Absu

Artiste/Groupe

Absu

CD

Abzu

Date de sortie

Octobre 2011

Style

Black Metal

Chroniqueur

Orion

Note Orion

14/20

Site Officiel Artiste

Myspace Artiste

C H R O N I Q U E

Absu. LE groupe de Black Metal américain (ou Occult Metal, comme il aime lui-même à se définir).
Bien moins connu que ses homologues scandinaves (Marduk, Immortal, Emperor, Gorgoroth), Absu a pourtant commencé sa carrière à la même époque que tous ces grands noms du Black Metal. Et après vingt ans de carrière tout rond, voici (seulement) leur sixième album studio. Il faut dire que le groupe a connu un passage à vide de huit ans (période pendant laquelle Proscriptor (batterie, chant), victime d’un accident, dut stopper ses activités de musicien) et n’est revenu qu’en 2009 avec un album intitulé tout simplement Absu, assez bien reçu par la critique dans l’ensemble.
A ne pas confondre avec ce nouvel album, Abzu, dont le titre est très proche. Ils ne se sont pas foulés pour les titres, vous allez penser ? En fait, c’est voulu car il s’agit du second volet d’une trilogie. Les paris sont ouverts pour le titre du prochain album…

Evoluant toujours sous forme d’un trio, Proscriptor, seul membre original et Ezezu (chant, basse - arrivé dans le groupe lors de la précédente tournée) ont recruté un nouveau guitariste en la personne de Vis Crom. Celui-ci a apparemment pris part au processus de composition et gratifie les titres de quelques parties de guitares assez intéressantes.
Ce nouvel album est composé de six morceaux pour une durée totale de trente-sept minutes. Un second volet bien plus condensé que le premier épisode de la trilogie qui durait un bon quart d’heure de plus.

On peut découper cette nouvelle oeuvre en deux parties, la première composée de cinq titres directs assez courts et la seconde occupée par un seul et unique titre de près de quinze minutes.
La première partie, donc. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle décrasse bien. Titres rapides (dans l’esprit, je trouve, d’un groupe comme Dark Funeral). Le premier morceau, Earth Ripper, est introduit de façon assez originale par un cri à la King Diamond. Cri que l’on réentend un peu plus loin et à la fin du morceau. A part ça, point de fioritures. Le second titre est dans le même esprit, avec quelques cassures de rythme bien brutales et une fin très mélodique à la guitare acoustique. Les titres suivants ne font pas retomber l’intensité. L’occasion nous est donnée de constater que Proscriptor est un sacré batteur.
Song for Ea, le titre épique, découpé lui-même en six parties, démarre dans la grande tradition des titres Black avec rythme rapide et voix typique.  Quelques notes de synthé pointent le bout de leur nez au bout de deux minutes pour un passage un peu plus progressif. On repart ensuite sur du brutal dans l’esprit des titres précédents (la partie la plus intense de ce long titre).  A la fin de cette partie, aux environs des dix minutes, intervient un passage très calme, à la guitare acoustique principalement, qui vient aérer le propos avant de repartir de plus belle pour les deux minutes restantes. Une fin de morceau uniquement instrumentale qui clôt le second chapitre de la trilogie. Un second volet supérieur à mon avis au volet précédent car bien plus homogène et moins décousu.

Alors, même si ce n’est pas le chef d’œuvre de l’année en matière de Black Metal, Abzu est un album au dessus de la moyenne des productions du genre qui se laisse écouter et réécouter. C’est déjà pas si mal.

 

Tracklist de Abzu :

01. Earth Ripper
02. Circles of the Oath
03. Abraxas Connexus
04. Skrying in the Spirit Vision
05. Ontologically, It Becames Time and Space
06. Song for Ea
 a - E-A
 b - A Myriad of Portals
 c - Third tablet
 d - Warren of Imhullu
 e - The Waters - The Denizens
 f - E-A

Venez donc discuter de cette chronique, sur notre forum !