Artiste/Groupe:

Endless Funeral

CD:

Le Grand Silence

Date de sortie:

Mars 2021

Label:

Epictural Production

Style:

Depressive Black Metal

Chroniqueur:

fifi59

Note:

16.5/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Je reste sur deux excellentes sorties du label Epictural Production, à savoir Heimsgard et Ferriterium.
Aujourd’hui je m’intéresse à Endless Funeral, groupe fondé en 2011 et auteur d’un EP intitulé From This Peaceful Place... To Nowhere (2013) ainsi que d’un album sorti récemment, Le Grand Silence, dont je vais vous parler.
Evoluant dans un style Black dépressif, Le Grand Silence est un album qui ne peut laisser indifférent.
Concernant le line-up, Thomas Allam (composition, textes, guitare lead, batterie) est rejoint par Apathy (Karne) et Psycho (Hats Barn, ex-Antilife) pour le chant, John Monier (basse, claviers, enregistrement, mixage) et Visceral Vince (guitare solo).
Ajoutons Loïc Risser, qui lit des poèmes de Pierre Gabriel, et Jérémie Kubler (guitare classique).

Lorsqu’on écoute ce style de musique, avec peu de compositions, et de surcroît très longues, on peut accrocher, apprécier les atmosphères ténébreuses, mais aussi décrocher.
Personnellement, je reconnais que la première écoute ne fut pas aisée. Je n’ai pas apprécié tout de suite le chant et la production.
Mais comme souvent, un album doit mûrir dans la platine CD, il ne faut jamais s’en tenir à une écoute et toujours lui donner une autre chance, d’autres chances.
Les premières impressions peuvent parfois (souvent ?) s’avérer trompeuses.

C’est ainsi que j’ai revu ma position.

Les Heures Solitaires s’ouvre sur la pluie et un poème de Pierre Gabriel, nous plongeant directement dans une ambiance sombre, mélancolique, que la suite ne démentira naturellement jamais. Le tempo est mesuré, les chants déchirants (avec notamment des hurlements pouvant évoquer Dani Filth, version désespérance), la musique envoûtante et variée.
Car oui, si on peut évoluer sur un rythme lent, avec une chouette mélodie, il n’y a pas de répétitivité tout au long de la compo : accélérations foudroyantes, guitare acoustique (qui œuvre avec les claviers, j’ai beaucoup apprécié le passage instrumental en milieu de titre), solo au sein d’un passage dynamique, variété vocale, il y a une richesse non négligeable au sein de ce morceau. Ça commence très bien.
Avec Les Promesses on poursuit sur cette lancée. L’ambiance mélancolique est parfaitement retranscrite (c’est une constante sur l’album), les tempi sont diversifiés.
En milieu de titre, un moment atmosphérique s’invite, avec les claviers, rejoints pas les autres instruments au gré d’une montée en puissance qui atteint son point d’orgue avec une accélération, à l’image de celle du premier titre.
Souvenirs est introduit par un poème (sa lecture, comme pour ses deux autres interventions d’ailleurs, est pleinement réussie, bien dans l’ambiance) puis un long et agréable passage acoustique à la guitare (environ cinq minutes) suit, avant que nous nous replacions dans le style du groupe, avec accélérations, mélancolie palpable, passages atmosphériques. On ajoutera le solo qui intervient au sein d’un moment pas forcément black, ce qui accentue encore la diversité de l’entreprise.
Nous prenons congé avec Le Grand Silence. Je suis désormais pleinement familiarisé avec le style pratiqué, la variété des ambiances et cette compo nous fait naviguer sur de multiples territoires, sombres bien sûr, mais toujours enclins à nous proposer des mélodies accrocheuses. La lecture d’un poème clôt définitivement l’album.

Oui, j’ai revu ma position initiale.

Indéniablement, la production, les chants, qui m’avaient chagrinés au début, me paraissent en définitive très bien calibrés pour l’album.
La longueur des compositions n’est jamais un problème, bien au contraire. Le groupe prend son temps pour développer le propos et il le fait parfaitement. Jamais la lassitude ne s’installe.
Les mélodies sont accrocheuses et il y a une diversité bienvenue au sein de chaque titre ; Le Grand Silence est une belle réussite.

Vous l’aurez compris, Le Grand silence pourrait bien être un incontournable du genre, la découverte s’impose en tout cas !

Tracklist de Le Grand Silence :

01. Les Heures Solitaires
02. Les Promesses
03. Souvenirs Et Cendres
04. Le Grand Silence

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !