Artiste/Groupe:

Carnifex

CD:

Graveside Confessions

Date de sortie:

Septembre 2021

Label:

Nuclear Blast

Style:

Deathcore

Chroniqueur:

ced12

Note:

15.5/20

Site Officiel Artiste

Autre Site Artiste

Carnifex, c’est le rouleau-compresseur deathcore par excellence. Le groupe envoie du bois depuis 2005 et, à la marge d’un hiatus d’une grosse année fin 2012, maintient un sacré niveau de productivité. Deux années, c’est l’intervalle maximal chez les Californiens et ce n’est pas une crise sanitaire qui les a freinés. Toujours sous l’égide Nuclear Blast, Carnifex nous remet une salve de son deathcore dévastateur avec ce Graveside Confessions qui ne vient pas calmer le jeu. Jugé parfois caricatural et ne se renouvelant pas assez, Carnifex ne vient pas ici tempérer ces remarques. Efficacité, brutalité, les Américains restent fidèles à leurs fondamentaux. A une époque, la scène deathcore saturait de formations sans que tout cela ne se renouvelle mais le décor est aujourd’hui plus désertique et la vague est passée. On notera au passage que de jeunes formations talentueuses pointent le bout de leur nez dans le style ce qui est à signaler. Des Distants ou autre Mental Cruelty bénéficient d’un buzz naissant (en allant vers du toujours plus brutal).

Mais revenons à Carnifex, référence du style, et à ce Graveside Confessions. Qu’en dire si ce n’est que Carnifex reste une pointure live et que les missiles envoyés ici trouveront une très bonne place dans leur setlist. Technicité hors pair, breaks écrasants, chant brutal, les cases du style sont cochées et les singles proposés rassureront les puristes. Ça bastonne, ça envoie et ma foi, si on repassera pour la surprise et qu’on accepte la recette (à l’instar des sorties d’AC/DC ou plus récemment de Maiden), on y trouvera largement son compte. C’est bien fait et produit comme il se doit. Le morceau éponyme qui ouvre cette nouvelle galette est particulièrement brutal et on sent des influences presque black. De quoi nettoyer quelques cages à miel. Les claviers sont toujours présents mais dans une moindre mesure et sur ce premier titre, c’est même presque osé … mais ça passe crème. Le déferlante continue avec le triptyque Pray For Peace / Seven Soul / Cursed archi-balisé mais redoutable avec un côté brise-nuque. Carry Us Away propose un mélange assez improbable entre intro à la Dimmu Borgir et refrain groovy limite digne d’un Korn mais qui offre un peu de variété.

La suite du disque voit l’intérêt diminuer légèrement même si les breakdowns font toujours leur effet. Quelques effets dissonants offrent un côté délicieusement malsain. Les aspérités black diminuent au fil du disque pour aller vers des aspects presque néo (Dead Bodies Everywhere, reprise réussie de Korn). La volonté de varier est bien présente, n’est pas inintéressante mais au risque de se répéter, le résultat reste convenu … mais de qualité et les réserves sur l’aspect répétitif du style ne doivent pas occulter ce point. Ce disque envoie et, quelque part, on ne demande pas autre chose à Carnifex.

Le lecteur l’aura compris et à l’instar des Américains, j’avoue peiner un peu à sortir moi aussi des sentiers battus : Carnifex fait ce qu’il sait faire et le fait merveilleusement bien. Et on ne saurait que recommander les performances live du combo tant le résultat envoie. Les fans seront ravis, les autres peuvent passer leur chemin. Mais si ces derniers les aperçoivent sur une affiche de festival, une pause s’impose. Comme indiqué sur les autoroutes françaises en cet été 2021 : voyager c’est aussi savoir s’arrêter. En dernier complément, une édition Graveside propose trois titres supplémentaires et ces derniers sont de bonne facture et pour vous en convaincre, un de ces trois titres ayant fait l’objet d’une vidéo, je la partage avec vous.


Tracklist de Graveside Confessions :

01. Graveside Confessions
02. Pray For Peace
03. Seven Souls
04. Cursed
05. Carry Us Away
06. Talk To The Dead
07. January Nights
08. Cemetery Wander
09. Countess Of Perpetual Torment
10. Dead Bodies Everywhere
11. Cold Dead Summer
12. Alive For The Last Time
13. Collaborating Like Killers (Graveside Edition)
14. My Heart In Atrophy (Graveside Edition)
15. Slit Wrist Savior (Graveside Edition)

Venez donc discuter de cette chronique sur notre forum !