Artiste/Groupe:

Depleted Uranium

CD:

Origins

Date de sortie:

Janvier 2022

Label:

Indépendant

Style:

Mathcore chaotique

Chroniqueur:

JeanMichHell

Note:

15/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

L’idée du voyage dans le temps est basée sur une idée simple : « La relativité générale suggère qu’une géométrie espace-temps appropriée ou certains types de mouvement dans l’espace peuvent permettre un voyage dans le temps si ces géométries ou mouvements sont possibles. » Eh bien je vais vous prouver que cela est possible car je vais vous présenter aujourd’hui Origins, deuxième album du groupe Depleted Uranium, enregistré il y a dix ans et qui sort donc trois ans après leur premier album éponyme. Les mecs osent le prequel musical, en somme !

Ce quatuor canadien se compose de Andrew Murray à la guitare, de Nick Misasi à la batterie, de Babak Kazemzadeh au chant et de Corey Stinson (comme quoi, il y a des Stinson canadiens !) à la basse. Le groupe propose un mélange alliant Mathcore et Hardcore Chaotique. Mais Origins puise son inspiration dans d’autres courants comme la Power-violence, et voire même le Grind.

Le premier titre, Depleted Uranium, donne d’ailleurs cette tendance. Un premier titre en plein dans ta face, batterie frénétique, une guitare énervée et des aboiements inhumains pour quarante-trois secondes de concentré de violence. Un premier punch direct et sans bavure.

En fait, ce n’est pas vrai, cet album possède plein de bavures ! Ce premier méfait a en effet été enregistré en live et en une seule prise ! Des pratiques qui ne sont quasiment plus d’actualité, aujourd’hui, le son est travaillé, policé, jusqu’à le rendre brillant. Depleted Uranium le rend vivant. Et c’est clairement ce qui fait son charme, ce côté véritable, réel, en prise directe. Zéro calcul juste du son ! J’ai l’impression d’être de retour (vers le futur bien entendu…) dans les années 90 à la recherche de bootleg pour savoir si le groupe était aussi bon sur scène que sur album, ou bien encore d’une démo d’un illustre groupe inconnu qui n’aura eu qu’un pauvre huit pistes et de l’envie pour enregistrer un petit bout de quelque chose, souvent bien plus créatif que le mainstream. J’ai l’impression d’entendre le seul enregistrement de l’excellent groupe saintais The New Born Exile Band. (Sérieusement, si quelqu’un lit cette chronique et connaît cette démo, prenez contact, nous avons dû traîner dans les mêmes lieux de perdition !)

Mais, revenons à nos moutons canadiens ! Origins c’est la ballade des émotions les plus primaires, des plus bas du front à tendance Convergienne sur Alpha Praticles, je pense d’ailleurs aux premières productions des Bostoniens sur le titre Déficiences. Il vous suffit d’y associer quelques mélodies aériennes sur The Tear And The Flood pour varier les plaisirs. Le titre Open Wound Diaries fait une sorte de synthèse de ces deux tendances, même si on peut avoir peur que le groupe dérape à force de tant se donner. Mais finalement les mecs ne lâchent rien et concluent cet album avec un titre live qui vient prouver que c’est sur scène que le groupe prend sa dimension la plus sauvage !

Origins est un album délicieusement dégueulasse, il y transpire une forme de sincérité, sans artifice ni maquillage. En une vingtaine de minutes, Depleted Uranium va vous démonter façon puzzle ! Cette musique est tellement viscérale qu’elle explose le ventre et les oreilles. La limite c’est qu’il n’y aura pas de juste milieu, on va aimer ou pas, pour ma part j’apprécie, même si la suite proposée par le groupe a certainement plus d’intérêt. Mais un premier pas est toujours indispensable pour commencer à marcher.

Pour info l’album sort le 28 janvier, vous allez donc pouvoir découvrir plus tard, ce que je viens de vous présenter maintenant avec dix ans de retard ! Ils sont forts, ces Canadiens !

Tracklist de Origins :

01. Depleted Uranium
02. The Tear And The Flood
03. Alpha Particles
04. Van Halen Radiation Belt
05. Beta Particles
06. Counter Balance
07. Deficiencies
08. Small Odds
09. Open Wound Diaries
10. Percentages (Bonus track édition CD)

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !