron du label P.O.G.O Records), Yves Vranckx (basse, samples) et Vincent Desantos (batterie). Membres également des groupes Frau Blücher And The Drunken Horses, [P.U.T] et Missiles Of October, on reconnaît la touche noise rock du trio dans Ghost : Whale même si le nouveau groupe de ces trois-là est bien plus que cela. On peut en effet rajouter du doom, du sludge, du stoner avec des touches d’indus ajoutées par les samples. Il est aussi intéressant de noter avant de rentrer un peu plus en détail dans cet album qu’il a été enregistré en condition live et quasi en one shot. 

Uniquement cinq morceaux pour ce premier disque mais ne vous y trompez pas, il s’agit bien d’un album bien rempli d’une heure de musique. 
Le premier titre capte notre intention avec d’abord un sample faisant penser à une alarme, répété assez souvent, la montée en tension se fait également par une structure de morceau qui va crescendo. Les deux basses apportant vraiment un côté lourd, sombre et gras comme rarement entendu. Ce côté lourd et gras atteint son summum sur le bien nommé Elephant Walk, Ghost : Whale se faisant pachydermique, très lent et très glauque sur ce morceau. Comme si le doom avait creusé plusieurs mètres sous terre pour trouver un son encore plus ténébreux. Autre pierre angulaire de cet album, et même la pièce maîtresse, le mur porteur, Ghost Whale et ses vingt-sept minutes au compteur touche un peu à tout. L’excellent saxophone de Bruno Margreth apporte un côté noise rock sombre pendant que les basses flirtent avec le stoner doom, la batterie maintient en haleine avec ses frappes à la fois légères et cuivrées. 
Le morceau le plus rapide se trouvant à la fin du disque, c’est en effet OneZeroOne qui est joué sur un rythme plus tranchant, trépident. Les deux basses qui se sont souvent suivies sur les qautre autres titres volent ici de leurs propres ailes, font ce qu’elles veulent et proposent chacune leurs propres riffs. Le tout étant parfaitement audible, on se prend à chercher et à gratter la couche du dessus pour bien écouter ce que chacune propose. 
Au travers ces cinq titres très riches, les Belges de Ghost : Whale nous ont conquis par leur formation originale, leur son d’une lourdeur défiant toute concurrence et leur capacité à rendre leur musique au combien intéressante par des idées judicieuses (le saxophone), et un talent d’écriture indéniable.
Déjà en préparation de la suite, Ghost : Whale peut compter sur nous ! On sera là au rdv. 
 
 
Tracklist de Echo:One :
01.Fungushima
02.The Other Side
03.Elephant Walk 
04.Ghost Whale (saxophone by Bruno Margreth)
05.OneZeroOne

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !